Rechercher
Rechercher

Société - Portrait

L’énigmatique Fadi Sawan dans l’arène politico-judiciaire

Depuis le début de son enquête, le juge, soutenu par le barreau et la société civile, n’a tenu aucune conférence de presse.

L’énigmatique Fadi Sawan dans l’arène politico-judiciaire

Le juge Fadi Sawan (g), en compagnie du chef de l'armée libanaise, le général Joseph Aoun. Photo d'archives tirée du site officiel de l'armée libanaise

Tous les projecteurs sont braqués sur lui. Il demeure, pourtant, l’un des personnages les plus mystérieux de la République. Le juge Fadi Sawan, chargé de l’enquête sur la double explosion du port de Beyrouth, peut-être la mission la plus difficile de l’histoire judiciaire du Liban, n’est pas du genre à se laisser aller à des confidences avec les journalistes ou à multiplier les conférences de presse. Depuis le début de l’affaire, l’homme a décidé de ne pas communiquer. Du tout. « Il respecte le sacro-saint principe du secret de l’instruction. C’est chose rare au Liban », se félicite un magistrat proche de lui, qui a souhaité garder l’anonymat. Cette méthode n’est toutefois pas sans susciter des interrogations dans un pays où la proximité entre les mondes politique et judiciaire est un secret de polichinelle. D’autant plus après l’inculpation, le 10 décembre dernier, du Premier ministre démissionnaire Hassane Diab et des anciens ministres Ali Hassan Khalil, Youssef Fenianos et Ghazi Zeaïter – une première au Liban – pour « négligences ». Certains observateurs y ont vu un acte courageux, d’autres le fruit d’une instrumentalisation politique, le président de la République Michel Aoun ayant été pour l’instant épargné. « Tous ces jugements sont infondés, puisque personne ne connaît les détails de l’enquête », assure le pénaliste Akram Azouri, qui ajoute : « L’ordre chronologique des convocations ne donne aucune indication sur l’avenir de l’enquête, l’instruction n’étant pas encore achevée. » Si le magistrat n’est pas réputé pour son audace, tous les interlocuteurs avec qui L’Orient-Le Jour et le Commerce du Levant (en août dernier) ont pu s’entretenir écartent la possibilité qu’il soit une arme au service des aounistes. « Il n’a aucun contact avec le monde politique », abonde un juge sous le couvert de l’anonymat, qui évoque un « homme réservé », peu adepte des mondanités et autres événements sociaux.

Le parti pris du silence adopté par Fadi Sawan pourrait toutefois lui porter préjudice. Les anciens ministres inculpés ont eu beau jeu de politiser l’affaire et Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter de déposer un recours pour suspicion légitime auprès de la Cour de cassation. En attendant le verdict de celle-ci, l’enquête est au point mort.

« Quelqu’un qui ne remettra pas en cause le système »

Rien ne prédisposait Fadi Sawan, qui n’a pas donné suite aux sollicitations de L’OLJ, à se retrouver ainsi sur le devant de la scène. Son parcours professionnel mais aussi son caractère l’avaient plutôt destiné à une carrière sans turbulences, discrète, uniforme, presque effacée. Né en 1960, cet ancien de l’Université Saint-Joseph a plus de trente ans de métier dans la magistrature. Avocat général puis juge d’instruction à Baabda, il est depuis 2009 juge d’instruction près le tribunal militaire, et depuis 2018 premier juge d’instruction par intérim de ce tribunal, où il a développé une expertise dans les affaires de terrorisme, dans lesquelles il a rendu des centaines de verdicts. « Le poste qu’il occupe est conforme à une évolution de carrière normale, c’est une bonne indication quant à son absence de connexions politiques », estime un juge sous couvert d’anonymat.

Ce poste, il le doit notamment à son goût pour la discrétion. Il a été sélectionné après que Samer Younès, qui était au départ le favori de la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm, ait été écarté. Ayant la réputation d’être grande gueule, intransigeant et inébranlable, le juge Younès ne faisait vraisemblablement pas l’affaire pour ce dossier que l’ensemble de l’establishment politique redoute au plus haut point. Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), dont 8 des 10 membres sont nommés par décret en Conseil des ministres et dont les décisions doivent être prises à la majorité, a rejeté les trois premiers noms proposés par la ministre, avant d’accepter celui de Fadi Sawan. « Ils ont choisi quelqu’un qui ne remettra pas en cause le système en place », affirmait en août dernier au CDL Nizar Saghiyé, directeur exécutif du Legal Agenda. Officiellement, Samer Younès aurait été écarté en raison de son jeune âge, alors que Fadi Sawan appartient à la vieille garde. Mais d’autres sources judiciaires soulignent que le procureur général près la Cour de cassation et numéro deux du CSM Ghassan Oueidate a eu une influence décisive sur le processus de nomination, celui-ci étant par ailleurs le beau-frère de Ghazi Zeaïter.

Lire aussi

Le juge qui s’est désisté de l’examen du recours contre Sawan a été remplacé

Fadi Sawan avait l’avantage d’avoir un profil plus « contrôlable ». Du moins sur le papier. « Sa longue carrière au tribunal militaire a fait de lui, bon gré mal gré, un juge à l’écoute des services de renseignements de l’armée en qui il avait confiance ainsi que dans le parquet militaire dans son ensemble dont il contestait rarement les décisions ou l’influence », raconte un avocat qui fait partie de ce groupe de juristes qui contestent, depuis des années, l’existence même de cette juridiction d’exception. Il reproche notamment à Fadi Sawan le fait de ne s’être jamais rebellé contre les directives des renseignements de l’armée et de suivre plutôt fidèlement l’orientation du parquet militaire. « Bien qu’il ait le profil d’un magistrat correct et probe, il n’est pas connu pour avoir mené de vraies batailles pour faire triompher le droit », confie un juriste qui a souhaité garder l’anonymat. « Il pourrait remettre en cause les verdicts du parquet militaire, mais il se plie le plus souvent à l’avis du ministère public et n’a pas pour habitude de demander des compléments d’enquête ou d’élargir les chefs d’accusation », déclarait en août dernier Nizar Saghiyé.

Arme à double tranchant

Alors qu’il instruisait l’affaire de Alaa Abou Fakhr, ce jeune contestataire abattu par un soldat le 12 novembre 2019, Fadi Sawan avait donné l’ordre de libérer le colonel Nidal Daou, proche du PSP, soupçonné d’avoir donné l’ordre à son subalterne de tirer. Cette libération avait provoqué à l’époque la colère des milieux contestataires et de l’opinion publique. « Il n’a toujours fait que son travail de juge consciencieux, ni plus ni moins. C’est ce que l’on attend de n’importe quel juge respectable », défend un de ses proches amis. Autre tache sur son CV : l’affaire Qabr Chmoun, éminemment politique, qui opposait le camp du député Talal Arslane (proche du CPL) à celui de Walid Joumblatt, après de fortes tensions ayant fait deux morts. Fadi Sawan s’était désisté de l’affaire suite aux injonctions du ministre de la Justice de l’époque, Salim Jreissati, connu pour avoir un grand ascendant sur certains magistrats.

Depuis qu’il est en charge d’instruire l’enquête du port, Fadi Sawan bénéficie de larges prérogatives en matière d’arrestation, de libération et de qualification du crime. Il est le seul à les exercer sans qu’il n’y ait de possibilité de faire appel pour contester ses décisions. Le secret de l’instruction devient ainsi une arme à double tranchant, lui permettant de ne pas rendre de comptes sur sa manière de procéder.

Lire aussi

Enquête du juge Sawan : en attendant le verdict de la Cour de cassation...

Aussi bien l’homme que sa stratégie ne font pour le moment pas l’unanimité. Mais dans le monde judiciaire, ils sont nombreux à vouloir faire bloc pour le soutenir dans ses décisions, dans l’objectif de défendre l’indépendance de la justice face aux pressions politiques. « Fadi Sawan n’est pas seul dans cette bataille. Il sait très bien qu’il est appuyé par la société civile, le barreau, le club des juges et le patriarche. Tous l’encouragent à poursuivre sa mission avec indépendance et témérité et à divulguer les vérités sur cette affaire du siècle », assure Antoine Sfeir, avocat et professeur de droit. « Le courage dont a fait preuve Fadi Sawan résulte de tout ce mouvement public autour de ce procès », renchérit Nizar Saghiyé. Sera-t-il en position d’aller au bout de sa mission ? Ce sera d’abord à la Cour de cassation d’en décider, en rendant ou non un avis favorable à son désistement. « La Cour ne peut se permettre aucun faux pas et ne pourra recommander son désistement que si elle détient des preuves tangibles sur des fautes professionnelles qu’il aurait commises », dit un magistrat ayant requis l’anonymat. Si elle rend une décision en ce sens, la ministre de la Justice et le CSM seront chargés de désigner un nouveau juge pour mener l’instruction. De quoi donner lieu à un nouveau bras de fer, susceptible de retarder encore un peu plus l’affaire. « S’il est remplacé, le dossier risque d’être enterré », estime Antoine Sfeir. Et s’il décidait lui-même de jeter l’éponge? L’homme serait de caractère tenace, selon ses proches. Pas du genre à fléchir, s’il est convaincu d’une chose. On raconte même qu’il aurait promis à William Noun, le frère de Joe, le pompier décédé en mission lors de l’explosion du 4 août, d’aller au bout de sa mission. « Je m’appelle Sawan (silex). Comme cette pierre, je ne céderai devant rien », lui aurait-il glissé.


Tous les projecteurs sont braqués sur lui. Il demeure, pourtant, l’un des personnages les plus mystérieux de la République. Le juge Fadi Sawan, chargé de l’enquête sur la double explosion du port de Beyrouth, peut-être la mission la plus difficile de l’histoire judiciaire du Liban, n’est pas du genre à se laisser aller à des confidences avec les journalistes ou à multiplier les...

commentaires (5)

Tout cela finira par la formation d’un comité Théodule !

Honneur et Patrie

19 h 17, le 08 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Tout cela finira par la formation d’un comité Théodule !

    Honneur et Patrie

    19 h 17, le 08 janvier 2021

  • Conclusion, on peut s’assoir sur la juridiction, la justice et tout ce qui en découle. Ce pays ne sera jamais un état tant que ces zozos ont la main sur toutes nos institutions. Il restera un état bananier jusqu’au départ du dernier vendu.

    Sissi zayyat

    10 h 26, le 08 janvier 2021

  • S'il est vrai que toutes ces années il n'agissait qu'en fonction des instructions ou directives des services de renseignement de l'armée, il est clair qu'il n'est pas indépendant et surement pas un bon juge. Je ne comprends donc pas comment quelqu'un peut il lui faire confiance. Ce genre de contradiction est le signe même de la corruption. Etre corrompu ce n'est pas seulement se faire des sous sur le dos du contribuable mais aussi trahir sa fonction par arrivisme et opportunisme et a travers cette action trahir son pays et surtout son peuple source de tous les pouvoir, l’entité qui lui paye son travail pour le protéger et non pas le mettre sous la botte de la dictature qui prévaut! Il ne peut donc être intègre même si a présent qu'il sent que les choses vont changer il essaye de gagner du crédit.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 30, le 08 janvier 2021

  • IL DOIT COMMENCER PAR POURSUIVRE LE PROPRIETAIRE DU NITRATE ET QU,IL NE NOUS DISE PAS QU,IL NE LE CONNAIT PAS, TOUT LE MONDE LE CONNAIT.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 16, le 08 janvier 2021

  • Les anciens ministres inculpés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zeaïter ont déposé un recours pour suspicion légitime auprès de la Cour de cassation, c'est à dire une demande de dessaisissement du dossier au motif que le magistrat fait preuve d'inimitié ou d'animosité à leur égard...en d'autres termes le dossier est enterré ad vitam æternam. Même si l'on savait pertinemment qu'aucune autre issue n'était possible on avait le secret espoir, en raison de la probité et la réputation de ce juge qu' à minima, l'on défricherait cette situation nébuleuse.

    C…

    02 h 41, le 08 janvier 2021

Retour en haut