Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Le Liban se perd

Après cent ans d’existence, le pays est en déliquescence.

Tout est mis sur le dos des politiques et du Hezbollah, pour les uns, et sur le dos des Américains, pour les autres.

Et si on regardait un peu plus profondément ?

En fait, ce qui a constitué le « ciment national » pendant plus d’un siècle, c’était l’engagement, corps et âme, de la composante fondatrice de ce pays, à savoir la composante chrétienne.

Cette dernière semble avoir levé les bras !

Le pourquoi du comment importe peu ! Seul le résultat compte.

La « démission » chrétienne s’est concrétisée essentiellement à travers deux phénomènes, inédits dans la très longue histoire des « bâtisseurs du Liban » : l’alliance contre-nature avec l’axe syro-iranien et la complicité active avec tous les « phagociteurs » de l’État.

Et ces deux phénomènes se sont accompagnés d’un nouvel état d’esprit généralisé à la sortie des 15 années de guerre, et surtout à la fin de la boucherie interchrétienne, « jamais plus ça » !

Alors qu’au même moment, une autre composante de la population ne rêvait que d’en découdre presque avec tout le monde, et sous les prétextes les plus divers et variés, allant de la libération des territoires occupés, en passant par le soutien à la Palestine, jusqu’à la fraternité avec les houthis du Yémen !

Pacifisme béat d’un côté, réconforté par l’alliance contre-nature pour préserver l’existence, et généreusement récompensé par du pouvoir et des fonds publics, et volonté guerrière et revancharde de l’autre, soutenue par une République islamique « en chaleur » et un régime baassiste aigri, ont fini par mettre le pays à genoux.

Les chiites pourront-ils faire un Liban à leur image ?

Ils sont en passe d’y parvenir. Seul un « soubresaut » des fondateurs de ce pays pourra donner une dernière chance à ce qui fut « un message de paix » universel.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Après cent ans d’existence, le pays est en déliquescence.

Tout est mis sur le dos des politiques et du Hezbollah, pour les uns, et sur le dos des Américains, pour les autres.

Et si on regardait un peu plus profondément ?

En fait, ce qui a constitué le « ciment national » pendant plus d’un siècle, c’était l’engagement, corps et âme, de la...

commentaires (0)

Commentaires (0)