Rechercher
Rechercher

Économie - Restructuration

Augmentation de capital : une partie des banques aurait demandé un délai supplémentaire

Une partie des banques libanaises aurait demandé à la Banque du Liban (BDL) de prolonger le délai qui leur est imposé pour souscrire à l’augmentation de capital demandée par cette dernière à travers une série de circulaires, en plein contexte de grave crise économique et financière, selon deux sources contactées par L’Orient-Le Jour qui confirment une partie des propos d’un « banquier senior » anonyme interrogé ce week-end par le magazine d’affaires émirati Arabian Business.

Ce dernier a notamment précisé que cette demande aurait été formulée par plusieurs « petites » banques, qui ont du mal à remplir les exigences de la Banque centrale avant fin février. Mais selon une de nos sources, cette situation ne serait pas limitée à cette catégorie d’établissement, « peu de banques étant actuellement en position de se conformer aux circulaires concernées, selon les informations qui circulent ». Une source à l’Association des banques du Liban a assuré de son côté que l’organisation n’avait formulé aucune demande collective dans ce sens.

En novembre 2019, alors que les effets de la crise en gestation depuis plusieurs mois commençaient à se faire de plus en plus visibles, la BDL a demandé aux banques du pays d’augmenter leur capital de 20 % par rapport à leur niveau à fin 2018 (circulaire n° 532 du 4 novembre 2019). Le délai initial fixé à fin juin 2020 a été repoussé à fin 2020 (circulaires n° 154 et n° 567 du 27 août), tandis que la BDL a en plus imposé une obligation pour les banques de placer au plus tard le 28 février 2021 auprès de leurs banques correspondantes à l’étranger au moins 3 % des dépôts libellés en devises qu’elles possédaient au 31 juillet dernier, entre autres obligations.

Une des sources interrogées souligne que la disposition de la circulaire n° 154 qui appelle les banques du pays à convaincre leurs clients qui ont transféré plus de 500 000 dollars à l’étranger entre le 1er juillet 2017 et le 27 août dernier d’en rapatrier au moins 15 % dans un compte bloqué pendant cinq ans « ne semble pas vraiment fonctionner pour le moment ». La circulaire n° 154 fixe à 30 % le ratio pour les membres des conseils d’administration des banques, les grands actionnaires ou encore les personnes politiquement exposées.


Une partie des banques libanaises aurait demandé à la Banque du Liban (BDL) de prolonger le délai qui leur est imposé pour souscrire à l’augmentation de capital demandée par cette dernière à travers une série de circulaires, en plein contexte de grave crise économique et financière, selon deux sources contactées par L’Orient-Le Jour qui confirment une partie des propos d’un...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut