Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Irak

L’attentat de Bagdad met en lumière des lacunes au sein des forces de sécurité

L’attentat de Bagdad met en lumière des lacunes au sein des forces de sécurité

Des Irakiens lors des funérailles dans la ville sainte chiite de Najaf de l’une des victimes du double-attentat suicide à Bagdad, le 21 janvier 2021. Ali Najafi/AFP

Le double attentat-suicide de Bagdad revendiqué par le groupe État islamique (EI) a mis en lumière des lacunes au sein des forces de sécurité irakiennes, affaiblies par la pandémie de Covid-19, les groupes armés rivaux et les tensions politiques, selon des experts. Au moins 32 personnes ont été tuées et plus d’une centaine blessées dans cette attaque qui a visé un quartier commercial de la capitale jeudi, attentat le plus meurtrier depuis des années. « L’EI n’est pas de retour (...) mais il y a de vrais problèmes au sein de l’appareil sécuritaire irakien, et (cet attentat) en est la preuve », affirme à l’AFP Jack Watling, chercheur au Royal United Services Institute de Londres. En 2003, lorsque les Américains ont renversé Saddam Hussein, l’appareil sécuritaire a été entièrement refondé, principalement grâce à des formateurs étrangers – brutalement repartis avec le Covid-19. La promiscuité et la contagion dans les casernes irakiennes ainsi que les rappels de troupes étrangères pour gérer la pandémie dans leur pays ont « créé une brèche », reconnaissait récemment un haut gradé américain auprès de l’AFP.

Hauts gradés furieux

Surtout parce que les Irakiens ont perdu une grande part de l’appui de la coalition en termes de surveillance, « un système d’alerte en amont » crucial pour tuer dans l’œuf des attaques jihadistes, explique M. Watling. L’Irak s’est déclaré victorieux contre l’EI fin 2017, a rouvert des rues et retiré des kilomètres de murs de béton dans Bagdad. Les troupes les plus expérimentées ont été envoyées à la chasse aux cellules dormantes dans les déserts et les montagnes, et les villes ont été remises à des unités moins entraînées. Pour le spécialiste Alex Mello, « le réseau de l’EI pour des attaques urbaines à Bagdad semblait dégradé au point de ne quasiment plus fonctionner », mais il a trouvé « une brèche à exploiter ».

Le haut gradé américain a même des exemples : en décembre, la coalition a fini par procéder à une frappe aérienne près de Mossoul (Nord) tant l’incapacité des troupes irakiennes au sol avait permis aux jihadistes de prendre leurs aises. En une seule frappe, 42 jihadistes ont été tués, selon la coalition. Un bilan inédit. « Les hauts gradés à Bagdad étaient furieux contre les forces locales, elles auraient dû savoir qu’autant de jihadistes s’étaient regroupés », explique à l’AFP le haut gradé américain. Et tout ça n’est rien comparé à l’autre vraie grande question en Irak : quel rôle allouer aux anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi – pour beaucoup des miliciens pro-Iran – désormais intégrés à l’État ? Comment les faire travailler main dans la main avec des unités d’élite créées par les Américains ?

Pas de « mains propres »

L’union sacrée de la guerre contre l’EI, de 2014 à 2017, quand coalition, Hachd et armée partageaient les informations, a cessé. Et l’administration Trump n’a fait que jeter de l’huile sur le feu en tuant à Bagdad le général iranien Kassem Soleimani et son lieutenant irakien Abou

Mehdi al-Mouhandis. « Le principal obstacle est politique », tranche M. Watling.

Le Premier ministre, Moustafa Kazimi, en a plusieurs fois fait l’expérience. Également chef du renseignement extérieur, proche de longue date des Américains, il est désormais directement pris à partie par des commandants pro-Iran. Face à eux, il mobilise régulièrement les unités d’élite du contre-terrorisme, héros de la guerre anti-EI, mais aujourd’hui aussi utilisés pour aller arrêter des responsables corrompus ou des groupes accusés de tirer des roquettes sur l’ambassade américaine.

Ces unités sont les seules auxquelles M. Kazimi peut faire une totale confiance, selon des observateurs. Mais les utiliser ainsi les met en compétition avec des forces également liées à l’Etat – des groupes pro-Iran qui souvent ont fait libérer des hommes qu’ils avaient arrêtés, souligne la chercheuse Marsin Alshamary, du Brookings Institute. « Revenir sur les ordres constamment et s’excuser auprès des groupes visés affaiblit le contre-terrorisme, le Premier ministre et l’État », affirme-t-elle.

Jeudi soir, M. Kazimi a annoncé un remaniement de tous les plus hauts postes de l’appareil sécuritaire, mais pour les experts, ce n’est pas au niveau du haut commandement que la question se joue. « Dans un système bureaucratique et corrompu, personne n’a les mains propres », affirme M. Watling.

Maya GEBEILY/AFP


Le double attentat-suicide de Bagdad revendiqué par le groupe État islamique (EI) a mis en lumière des lacunes au sein des forces de sécurité irakiennes, affaiblies par la pandémie de Covid-19, les groupes armés rivaux et les tensions politiques, selon des experts. Au moins 32 personnes ont été tuées et plus d’une centaine blessées dans cette attaque qui a visé un quartier...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut