Rechercher
Rechercher

Syrie

Plus de 600 enfants de jihadistes européens retenus dans les camps de Roj et d’al-Hol

Plus de 600 enfants de jihadistes européens, dont environ un tiers de Français, sont actuellement retenus dans les camps du Nord-Est syrien sous contrôle kurde, selon une étude de chercheurs belges publiée hier, qui déplore « l’inaction » de leurs gouvernements. Selon Thomas Renard et Rik Coolsaet, experts du jihadisme à l’Institut Egmont à Bruxelles, « entre 610 et 680 » enfants ressortissants de l’UE sont retenus avec leurs mères dans les camps de Roj et d’al-Hol, où ont été regroupées depuis 2019 beaucoup d’anciennes combattantes du groupe État islamique. En ajoutant les quelque 400 adultes – y compris les hommes en prison, notamment à Hassaké (Syrie) –, il y aurait actuellement un gros millier d’Européens privés de liberté en zone irako-syrienne, poursuit l’étude, qui compile des chiffres gouvernementaux, d’experts et d’ONG actives sur place. La France est le premier pays concerné, puisque « 150 à 200 » de ses ressortissants adultes et « 200 à 250 » enfants seraient sur place, en très grande partie en Syrie. Viennent ensuite l’Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et la Belgique, devant le Royaume-Uni.


Plus de 600 enfants de jihadistes européens, dont environ un tiers de Français, sont actuellement retenus dans les camps du Nord-Est syrien sous contrôle kurde, selon une étude de chercheurs belges publiée hier, qui déplore « l’inaction » de leurs gouvernements. Selon Thomas Renard et Rik Coolsaet, experts du jihadisme à l’Institut Egmont à Bruxelles, « entre 610 et 680 »...

commentaires (0)

Commentaires (0)