Rechercher
Rechercher

Économie - Monnaie

Nouveau record de la masse monétaire en circulation

Nouveau record de la masse monétaire en circulation

La quantité des billets et pièces en circulation a augmenté de 6,67 % par rapport à celle en circulation fin octobre. Photo P.H.B.

Toujours plus haut. Lors des deux premières semaines de novembre, la quantité de la masse monétaire en circulation (billets et pièces) a augmenté de plus de 1 700 milliards de livres, selon le dernier bilan de la Banque du Liban (BDL), soit 6,67 % de plus par rapport à celle en circulation fin octobre, portant le total à 27 280 milliards de livres.

À titre comparatif, cette masse monétaire avait déjà augmenté de 15 000 milliards de livres lors des dix premiers mois de l’année, soit 750 milliards de livres toutes les deux semaines. La hausse est d’environ 250 % en rythme annuel, selon nos calculs. La hausse de la masse monétaire a coïncidé avec un effondrement de la livre par rapport au dollar (autour de 8 000 livres pour un dollar sur le marché noir, alors que la parité officielle est de 1 507,5 livres).

L’explosion de la masse monétaire est quasi continue depuis le début de la terrible crise économique et financière que traverse le pays. Mais ce dernier mouvement enregistré interpelle d’autant plus qu’il survient à un moment où la BDL semble vouloir réduire la quantité de billets et de pièces en circulation.

Lire aussi

Retraits en livres : la BDL lâche du lest pour les achats de médicaments

D’abord à travers la circulaire n° 573 publiée le 9 octobre qui impose à certains importateurs (blé, carburant, médicament, matériel médical) bénéficiant des mécanismes de subventions mis en place par la BDL sur l’achat du dollar au taux officiel, de lui fournir en espèces les montants en livres qu’ils souhaitent convertir. Ensuite à travers un resserrement – légèrement assoupli – des modalités de retraits de liquidités en livres que les banques peuvent faire à partir de leurs comptes à la BDL.

Ces deux mesures ne semblent pour l’instant pas avoir eu d’effet. « Cela s’explique par la faiblesse de la confiance dans le secteur bancaire et par les différents va-et-vient concernant l’abaissement des plafonds de retraits », explique une source bancaire. De fait, la BDL a bien concédé vendredi dernier à assouplir les modalités de retraits de liquidités des banques dans certains cas restreints.



Toujours plus haut. Lors des deux premières semaines de novembre, la quantité de la masse monétaire en circulation (billets et pièces) a augmenté de plus de 1 700 milliards de livres, selon le dernier bilan de la Banque du Liban (BDL), soit 6,67 % de plus par rapport à celle en circulation fin octobre, portant le total à 27 280 milliards de livres.À titre comparatif, cette...

commentaires (1)

n'en deplaise a becauoup- j'espere beaucoup que c'est le cas- je lis enfin quelque chose de sense, clair net et precis sans langue de bois : """"Cela s’explique par la faiblesse de la confiance dans le secteur bancaire"""" POINT. qui oserait discuter cette verite ?

gaby sioufi

10 h 03, le 18 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • n'en deplaise a becauoup- j'espere beaucoup que c'est le cas- je lis enfin quelque chose de sense, clair net et precis sans langue de bois : """"Cela s’explique par la faiblesse de la confiance dans le secteur bancaire"""" POINT. qui oserait discuter cette verite ?

    gaby sioufi

    10 h 03, le 18 novembre 2020

Retour en haut