Rechercher
Rechercher

Polémique

Navires-centrales : le directeur de la DDA hausse le ton face à César Abi Khalil

Navires-centrales : le directeur de la DDA hausse le ton face à César Abi Khalil

Le président de la Direction des adjudications, Jean Ellieh. P.H.B

Le président de la Direction des adjudications (DDA), Jean Ellieh, a répondu hier avec véhémence aux accusations de falsification de documents lancées une semaine plus tôt à son encontre par l’ancien ministre de l’Énergie et de l’Eau César Abi Khalil, sur la LBCI, concernant l’appel d’offres lancé en 2017 pour permettre à l’État de louer des centrales temporaires afin de combler le déficit chronique de production d’électricité au Liban.Au cœur de la polémique, les résultats de l’appel d’offres controversé de 2017 pour la location de navires-centrales, qui s’était soldé par la sélection d’une seule offre conforme aux conditions listées dans le cahier des charges, ce qui est contraire à la loi libanaise selon Jean Ellieh, alors que, de son côté, César Abi Khalil affirme qu’il y en avait en réalité deux. « S’il y a vraiment eu falsification d’un document, il faut que la justice agisse et sanctionne le responsable », a affirmé hier Jean Ellieh lors de sa conférence au Club de la presse (Furn el-Chebback). « Le document que le ministre a présenté à la LBCI est la preuve même de mon honnêteté et de sa culpabilité », a poursuivi le haut fonctionnaire. « On y dit clairement que la deuxième offre ne sera conforme que si une certaine liste de documents est présentée. Dans l’un de ces papiers, il y a un mémorandum d’entente qui n’est pas signé par toutes les entreprises concernées ! » s’est encore indigné Jean Ellieh. L’ancien ministre avait en effet dévoilé un compte-rendu signé notamment par le directeur de la DDA et répertoriant quatre offres retenues sur les huit présentées dans le cadre de la première phase de l’adjudication et dans lequel ont été consignées les remarques concernant la conformité de chacune d’entre elles au cahier des charges.

Cahier des charges de « quatre pages »

Pour le directeur de la DDA, le cahier des charges de la procédure, « de seulement quatre pages », a été « taillé sur mesure et réalisé à huis clos » par un conseiller pour qu’il ne reste qu’une seule entreprise candidate – une référence indirecte à l’opérateur Karadeniz à qui l’État loue déjà des navires-centrales depuis 2013. Il a également présenté plusieurs documents au cours de son intervention, invitant la presse à le contacter pour en obtenir des copies.

Reste que, toujours selon Jean Ellieh, après avoir inspecté les candidatures, la DDA aurait renvoyé ses commentaires par écrit au ministre, lui indiquant qu’il faillait retravailler les volets administratif et technique avant l’ouverture des plis. Ce dernier aurait alors répondu par écrit, indiquant au haut fonctionnaire que le gouvernement lui a demandé d’inspecter uniquement la partie financière du dossier de l’appel d’offres. La procédure évoquée par le haut fonctionnaire a été lancée au printemps 2017 et s’inscrivait dans le cadre d’un plan de sauvetage du secteur de l’électricité préparé par le ministère de l’Énergie et validé par le Conseil des ministres en mars de la même année. La capacité supplémentaire visée était alors de 800 à 1000 mégawatts selon le plan du ministre, destiné à renforcer le parc de centrales d’Électricité du Liban (EDL) suffisamment longtemps pour équiper le pays de centrales permanentes – un autre axe prévu dans le plan du ministre. L’adjudication lancée avait été critiquée par une partie de la classe politique ainsi que la Direction des adjudications dont l’avis avait été sollicité en cours de route. La procédure a finalement été annulée et l’État a fini par prolonger, en mai 2018, le contrat de la société Karadeniz, à qui il loue donc deux barges, le Fatmagül Sultan, branché sur la centrale de Zouk (Kesrouan), et le Orhan Bey, posté à Jiyé (Chouf), déployant 370 MW en tout. Ce contrat arrive à échéance en septembre 2021.



Le président de la Direction des adjudications (DDA), Jean Ellieh, a répondu hier avec véhémence aux accusations de falsification de documents lancées une semaine plus tôt à son encontre par l’ancien ministre de l’Énergie et de l’Eau César Abi Khalil, sur la LBCI, concernant l’appel d’offres lancé en 2017 pour permettre à l’État de louer des centrales temporaires afin...

commentaires (2)

chevalier preux , mr allieh represente L'EXEMPLE non seulement ideal mais le seul capable de mener la nation vers le salut. les chantres de la justice qui exigent des preuves oublient que l'etat dirigeant notre devenir interdit carrement la poursuite contre ses hommes,-je le comprend car sinon KELLOUN seraient devenus hotes de Roumieh

gaby sioufi

10 h 28, le 19 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • chevalier preux , mr allieh represente L'EXEMPLE non seulement ideal mais le seul capable de mener la nation vers le salut. les chantres de la justice qui exigent des preuves oublient que l'etat dirigeant notre devenir interdit carrement la poursuite contre ses hommes,-je le comprend car sinon KELLOUN seraient devenus hotes de Roumieh

    gaby sioufi

    10 h 28, le 19 novembre 2020

  • Que tous ceux qui ont des preuves irréfutables les présentent au Parquet Financier. Sinon fermez vos gueules

    Liberté de Penser

    10 h 12, le 19 novembre 2020