Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Entre le CPL et le Hezbollah, encore de l’eau dans le gaz...

Le parti du président Aoun se voit contraint de prendre ses distances avec son allié chiite sur les questions régionales.


Entre le CPL et le Hezbollah, encore de l’eau dans le gaz...

Le président Michel Aoun. Photo d’archives Dalati et Nohra

Le Courant patriotique libre (CPL) a-t-il décidé de prendre ses distances avec le Hezbollah en 2021 ? Les spéculations vont bon train depuis la polémique qui a opposé les deux partis au cours du week-end. Michel Aoun et le CPL ont vivement réagi à une déclaration d’un haut responsable iranien, Amir Ali Hajjizadeh, qui aurait considéré, samedi dernier, le Liban comme la ligne de front de l’Iran face à Israël. « Les Libanais n’ont besoin d’aucun partenaire pour protéger l’indépendance et la souveraineté de leur nation sur ses frontières et ses terres », a écrit le président Michel Aoun sur Twitter, sans préciser le contexte de ce message. « Les Libanais sont responsables de protéger la liberté, la prise de décision, la souveraineté et l’indépendance » de leur pays, indique un communiqué du CPL. Le texte précise que « l’aide reçue » de la part de pays tiers « ne doit pas être conditionnée à un abandon de la souveraineté nationale ni à une immersion dans des affaires qui ne concernent pas » le Liban, dans une claire allusion à l’Iran, sans pour autant le citer.

Lire aussi

Gebran Bassil à « L’Orient-Le Jour » : Je serai fini quand je serai enterré !

Alors que les déclarations d’Amir Ali Hajjizadeh sur la chaîne al-Manar ont provoqué une pluie de critiques de la part du courant du Futur, des Forces libanaises et des Kataëb, appelant l’État à prendre position, le CPL a-t-il réagi par simple opportunisme ? Ou ces sorties sont-elles le prélude d’un véritable virage politique par rapport à son allié chiite qui n’a jamais caché ses liens avec l’Iran ? La réponse semble être entre les deux. Les réactions du CPL semblent s’expliquer par la virulence des critiques sur la scène politique mais aussi par la pression que subit le parti sur cette question non seulement de la part de la communauté internationale mais aussi de sa propre base. Le CPL ne veut pas donner le sentiment de laisser la défense de la souveraineté libanaise à ses adversaires politiques et souhaite, dans le même temps, redéfinir à son avantage son partenariat avec le Hezbollah. Dans le prolongement des sanctions que Washington lui avait imposées – sous prétexte qu’il avait refusé de remettre en question sa relation avec le Hezbollah –, Gebran Bassil avait clairement exposé cette ambition : « Nous avons convenu avec le chef du Hezbollah d’améliorer le document d’entente (l’accord de Mar Mikhaël de février 2006) avec le parti, car les gens ont des attentes. »

Cherchant à préserver le seul partenaire solide qui lui reste, en l’occurrence le Hezbollah, le CPL ne peut pour autant ignorer les pressions des pays occidentaux et des pétromonarchies du Golfe qui exigent plus que jamais que le Liban adopte une sorte de neutralité par rapport aux conflits régionaux. Un avis que partage depuis un certain temps un large pan des aounistes qui considèrent que les actions du Hezbollah sont à l’origine de la crise économique qui frappe le pays.

Lire aussi

L’entente de Mar Mikhaël à l’épreuve des sanctions américaines

Michel de Chadarévian, responsable des relations diplomatiques au sein du CPL qui vient de quitter les rangs du parti, est pour sa part plus nuancé sur l’analyse de la dernière séquence. Selon lui, la tentative du courant aouniste et du président de se démarquer de la position iranienne est tout simplement due au fait que le CPL considère que c’est le Hezbollah, une entité libanaise en définitive, qui est son allié, et non l’Iran. À maintes reprises, le chef du CPL a tenté de jouer à l’équilibriste en cherchant à se distinguer, sur certains points, de son allié chiite, sans jamais couper les ponts pour autant. « L’existence d’Israël n’est pas pour nous une cause idéologique », avait-il déclaré en décembre 2017 en réponse à une question sur une éventuelle normalisation des relations entre les pays arabes et l’État hébreu lors d’une interview à la chaîne panarabe al-Mayadeen.

« Propos détournés »

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, n’a pas tardé à répondre aux critiques de son allié chrétien, dans son discours prononcé dimanche soir en commémoration de l’assassinat de Kassem Soleimani, il y a un an. Sans nommer ni le président ni le CPL, il a lié la souveraineté du Liban à l’œuvre de la résistance et à l’efficacité de son arsenal. « Les aides iraniennes à la résistance ne sont pas du tout conditionnées », a déclaré Hassan Nasrallah avant de souligner que le Liban devrait plutôt « remercier » le commandant iranien Kassem Soleimani. Depuis l’invasion israélienne en 1978, l’ancien chef des gardiens de la révolution « s’est tenu aux côtés du Liban ainsi que pendant les différentes étapes du conflit avec l’État hébreu ». « C’est la résistance qui a aidé le Liban et a protégé ses droits et sa souveraineté », a-t-il encore lancé. « On espère qu’un jour, le Liban sera riche grâce aux hydrocarbures et cela pourra arriver grâce à la résistance et à ses missiles », a ajouté Nasrallah. Le secrétaire général a cependant pris soin de rectifier le tir en cherchant à atténuer l’impact des propos du responsable iranien. Selon lui, les déclarations de celui-ci avaient été « détournées ». Le commandant Amir Ali Hajjizadeh aurait affirmé, lors d’un entretien sur la chaîne al-Manar, que « le Liban et Gaza sont des lignes de front pour lutter contre l’occupation israélienne », et non « des lignes de front pour l’Iran », a-t-il assuré.

Loyauté

Plus tôt dans son discours, le chef de la formation chiite s’est longuement penché sur les questions de loyauté et de fidélité, en parlant de la nécessité de faire preuve de dévouement à Soleimani. Une tirade qui a été interprétée par certains comme une pique lancée par Hassan Nasrallah contre ses alliés chrétiens. « Il n’en est rien », rétorque une source proche du Hezbollah qui estime que le chef du parti répondait de « manière générale et non aux aounistes en particulier ». Selon cette source, il est normal que le chef de l’État et le CPL clarifient leur position face à la campagne de dénigrement qui les avait visés. Une allusion aux réactions du courant du Futur, des FL et des Kataëb dont le chef, Samy Gemayel, a reproché à « la présidence, au gouvernement et au Parlement libanais d’être de “faux témoins” » face aux agissements de l’Iran.

Lire aussi

Les raisons qui poussent Bassil à ne pas rompre avec le Hezbollah

La source proche du Hezbollah a toutefois reconnu l’existence de « divergences » entre le parti chiite et les aounistes, estimant qu’elles sont compréhensibles dans « un contexte aussi difficile ». La source affirme que les deux parties tentent d’y remédier par le biais d’un dialogue destiné à rapprocher les points de vue. Côté iranien, ce n’est certainement pas la première fois que de hauts responsables de la République islamique parlent du Liban comme étant une province iranienne ou un prolongement de l’axe régional de la résistance. Il y a quelques années, en novembre 2017, le principal conseiller de Ali Khamenei, le guide suprême iranien, Ali Akbar Velayati affirmait que « la ligne de résistance part de Téhéran et traverse Bagdad, Damas et Beyrouth pour atteindre la Palestine ». Des responsables iraniens vantaient à la même époque le fait que Beyrouth, Damas, Bagdad et Sanaa étaient des capitales désormais sous influence iranienne. En 2018, Kassem Soleimani évoquait à son tour, à l’issue des législatives libanaises, l’émergence d’« une majorité en faveur de l’Iran ».

Le Courant patriotique libre (CPL) a-t-il décidé de prendre ses distances avec le Hezbollah en 2021 ? Les spéculations vont bon train depuis la polémique qui a opposé les deux partis au cours du week-end. Michel Aoun et le CPL ont vivement réagi à une déclaration d’un haut responsable iranien, Amir Ali Hajjizadeh, qui aurait considéré, samedi dernier, le Liban comme la ligne de front...
commentaires (12)

La vraie cause du conflit c’est que le hezbollah a érigé une statue de Soleimani sur la route de l’aéroport, plutôt qu’une statue de Gendrillon comme l’exigeait le CPL... ça les a fait péter dans l’eau, et donc il y a eu du gaz dans l’eau (et non pas le contraire comme le suggère le titre de cet article)...

Gros Gnon

20 h 23, le 05 janvier 2021

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • La vraie cause du conflit c’est que le hezbollah a érigé une statue de Soleimani sur la route de l’aéroport, plutôt qu’une statue de Gendrillon comme l’exigeait le CPL... ça les a fait péter dans l’eau, et donc il y a eu du gaz dans l’eau (et non pas le contraire comme le suggère le titre de cet article)...

    Gros Gnon

    20 h 23, le 05 janvier 2021

  • L'accord de mar mkhéyil livre nos frères du sud comme martyrs-malgré-eux au hezb et à l'iran dans leurs aventures syro-yemenito-internationales... Le CPL a livré, mains et pieds liés, à ce même tandem le reste du pays et l'avenir de sa jeunesse! Le tweet supposé émaner du prez ne fait que confirmer une impuissance flagrante et une peur sérieuse de faire face à ce tandem par ceux-là-même supposés défendre le peuple, la nation et la constitution! Le voile est levé depuis quelques temps, il est temps d'agir!!!

    Wlek Sanferlou

    14 h 16, le 05 janvier 2021

  • « On espère qu’un jour, le Liban sera riche grâce aux hydrocarbures et cela pourra arriver grâce à la résistance et à ses missiles ». J'invite tous les ingénieurs de la résistance à utiliser leurs missiles pour exploiter au mieux les ressources. J'invite sérieusement l'OLJ a donné la parole à bien plus de personnes issues de la société civile qu'à des pantins de la classe politique. Il serait souhaitable que les échanges et discours soient plus à la hauteur des lecteurs

    Georges Olivier

    12 h 19, le 05 janvier 2021

  • Nasrallah n'y est pour rien. Il est obligé d'obéir aux ordres des milices iraniennes. Il faut le comprendre. On peut même certifier qu'il prêche la paix autant que possible. Mais, une idéologie plus forte que lui, l'a pris dans un engrenage dont il ne peut pas s'en sortir, et avec lui les chiites libanais malgré eux. C'est devenu infernal pour tous les libanais.

    Esber

    11 h 19, le 05 janvier 2021

  • L'equation est etablie la Resistance gagne le LIban perd ( zero sum game) . A quoi ca sert une resistance si le LIban et les libanais ont tout perdu ?

    EL KHALIL ABDALLAH

    10 h 45, le 05 janvier 2021

  • Le gaz et le petrole d une colonie iranienne comme l est le Liban ne vaut rien....aucune compagnie ne voudra l exploiter ou l exporter......

    HABIBI FRANCAIS

    09 h 16, le 05 janvier 2021

  • nasroullah parle de memoire, de fidelite & de remerciements a l'iran? ben qu'on lui rappelle que la RESISTANCE LIBANAISE AUX ISRAELIENS a commence bien avant le hezb & l'aide de leur patron iranien, avait bien debute et fut tres active jusqu'a ce que hezb ait assassine leurs cadres pour mettre la main -exclusivement- sur cette resistance et ainsi nous soumettre aux ordres de vali fakih . alors memoire pour memoire et fidelite-c'est pas a lui de nous le rappeler.

    Gaby SIOUFI

    09 h 06, le 05 janvier 2021

  • QUE PEUT-ON ATTENDRE SINON DES DECLARATIONS BIDON DE L,IRANIEN, DU CPL ET DU HEZBOLLAH QUI ONT SAUVE LE LIBAN, PARTICULIEREMENT LE DERNIER, EN LE DETRUISANT POLITIQUEMENT REGIONALEMENT ET INTERNATIONALEMENT EN DETRUISANT PAR SES ACTIONS ET INTERVENTIONS SON ECONOMIE, SES FINANCES, LE PRECIPITANT DANS L,ABYSSE, ET SON EXISTENCE MEME TOUT EN AFFAMANT SON PEUPLE, CHRETIENS ET SUNNITES ET DRUZES EN PARTICULIER ET LES POUSSANT A L,EMIGRATION. SANS L,AMPUTATION DE CETTE GANGRENE DU CORPS LIBANAIS LE LIBAN NE RESSUSCITERA JAMAIS.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    08 h 31, le 05 janvier 2021

  • Ça fait treize ans que la majorité des Libanais prient le Général Aoun de reconsidérer l'accord de Mar Mikhael. Quant au secrétaire général du Hezbollah qui lie la souveraineté du Liban à l’œuvre de la résistance et à l’efficacité de son arsenal, il est nécessaire de constater qu'Israël a unilatéralement attaqué le Liban trois fois depuis aout. 

    Zovighian Michel

    07 h 10, le 05 janvier 2021

  • . « C’est la résistance qui a aidé le Liban et a protégé ses droits et sa souveraineté » Mais n’avait il pas été interdit à l’armée libanaise de descendre plus bas que le litani?!?!?

    Bery tus

    06 h 30, le 05 janvier 2021

  • Qu'attend donc ce parti, le cpl, pour prendre ses distances avec le parti de dieu... qu'attend donc ce président pour convoquer l'ambassadeur iranien suite aux déclarations d'un responsable de ce pays qui dit que que le guide suprême Ali Khamenei avait donné l'ordre aux groupes terroristes soutenus par Téhéran au Liban de détruire Haïfa et Tel-Aviv si "une folie était commise contre l'Iran" que les capacités de missiles du Liban ont été soutenues par l'Iran, et elles représentent la ligne de front pour la confrontation !!! De quel droit, sauf si on l'y a autorisé peut il parler au nom d'un pays étranger ? Le président ne lui reste il donc une once d'amour propre afin de dénoncer et condamner ces agissements à part un tweet laconique de trois lignes qui n'intéresse personne, s'il avait l'intention de paver la route pour l'accession de son gendre à sa succession , il s'y prend mal....

    C…

    04 h 55, le 05 janvier 2021

  • Il est gonflé NASRALLAH : Soleimani et l’iran se sont tenus du côté « du liban » lors de la dernière « invasion » israélienne. ... Ce qu’il ne dit PAS: c’était une RIPOSTE israélienne A CAUSE du Hezbollah qui avait tout fait pour provoquer la riposte. Si le Hezbollah n’était pas là... on n’aurait jamais eu de guerre ou réaction. Ceci dit, les iraniens aident le HEZBOLLAH et non les libanais qui subissent l’idéologie de ces intégristes. Puis Nasrallah essaie de rappeler à AOUNet surtout BASSIL ( à demi mots) : Y a le gaz et pétrole qui vous attend . Genre appuyez-nous et vous serez gâtés et combles. Après l’appât de la présidence, c’est au tour du gaz et de l’énergie maintenant qu’ils essaient « d’acheter » la couverture CPL

    LE FRANCOPHONE

    01 h 46, le 05 janvier 2021

Retour en haut