Rechercher
Rechercher

Politique - Éclairage

Les contours d’un front uni contre Michel Aoun se dessinent

Walid Joumblatt et Nabih Berry, appuyés par Sleiman Frangié, se rallient autour de Hariri dans le but d’ouvrir la confrontation avec le camp du chef de l’État.

Les contours d’un front uni contre Michel Aoun se dessinent

De gauche à droite : Walid Joumblatt, Saad Hariri et Nabih Berry. Photo d’archives Hassan Ibrahim

Face à l’impasse totale dans le processus de formation du gouvernement, les alliances se redessinent et un front commun semble se constituer pour modifier l’équilibre des forces, dirigé contre le président Michel Aoun et le Courant patriotique libre, accusés d’entraver la constitution du cabinet. Ce front rassemblerait notamment, aux côtés du chef du Premier ministre désigné Saad Hariri, le président du Parlement Nabih Berry et le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt, mais également le chef des Marada, Sleiman Frangié, pour ne pas donner à cette coalition une coloration confessionnelle, au moment où le conflit politique autour du gouvernement, et plus particulièrement autour des compétences constitutionnelles du Premier ministre désigné et du président de la République, commence à prendre une dimension communautaire. Dans ce contexte, la visite, mardi, de Saad Hariri à Bkerké pour discuter avec le patriarche maronite, Béchara Raï, du blocage gouvernemental devrait être interprétée, entre autres, sous l’angle d’une déconfessionnalisation d’un problème essentiellement politique.

Lire aussi

À défaut du tiers de blocage, Baabda veut rafler la mise sur les « gros » ministères

Selon des sources concordantes, MM. Berry, Joumblatt et Frangié, excédés par la politique de blocage du président Aoun et, derrière lui, de son gendre et chef du CPL Gebran Bassil, sont prêts à la confrontation. Ils ne veulent cependant pas appeler à la démission du chef de l’État, estimant qu’un tel appel doit venir des principales figures de la communauté maronite, comme l’a récemment dit Walid Joumblatt. Outre le blocage gouvernemental, c’est ladite guerre lancée par le camp du président contre la corruption qui a uni les chefs sunnite, chiite, druze et maronite, qui se prépareraient à lancer des représailles.

Les négociations de la dernière heure
Tout est parti d’une même conviction : la formation du gouvernement n’aura pas lieu de sitôt. Pour les sources proches de M. Joumblatt comme de M. Berry, il est désormais évident que le président Aoun ne veut pas de Saad Hariri comme Premier ministre. Ces sources estiment que le président ne permettra au chef du courant du Futur de constituer son cabinet que s’il se plie à ses demandes, qu’il s’agisse du tiers de blocage ou des ministères régaliens qu’il exige : l’Intérieur, la Défense et la Justice, outre l’Énergie. De son côté, le Hezbollah ne souhaite pas voir un gouvernement formé avant l’arrivée de la nouvelle administration américaine fin janvier, et veut que l’Iran garde le contrôle de toutes les cartes locales – du cabinet au dossier de la démarcation des frontières – qui peuvent lui être utiles dans tout marchandage à l’avenir.

Lire aussi

Michel de Chadarévian claque la porte du CPL et rejoint l’opposition

Face à cette situation, Walid Joumblatt et Nabih Berry, qui voulaient éviter à tout prix que le chef du gouvernement s’entende seul avec le président Aoun, comme il l’a fait entre 2016 et 2019 lors du compromis présidentiel, ont estimé qu’il était temps de réagir et de créer un front uni. C’est ainsi qu’ont été lancées les négociations de la dernière heure. Peu avant la dernière visite à Baabda de Saad Hariri le 9 décembre, au cours de laquelle il a soumis au chef de l’État une mouture de gouvernement, le Premier ministre désigné a reçu un message du président du Parlement, l’invitant à refuser d’accorder à Michel Aoun sept ministres (soit le tiers de blocage) au sein du gouvernement. Il ressort aussi de ce message qu’il ne faut pas laisser le chef de l’État « briser » tout le monde, en lui permettant d’imposer sa volonté, selon des sources proches de M. Berry. L’idée derrière ce message était de rallier Saad Hariri à ce front.

Dans le même temps, M. Berry a tenté d’arrondir les angles entre MM. Hariri et Joumblatt, qui étaient en désaccord sur le nom du futur ministre druze au sein du gouvernement et sur le portefeuille qui serait dévolu au PSP, selon les sources du chef druze. Walid Joumblatt réclamait en effet que les deux ministères de la Santé et des Affaires sociales soient attribués à sa communauté, mais Saad Hariri lui a proposé ceux des Affaires étrangères et du Tourisme. Un coup de fil entre les deux hommes à ce sujet a été très tendu, mais le président du Parlement est intervenu, se désistant du ministère de l’Agriculture que M. Hariri lui avait proposé au profit de M. Joumblatt et acceptant d’obtenir le Tourisme en échange, selon des sources proches d’Amal et du PSP. Quelques heures avant que M. Hariri se rende à Baabda, un nouveau problème a émergé sur le nom du futur ministre druze qui occuperait ces deux postes : Walid Joumblatt a proposé Abbas Halabi, mais Saad Hariri a refusé en expliquant que son nom était évoqué dans le gouvernement précédent de Moustapha Adib et qu’il ne voulait pas donner l’impression que les partis nomment les ministres de son cabinet. Le chef du PSP a, de son côté, estimé que Saad Hariri voulait nommer un ministre druze qui lui était acquis. Mais les deux hommes se sont finalement entendus sur le nom de l’ambassadeur du Liban en Inde, Rabih Narch, proche de M. Joumblatt, qui serait en charge à la fois des Affaires étrangères et de l’Agriculture.

La guerre des moutures
C’est donc après avoir résolu cet obstacle que M. Hariri s’est rendu à Baabda, muni d’une mouture de 18 noms répartis à égalité entre chrétiens et musulmans, dans laquelle il proposait au chef de l’État de nommer quatre ministres chrétiens, et non sept comme il le demande. Selon des sources proches de M. Hariri, la liste comprenait les ministres chrétiens suivants : Joe Saddi au ministère de l’Énergie, qui aurait été suggéré par la France, Charles Hage, Fayez Hajj Chahine, Salim Eddé, Saadé Chami, Lynne Tehini, Waddah Chaër (courant des Marada), Ziad Abi Haïdar pour l’Intérieur alors que le chef de l’État voulait y nommer Jean Salloum, et un ministre arménien pour le Tachnag. Du côté musulman, M. Hariri proposait quatre ministres chiites – deux pour le mouvement Amal, Youssef Khalil (Finances) et Jihad Mourtada, tous deux indépendants, et deux pour le Hezbollah qui n’a pas donné le nom de ses ministrables. M. Hariri a inclus dans sa mouture deux noms chiites, Maya Kanaan et Ibrahim Khalil Chahrour, quitte à les remplacer par les noms proposés par le Hezbollah par la suite. Les trois ministres sunnites (outre M. Hariri) seraient Firas Abiad à la Santé, Loubna Omar Meskaoui, et un ministre qui serait suggéré par Nagib Mikati. Mais la visite à Baabda, la contre-mouture présentée par Michel Aoun durant la réunion et les violents échanges de communiqués qui ont suivi ont sonné le glas des espoirs de M. Hariri et l’ont renforcé dans sa conviction qu’il ne pourrait pas former de cabinet face aux diktats de M. Aoun, connu pour vouloir imposer ses exigences, comme lorsque le pays était resté à l’arrêt pendant plus de deux ans jusqu’à son élection. Selon ses détracteurs, le chef de l’État est en effet déterminé à faire obstacle à la formation du gouvernement jusqu’à obtenir satisfaction de ses demandes pour se poser en « président chrétien » et pour surtout tenter de réhabiliter Gebran Bassil qui a été durement affecté par les sanctions américaines, en posant le CPL comme champion de la lutte contre la corruption.

La lutte contre la corruption et la contre-offensive
Malgré leur alliance, Nabih Berry n’était pas au diapason du Hezbollah dans cette affaire : il a en effet remis à Saad Hariri les noms de « ses » ministres au sein du futur gouvernement, alors que le parti pro-iranien refusait de donner les noms de ses ministrables avant que le président de la République accepte la mouture gouvernementale, par solidarité avec ce dernier. M. Berry se démarque également du Hezbollah en joignant ses forces avec MM. Hariri et Joumblatt pour faire face à la campagne dite anticorruption lancée par le camp du chef de l’État à travers la justice contre la Caisse des déplacés, le Conseil du Sud ou encore le Conseil du développement et de la reconstruction, afin de ne pas laisser M. Aoun tenter de s’imposer en personnalité « propre » face à la corruption des autres. C’est dans cet objectif que le PSP a décidé de passer à la contre-offensive en ouvrant les dossiers de corruption contre le ministère de l’Énergie devant la justice et de préparer un autre dossier sur les télécoms, selon les milieux du parti druze. Le PSP œuvre également à constituer des commissions d’enquête parlementaire sur la corruption, un projet appuyé par M. Berry, tandis que Saad Hariri a chargé un groupe d’avocats et de juges de préparer des réponses et d’ouvrir des dossiers de corruption, rapportent des sources de la Maison du Centre.

Lire aussi

Aoun et Hariri : du respect mutuel aux accusations réciproques

Outre la bataille judiciaire, la constitution d’un front politique anti-Aoun pourrait se traduire, selon certaines sources, après les fêtes de fin d’année, par des protestations sur le terrain, dont les manifestations menées par les sections étudiantes d’Amal et du PSP récemment sont les prémices.

Cette situation met le Hezbollah dans l’embarras : s’il ne veut pas se heurter au président ou permettre son affaiblissement, il est dans le même temps dans l’incapacité de faire pression sur ses alliés, Nabih Berry et Sleiman Frangié. Le parti chiite reste ainsi à l’écart de cette bataille, et tente d’éviter que les relations s’enveniment entre son allié stratégique, le président Aoun, et les autres forces.

Face à l’impasse totale dans le processus de formation du gouvernement, les alliances se redessinent et un front commun semble se constituer pour modifier l’équilibre des forces, dirigé contre le président Michel Aoun et le Courant patriotique libre, accusés d’entraver la constitution du cabinet. Ce front rassemblerait notamment, aux côtés du chef du Premier ministre désigné Saad...
commentaires (14)

Sans la fin du confessionalisme politique aucune sortie possible de la crise. Bizarrement tres peu de « democrate » n’en parle preferant evitant le sujet . Le confessionnalisme politique libanais est la mere de toutes les corruptions..

nabil zorkot

20 h 37, le 21 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Sans la fin du confessionalisme politique aucune sortie possible de la crise. Bizarrement tres peu de « democrate » n’en parle preferant evitant le sujet . Le confessionnalisme politique libanais est la mere de toutes les corruptions..

    nabil zorkot

    20 h 37, le 21 décembre 2020

  • Mais changeons la constitution président chiite , premier ministre chiite et président de chambre chiite et satellite de l'Iran

    Eleni Caridopoulou

    18 h 44, le 21 décembre 2020

  • Décidément ces tractations pour la répartition des portefeuilles ministériels me rappellent tellement nos débats enflammés en culottes courtes lorsque nous échangions nos billes à la récré au Lycée. Ah, nostalgie, quand tu nous tiens... Gamins, va!

    Gros Gnon

    18 h 41, le 21 décembre 2020

  • La question est pourtant simple ? Qui peut venir à bout du Hezbollah au lieu de vociférer toute la sainte journée ? Sinon svp laissez Saad Hariri travailler et si vous avez meilleure idée il ne demande qu’à voir et laisser faire !

    PROFIL BAS

    15 h 36, le 21 décembre 2020

  • Donc c'est Berri, Joumblatt et Junior qui veulent se porter a la rescousse du Liban ? Ah ca va vachement rassurer les donateurs internationaux ! préparez compatriotes Libanais ! les Dollars vont pleuvoir ! PS: je n'ai pas compté Franjieh-petit-fils car les meilleurs blagues sont les plus courtes.

    Lebinlon

    15 h 34, le 21 décembre 2020

  • IL FAUT QU,IL DEGAGE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    14 h 37, le 21 décembre 2020

  • Le pire et plus cruel des sarcasmes c'est quoi? : Après une longue journée de travail on aille voir une pièce de théâtre médiocre sur la mafia...pour se trouver dévalisé, battu, violé et même assassiné par les acteurs même!!! Et la comédie continue!!

    Wlek Sanferlou

    13 h 35, le 21 décembre 2020

  • • Il faut essayer de voir plus loin que le bout de son nez, bien que la présidence actuelle soit un désastre complet pour le pays en général et le Chrétiens en particulier, il n’est dans l’intérêt de personne d’écourter le mandat actuel car avec ce parlement et ce nouveau front qui se construit ils peuvent, a d’défaut de Bassil nous élire Sleiman Franjieh pour 6 années or il faut A TOUT PRIX sortir le pays de l’axe Syro Iranien pour lui permettre de se remettre sur la bonne voix et nous connaissons tous les amitiés de Franjieh

    Liban Libre

    13 h 17, le 21 décembre 2020

  • Pas une vipère pour racheter l'autre....

    Christine KHALIL

    13 h 06, le 21 décembre 2020

  • Tout cela est vraiment malheureux et le pays ne cesse d'aller a reculons!!!

    Georges Breidy

    12 h 28, le 21 décembre 2020

  • C’est le Liban en entier qui doit réclamer la demission de l’actuel président et en premier lieu les maronites, démission suivie du départ de toute la classe politique corrompue et voleuse. En 1989/1990, ce régime nous avait valu morts, destructions et émigration massive mais l’économie a tenu bon. En 2020, ce même régime, grâce aux bons conseils du prince pendre, nous a valu à nouveau morts, destruction massive de plusieurs quartiers de Beyrouth, exode massif des jeunes ET FAILLITE TOTALE de l’économie et des finances jetant une grande partie de la population dans la pauvreté. On pensait avoir tout vécu au Liban, mais nous avons atteint un tel degré d’humiliation que nous avons décidé de ne plus nous taire malgré tous les risques de ce régime policier

    Lecteur excédé par la censure

    07 h 50, le 21 décembre 2020

  • "M. Hariri proposait quatre ministres chiites – deux pour le mouvement Amal, Youssef Khalil (Finances) et Jihad Mourtada, tous deux indépendants". Je ne comprends pas très bien la définition que Hariri peut donner du mot "indépendant".

    Yves Prevost

    07 h 11, le 21 décembre 2020

  • En d'autres termes : Les libanais non partisans ( le gros des libanais ) + les partis au pouvoir ainsi que ceux de l'opposition se rallient contre Aoun et son genre. Sachant que DEJA une partie des CPL râlent et ne sont pas d'accord avec la collaboration de Aoun/Bassil avec le Hezbollah et l'iran. L'isolement est total. Ceci étant , l'espoir d'un conflit BERRY / HEZBOLLAH risque d'apparaitre , aussi, si le parti pro iranien reste avec Aoun et sa bande. Ce qui est peu probable. Le hezbollah n'a plus besoin de ce parti CPL et de Aoun : Au début, Aoun lui était utile pour faire le pont avec l'occident notamment les USA. Or aujourd'hui, l'occident , en l'occurrence les USA ont coupé les ponts avec Aoun et surtout son gendre qui est sur liste noire... 2021 va recomposer le paysage politique et va faire éjecter sans doute certains politiciens qui ont tenu le haut du pavé avec arrogance ces dernières années.... A suivre.

    LE FRANCOPHONE

    00 h 33, le 21 décembre 2020

  • Pauvre Lilban.Tout le monde comprendra le sens exact de ces deux mots

    houalla alex

    00 h 32, le 21 décembre 2020

Retour en haut