Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

Salamé se dit "pour l’audit juricomptable" : "Nous avons remis nos comptes"

Les subventions peuvent encore "durer deux mois", affirme le gouverneur de la BDL.

Salamé se dit

Le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé, lors d'une interview avec la chaîne al-Hadath. Capture d'écran.

Le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé a assuré mardi être en faveur de l'audit juricomptable de la BDL et affirmé avoir remis les comptes nécessaires à cet audit, alors que le cabinet en charge de ce contrôle, Alvarez & Marsal a jeté l'éponge récemment.

"Nous sommes pour l’audit juricomptable et nous avons remis nos comptes", a déclaré M. Salamé lors d'un entretien accordé à la chaîne saoudienne al-Hadath. "Nous allons remettre aussi les comptes du gouvernement, a-t-il ajouté.  Nous les remettons au ministère des Finances parce que c’est lui qui coopère avec les cabinets (en charge de l'audit)". Interrogé pour savoir s'il remettra également les comptes des banques libanaises, il a répondu qu'il fallait une loi pour cela en invoquant le secret bancaire.

L'audit juricomptable de la Banque du Liban est posé comme l'une des conditions à toute aide internationale. Le cabinet en charge de ce contrôle, Alvarez & Marsal, a jeté l'éponge dernièrement en raison selon lui du refus de la Banque du Liban, de lui fournir les documents requis pour mener à bien sa mission, sous prétexte de respect du secret bancaire.  Suite à une lettre adressée par le président Michel Aoun au Parlement, la Chambre s’est déclarée en faveur d’un audit juricomptable qui engloberait la BDL, ainsi que toutes les institutions publiques, y compris les ministères, "sans aucun obstacle ni aucun recours au secret bancaire pour justifier une obstruction". La décision n'a cependant aucune valeur légale.

Au début de l'interview, M. Salamé a rejeté les accusations de corruption lancées à son encontre, et assuré "faire son devoir pour servir les Libanais". "Je pense qu’en tant que gouverneur de la Banque centrale je fais mon devoir afin de servir les Libanais et les accusations à mon encontre ne sont pas fondées", a-t-il assuré. Il est honteux de dire que je fais partie d’un système corrompu, et honte à ceux qui disent que je couvre les corrompus", a encore dit le gouverneur de la BDL affirmant "être indépendant"

A la question de savoir "où sont les avoirs des Libanais", M. Salamé a souligné qu'ils "se trouvent dans les banques".  "Au cours des 12 derniers mois, 30 milliards de dollars ont été retirés, 20 milliards ont été utilisés pour acheter de l’immobilier, a-t-il détaillé. Chaque mois, au moins 600 millions de dollars sont retirés pour répondre aux besoins des Libanais". Le gouverneur a aussi indiqué que "les dépôts sont dans les banques et non à la BDL", notant qu'"aucune banque n’a annoncé avoir fait faillite". "Les banques libanaises gèrent les risques, nous ne faisons que définir les politiques", a-t-il encore dit. 

Deux mois de subventions 

Concernant les limites de retraits imposées aux Libanais et l'impossibilité pour eux de retirer des dollars, M. Salamé a affirmé que "tous les pays du monde mettent des limites pour les retraits en espèces" et que dans toutes les banques à l'étranger les retraits se font dans la monnaie locale et non en devises. 

"Jusqu'à fin septembre 2020, la BDL a restitué tous les dollars aux banques", a-t-il poursuivi, soulignant qu'il s'agit de plus de 13 milliards de dollars. "Le déficit dans les finances de l’État libanais ne concerne pas la BDL", a ajouté M. Salamé. 

Le gouverneur a également promis que le secteur bancaire fonctionnera a nouveau normalement en mars 2021. Celles qui n'auront pas augmenté à la fin de cette année leur capital de 20 % par rapport à leur niveau en 2018 seront restructurées par la Banque centrale tout en préservant les avoirs des gens.

M. Salamé a aussi évoqué la question des subventions des biens de première nécessité - pain, carburant, médicaments - par la BDL, au taux de 1.507 livres libanaises pour un dollar (le taux officiel). Interrogé à ce sujet, il a indiqué que les subventions pouvaient encore "durer deux mois" mais que l'État devrait préparer un plan. "La BDL aujourd'hui assure tout ce dont l’État a besoin parce que nous voulons que le peuple continue de vivre comme il se doit", a-t-il noté. 

Riad Salamé a enfin affirmé que les propos selon lesquels des sanctions américaines pourraient être imposées contre la BDL sont inexacts.

Selon des sources citées par le Wall Street Journal (WSJ) lundi, les autorités américaines soupçonnent la BDL "de blanchiment d’argent, de corruption et de liens avec le Hezbollah". L’article avait cité le nom d’Ahmad Ibrahim Safa, ancien membre de la commission de contrôle des banques, qui selon des sources du journal aurait joué le rôle de "facilitateur" pour le parti soutenu par l’Iran. À noter que douze banques libanaises sont actuellement jugées pour avoir pris part au financement du Hezbollah, après que des poursuites ont été engagées à leur encontre par des proches de victimes de l’armée américaine en Irak, ce que l’Association des banques du Liban réfute.


Le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé a assuré mardi être en faveur de l'audit juricomptable de la BDL et affirmé avoir remis les comptes nécessaires à cet audit, alors que le cabinet en charge de ce contrôle, Alvarez & Marsal a jeté l'éponge récemment."Nous sommes pour l’audit juricomptable et nous avons remis nos comptes", a déclaré M. Salamé lors d'un...

commentaires (15)

Je precise a Monsieur Salame que ceux qui ont depose des Dollars par virement bancaire de lEtranger doivent pouvoir en retirer et c est ds tous les pays Travailler pendant 60 ans en dehors et envoyer son argent par Virement banquaire et voir cet argent bloquer ca rends malade

Nassour Georges

22 h 13, le 02 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • Je precise a Monsieur Salame que ceux qui ont depose des Dollars par virement bancaire de lEtranger doivent pouvoir en retirer et c est ds tous les pays Travailler pendant 60 ans en dehors et envoyer son argent par Virement banquaire et voir cet argent bloquer ca rends malade

    Nassour Georges

    22 h 13, le 02 décembre 2020

  • PHENIX NE PEUT PAS RESSUSCITER DE SES CENDRES INFECTEES. IL NE PEUT RESSUSCITER QUE PAR LA REVOLUTION D,UN PEUPLE UNI ET DECIDE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 32, le 02 décembre 2020

  • Le secret bancaire derrière lequel ils se cachent tous tombe lorsqu’il y a corruption et malversations à grande échelle. Nous n’allons pas lui apprendre son métier. Alors pourquoi seul le Liban ferait exception? La loi dont ils se gargarisent tous sur la levée du secret bancaire ne verra jamais le jour puisque ce sont ces mêmes voleurs qui ont commis les larcins qui sont censés la voter . De qui il se foutent ce sagouin et ses alliés. En bombant le torse et accusant l’autre, formule cher à leur cœur il croit pouvoir s’en sortir. Non Monsieur vous pourriraient tous derrière les barreaux. Les libanais devraient adressaient une plainte collective auprès du tribunal international pour connaître toute la vérité sur le pillage et la confiscation de leurs biens et descendre dans la rue par millions pour chasser ces malfaiteurs qui ne partiront pas d’eux mêmes. QU’ATTENDONS NOUS NOM D’UNE PIPE QU’ON NOUS JETTE VIVANTS DANS LES TOMBES QU’ILS NOUS SOIGNEUSEMENT CREUSÉS DEPUIS DES DÉCENNIES? A L’ATTAQUE IL N’Y A PLUS DE TEMPS A PERDRE.

    Sissi zayyat

    12 h 35, le 02 décembre 2020

  • Sans vouloir être l'avocat du Diable, Riad Salameh a raison sur certains points et en particulier sur le secret bancaire qui est régit par la loi. En aucun cas la loi ne permet une quelconque randomisation ou autres méthodes et dévoiler les informations. S'il faut s'en prendre a quelqu'un c'est d'abord a Berri et ses députés ainsi qu'a tous ceux qui n'ont pas accepté de faire passer une des lois ou les lois déjà présentées par les FL ou même le CPL lors de le dernière séance. Clamer qu'ils sont pour sans pour autant changer la loi fera de Salameh un hors la loi et il se fera limoger pour être remplacé par un autre qui sera surement pire. Tous du président a Hariri a Berri, etc... n'osent s'en débarrasser justement parce qu'il les tiens par les couilles. Il a peut être commis des erreurs, mais je suis sure que ses péchés sont extrêmement moindre que ceux des vrais responsables que sont les politiciens eux mêmes, principalement ceux de la moumana3a. Pour tout dévoiler, il n'y a qu'un seul moyen, départir le Hezbollah de ses armes avec lesquelles il protège le système corrompu établit. Tout le reste se fera en moins de deux. Sans cela, le pays restera dans la mouise.

    Pierre Hadjigeorgiou

    11 h 12, le 02 décembre 2020

  • L,HYPOCRISIE DE SALAME ET DE TOUS NOS ABRUTIS GOUVERNANTS CORROMPUS, VOLEURS ET INCOMPETENTS QUI SE CACHENT TOUS DERRIERE LA LOI SUR LE SECRET BANCAIRE LORSQU,ILS ONT DEVALISE LES ECONOMIES D,UNE VIE DES DEPOSANTS ET LES AYANT REDUITS EN MENDIANTS ET MOURANT DE FAIM N,A PLUS DE BORNES. LA JUSTICE QUI NE S,EN EST POINT EMUE TOUTES CES ANNEES ET A LAISSE FAIRE, JUGES ET AVOCATS, SONT TOUT AUTANT RESPONSABLES ET HYPOCRITES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 49, le 02 décembre 2020

  • En temps normal le secret bancaire a peut-etre fait du Liban un centre financier important et a contribue au developpement du pays. Mais maintenant et dans notre situation lamentable, il sert a cacher des fortunes colossales provenant du pillage du pays. Les gens riches, ayant acquis honnetement leur argent ne profitent guere du secret bancaire, les autres si.

    Goraieb Nada

    09 h 10, le 02 décembre 2020

  • Ce qu'on peut lui reprocher sûrement, c'est qu'il fallait, du moment de la mise en application de la loi d'août 2017, et devant la corruption des politiques,et connaissant la présence de dizaines de milliers de fonctionnaires inutiles, il fallait songer à faire glisser le taux de change de la livre progressivement, ce qui pouvait représenter une menace et une alerte, au lieu de voir perdre actuellement 80% de la valeur de la livre. Et, que pense-t-il faire pour les 18% des dépôts en livres qui restent, et qui ont appauvri les retraités et beaucoup de ceux qui ont écouté ses mensonges?

    Esber

    04 h 04, le 02 décembre 2020

  • "... Interrogé pour savoir s'il remettra également les comptes des banques libanaises, il a répondu qu'il fallait une loi pour cela en invoquant le secret bancaire. ..."- C’est faux! Le nom des titulaires de comptes peuvent être randomisés pour préserver leur anonymat. Si l’audit révèle que l’individu numéro 421 a effectué des transactions frauduleuses, alors on pourra faire une loi qui autorise la levée du secret bancaire sur le nom de l’individu 421 pour qu’il puisse être poursuivi. Si ça se trouve c’est même déjà prévu par la loi. Le hic est que ces individus sont souvent les hommes politiques, donc ceux-là même qui font les lois, et ils n’accepteront jamais de lever le secret bancaire sur leurs malversations...

    Gros Gnon

    04 h 00, le 02 décembre 2020

  • Le gouverneur a également promis que le secteur bancaire fonctionnera a nouveau normalement en mars 2021. il se donne 3 mois pour prendre la tangente ,on ne le verra plus au Liban ni lui ni ses protecteurs j espère , plus menteur que moi tu meurs

    youssef barada

    01 h 33, le 02 décembre 2020

  • A qui avez-vous remis vos comptes? A téta Laurice?

    LeRougeEtLeNoir

    00 h 21, le 02 décembre 2020

  • Franchement, c'est se moquer à/de la face des gens (je le dis poliment, autrement j'aurais été plus virulent). Il se prend pour qui le Marquis de Salamé? Faut-il le croire ou croire l'instance internationale qui a jeté l'éponge? Hélas, il faut se rendre à l'évidence que plus rien, mais vraiment plus rien en fonctionne dans cette république bananière qu'est devenu le Liban... Revenir au slogan de la Thaoura: tous coupables... DU BALAI!!!

    Christian Samman

    00 h 01, le 02 décembre 2020

  • On dirait que plus on perd de l'argent plus salameh gagne de l'âge et vieillit à coup d'interviews...une photo révélatrice?

    Wlek Sanferlou

    23 h 43, le 01 décembre 2020

  • Un cabinet d'Audit jette l'éponge et ce cher monsieur qui sert de couverture aux mafieux et inversement, sans honte annonce qu'il a remis tous les documents !!! Il se fout de notre gueule et il n'est pas le seul.

    Zeidan

    23 h 36, le 01 décembre 2020

  • let us see Mr Salamdoff: it is your word against that of Alvarez & Marshall..... who do you think at this point we should believe ? If you had any shame, you should have already resigned and headed to the Cayman Islands where your wife Marie Antoinette Salamadoff has already made accommodations for you both. That would be only place for you on earth right now or hell in the beyond.

    hrychsted

    23 h 11, le 01 décembre 2020

  • le libanais moyen , qui avait déposé toutes ses économies dans les banques libanaises, s'interesserait de beaucoup plus près à un éventuel audit des banques où so argent est bloqué qu'aux frandes et à ña corruption des entités publiques qui ne lui rapporteraient rien . Il veut récupérer son argent avant tout , et c'est à l¡Assoxiation des Banques qu'il en veut . Toute sa rage est actuellement orientée contre cette association . Il faut lever le secret bancaire que les comptes des banques libanaises ouverts à la BDL . C¡est l+a la priorité .

    Chucri Abboud

    23 h 11, le 01 décembre 2020

Retour en haut