Rechercher
Rechercher

Nucléaire iranien

Biden veut de nouvelles négociations, mais après avoir rejoint l’accord

Le président élu américain Joe Biden a affirmé au New York Times vouloir engager rapidement de nouvelles négociations avec l’Iran, « en consultation » avec les alliés de Washington, mais uniquement après le retour des États-Unis dans l’accord sur le nucléaire iranien que Donald Trump a quitté. Dans un entretien mardi soir avec un éditorialiste du quotidien américain publié hier, le démocrate confirme sa position exprimée avant l’élection présidentielle du 3 novembre. En septembre, il avait écrit dans une tribune que si Téhéran revenait à « un respect strict » des limites imposées à son programme nucléaire par l’accord international de 2015, les États-Unis reviendraient à leur tour dans l’accord, comme « point de départ » pour des négociations « de suivi ». « Cela sera difficile, mais oui », a dit Joe Biden lorsque le journaliste lui a demandé si c’était toujours sa position.

« La meilleure manière d’atteindre une certaine stabilité dans la région » est de s’occuper « du programme nucléaire » de Téhéran, a-t-il estimé. Si l’Iran se dotait de la bombe atomique, il y aurait une course à l’armement nucléaire au Moyen-Orient, et c’est « la dernière foutue chose dont on a besoin dans cette partie du monde », a insisté le futur président. Selon le journal américain, la nouvelle administration va, lors de ces négociations, chercher à étendre la durée des restrictions sur la production iranienne de matériaux fissiles pouvant être utilisés pour produire une bombe nucléaire, et d’aborder la question des activités de Téhéran et de ses groupes alliés au Liban, en Irak, en Syrie et au Yémen.



Le président élu américain Joe Biden a affirmé au New York Times vouloir engager rapidement de nouvelles négociations avec l’Iran, « en consultation » avec les alliés de Washington, mais uniquement après le retour des États-Unis dans l’accord sur le nucléaire iranien que Donald Trump a quitté. Dans un entretien mardi soir avec un éditorialiste du quotidien américain...

commentaires (0)

Commentaires (0)