Rechercher
Rechercher

Scandale

Examens gynécologiques forcés : le Qatar va juger les responsables

Le Qatar a annoncé hier que les responsables des examens gynécologiques forcés subis par des passagères à l’aéroport de Doha seraient poursuivis en justice, une affaire qui a provoqué une vague d’indignation à l’international et entaché l’image de ce riche pays du Golfe. « Les responsables de ces violations et actions illégales ont été renvoyés devant le ministère public », a déclaré le gouvernement dans un communiqué, faisant état des conclusions préliminaires d’une enquête officielle. Des femmes à bord de 10 avions de Qatar Airways au départ de Doha, essentiellement des Australiennes, ont été soumises à ces examens après la découverte d’un nouveau-né abandonné dans les toilettes de l’aéroport le 2 octobre. Selon le Qatar, il s’agissait de déterminer si l’une d’entre elles avait accouché récemment, après la découverte d’un bébé « couvert d’un sac plastique » et « dissimulé » dans une corbeille des toilettes dans ce qui s’apparente à « une tentative de meurtre ». « Le Premier ministre et ministre de l’Intérieur a exprimé les excuses les plus sincères à certaines passagères qui ont subi les conséquences » des mesures prises pour retrouver la mère du nouveau-né, a à nouveau souligné le gouvernement dans son communiqué. Embarrassé par cette affaire qui ternit son image, le Qatar a fait son mea culpa après des critiques des pays d’origine des femmes concernées. Le gouvernement a dit mercredi regretter les violations des libertés individuelles et la détresse infligées à ces femmes et promis une enquête « complète et transparente ». Le scandale pourrait porter un coup aux efforts déployés par le Qatar pour améliorer son image avant la Coupe du monde de football 2022.



Le Qatar a annoncé hier que les responsables des examens gynécologiques forcés subis par des passagères à l’aéroport de Doha seraient poursuivis en justice, une affaire qui a provoqué une vague d’indignation à l’international et entaché l’image de ce riche pays du Golfe. « Les responsables de ces violations et actions illégales ont été renvoyés devant le ministère...

commentaires (0)

Commentaires (0)