Rechercher
Rechercher

Société - Sécurité

Multiplication des incidents dans la Békaa et au Liban-Nord durant le week-end

L’armée a essuyé des tirs à Baalbeck au cours d’une descente, et une autre patrouille a été attaquée par des membres du clan Jaafar au Hermel.

Multiplication des incidents dans la Békaa et au Liban-Nord durant le week-end

Des files de camions libanais à la frontière syrienne. Photo ANI

Le week-end écoulé a été ponctué d’incidents impliquant l’armée et les forces de l’ordre, ce qui dénote une atmosphère de plus en plus tendue, notamment dans les régions du Nord et de la Békaa.

Ainsi, une patrouille de l’armée libanaise a essuyé hier des tirs alors qu’elle effectuait une descente dans le quartier de Charawné à Baalbeck (Békaa) à la recherche de prévenus, rapporte notre correspondante Sarah Abdallah. Les militaires s’en sont sortis indemnes et ont saisi au moins une voiture volée, dans un secteur où ce genre d’incident est très fréquent. La situation dans la Békaa, notamment dans la région de Baalbeck, est souvent instable et des accrochages armés sont régulièrement enregistrés, soit entre membres de différents clans, soit avec des patrouilles de l’armée.

Également dans la Békaa, une patrouille de l’armée a été attaquée hier par des membres du puissant clan Jaafar près de la localité d’al-Qasr, à la frontière syrienne, toujours selon notre correspondante. Les militaires avaient arrêté une camionnette utilisée pour la contrebande de carburant vers la Syrie dans la localité de Mansoura, située entre le village d’al-Qasr et la ville de Hermel. Des membres du clan Jaafar ont alors attaqué les soldats avec des bâtons et des objets contondants pour tenter d’empêcher les militaires de confisquer le véhicule. Une bagarre s’en est suivie, à l’issue de laquelle la patrouille a réussi à saisir le véhicule.

L’armée se déploie à Tripoli après des tirs

Une série d’incidents sécuritaires ont également eu lieu au Liban-Nord au cours du week-end. Samedi, l’armée s’est ainsi massivement déployée dans la rue séparant les deux quartiers aux relations historiquement tendues de Bab el-Tebbané et Jabal Mohsen à Tripoli, après un conflit entre deux jeunes des deux quartiers ayant dégénéré en échanges de tirs. Aucun blessé n’est heureusement à déplorer.

Ces deux quartiers de Tripoli étaient régulièrement témoins d’affrontements entre les habitants, surtout depuis le début de la crise syrienne, avec d’un côté à Jabal Mohsen une minorité alaouite loyale à Bachar el-Assad, et de l’autre à Bab el-Tebbané une majorité sunnite hostile au régime syrien. Depuis 2014, les tensions ont nettement baissé et les deux quartiers ont pu connaître un retour à la normale suite à diverses interventions et initiatives de l’armée et de la société civile.

Le décryptage de Scarlett Haddad

L’affaiblissement de l’État accroît les menaces sécuritaires...

Également à Tripoli, des protestataires ont intercepté hier un camion qui se dirigeait selon toute vraisemblance vers le territoire syrien. Selon des informations préliminaires, l’un de ces manifestants aurait été arrêté. Des appels à se rassembler sur la place al-Nour à Tripoli, lieu symbolique du soulèvement populaire d’octobre 2019, ont été lancés. Les motivations des protestataires n’ont pas été exprimées, mais par le passé des camions suspectés de contrebande vers la Syrie avaient déjà été interceptés par des manifestants en colère, au moment où le Liban commençait à sombrer dans une grave crise socio-économique. La contrebande bat son plein entre le Liban et la Syrie, notamment de biens subventionnés (farine, carburant, médicaments), ce qui constitue une perte sèche pour l’État et la population.

Par ailleurs, également dans le Nord, une patrouille des Forces de sécurité intérieure a tiré en l’air afin de disperser un groupe de contestataires qui voulaient empêcher la mise en place d’un barrage volant dans la localité de Mouhamara, dans le Akkar, dans l’extrême nord du pays. Ce barrage visait à pénaliser ceux qui enfreignent les règle du confinement strict en place depuis jeudi dernier pour enrayer la propagation alarmante du coronavirus. Certains invoquent la situation économique difficile pour justifier leur non-respect du confinement.

Explosion nocturne près de la frontière syrienne

Par ailleurs, un réservoir de carburant a explosé après avoir pris feu, dans la nuit de vendredi à samedi, dans la localité d’al-Qasr, dans le Hermel, sans toutefois faire de blessé, rapporte l’Agence nationale d’information. Des flammes de plusieurs mètres de haut et une impressionnante colonne de fumée étaient visibles à plusieurs kilomètres à la ronde, selon des vidéos obtenues des habitants par notre correspondante Sarah Abdallah. Le 3 janvier, une explosion similaire dans un entrepôt de stockage de gaz dans la même localité avait fait plusieurs blessés. Ces stocks de gaz auraient été liés à des activités de contrebande, récurrentes à la frontière libano-syrienne.


Le week-end écoulé a été ponctué d’incidents impliquant l’armée et les forces de l’ordre, ce qui dénote une atmosphère de plus en plus tendue, notamment dans les régions du Nord et de la Békaa. Ainsi, une patrouille de l’armée libanaise a essuyé hier des tirs alors qu’elle effectuait une descente dans le quartier de Charawné à Baalbeck (Békaa) à la recherche de...

commentaires (2)

L’armée libanaise a le devoir de s’attaquer à la source de nos problèmes. Tout ce cinéma où l’on arrête un véhicule contre des centaines qui arrivent à leur destination syrienne sans être inquiétés est de la poudre aux yeux. On n’apprend pas à un singe à faire de grimaces. Ils ne leurrent qu’eux mêmes

Sissi zayyat

12 h 41, le 18 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • L’armée libanaise a le devoir de s’attaquer à la source de nos problèmes. Tout ce cinéma où l’on arrête un véhicule contre des centaines qui arrivent à leur destination syrienne sans être inquiétés est de la poudre aux yeux. On n’apprend pas à un singe à faire de grimaces. Ils ne leurrent qu’eux mêmes

    Sissi zayyat

    12 h 41, le 18 janvier 2021

  • COMMENT ? Et le Prestige de l’Etat fort et du régime fort, vous les oubliez à cause de quelques incidents sécuritaires quotidiens et répétés ... mais on vous dira que partout au monde l’armée et la police sont attaquées par des bande de criminels armes jusqu’aux dents. En tous cas, ce régime veut imposer la présence de l’Etat partout bass ma khallouna .... voilà ce qui est à retenir de tous les échecs du régime actuel

    Liberté de Penser

    10 h 02, le 18 janvier 2021

Retour en haut