Rechercher
Rechercher

Finance

Bank Audi reprend les négociations pour la vente de sa filiale égyptienne

Bank Audi reprend les négociations pour la vente de sa filiale égyptienne

Les négociations pour la vente de Bank Audi Égypte reprennent. Photo d’archives AFP

Bank Audi a annoncé le 28 octobre la reprise des « négociations exclusives » avec First Abu Dhabi Bank (FAB), la plus grande banque des Émirats arabes unis, pour le rachat de sa filiale égyptienne, Bank Audi Égypte.

Celles-ci avaient été entamées en janvier dernier, avant d’être suspendues le 18 mai à cause des « circonstances sans précédent causées par la pandémie de Covid-19 », explique le communiqué publié pour l’occasion. Néanmoins, les deux banques avaient enregistré « des progrès significatifs » avant cette interruption, peut-on aussi y lire. Cette pandémie, qui aura engendré un confinement à partir du 15 mars au Liban et du 25 mars aux Émirats arabes unis et dont certaines mesures perdurent jusqu’à aujourd’hui, a sérieusement impacté l’économie régionale. Le Fonds monétaire international s’attend à une contraction du PIB de 3,9 % en 2020 pour la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA).

Outre l’accord définitif entre les deux banques, cette transaction doit aussi être approuvée en amont par les trois banques centrales (d’Égypte, du Liban et des Émirats arabes unis). « Les revenus générés par cette vente contribueront à l’amélioration de la liquidité et de la résilience financière de Bank Audi », indique ainsi le communiqué. En revanche, aucun montant n’a été évoqué pour ce rachat.

Le processus de rachat des actifs de Bank Audi par FAB constitue l’une des pistes envisagées par le groupe bancaire libanais pour se conformer à la série de régulations émises par la Banque du Liban. L’une d’entre elles, édictée la première fois par la circulaire intermédiaire n° 532 du 4 novembre, a exigé des banques d’augmenter, en deux temps jusqu’à juin 2020, leur capital de 20 % par rapport aux niveaux enregistrés à fin 2018.

Une obligation à laquelle la plupart des établissements ont été financièrement incapables de souscrire compte tenu de la crise que traverse le pays, ce qui a finalement poussé la Banque centrale à revenir à la charge fin août, avec un autre texte : la circulaire principale n° 154 du 27 août dernier qui a notamment repoussé la date de cette obligation à fin décembre 2020. Le jour de sa publication, le gouverneur avait indiqué à Reuters que les banques qui n’auraient pas augmenté leur capital à fin février 2021 se verraient dans l’obligation « de sortir du marché ».

Selon nos calculs basés sur les résultats bancaires de 2018, les banques doivent trouver 5 milliards de dollars supplémentaires pour atteindre ce seuil de 20 %. En ce qui concerne Bank Audi, qui fait partie des trois plus grandes banques libanaises en termes de dépôts et d’actifs, elle devrait augmenter son capital de 776,8 millions de dollars selon nos calculs à partir des données fournies par le cabinet Bankdata (ses fonds propres étaient de 3,884 milliards de dollars à fin 2018).



Bank Audi a annoncé le 28 octobre la reprise des « négociations exclusives » avec First Abu Dhabi Bank (FAB), la plus grande banque des Émirats arabes unis, pour le rachat de sa filiale égyptienne, Bank Audi Égypte.

Celles-ci avaient été entamées en janvier dernier, avant d’être suspendues le 18 mai à cause des « circonstances sans précédent causées par...

commentaires (0)

Commentaires (0)