Rechercher
Rechercher

Diplomatie

Pompeo : Les États-Unis déterminés à empêcher le Hezbollah de verser le sang des innocents

Washington impose de nouvelles sanctions contre deux responsables de la formation chiite, Nabil Kaouk et Hassan Baghdadi.

Pompeo : Les États-Unis déterminés à empêcher le Hezbollah de verser le sang des innocents

Sur les réseaux sociaux, un montage montrant le portrait de Imad Moghniyé s’élevant du lieu de l’attentat contre les marines en 1983 a été largement partagé par des partisans du Hezbollah. Photo tirée de Twitter

« Les États-Unis sont déterminés empêcher le Hezbollah et l’Iran, son parrain, de verser encore plus de sang innocent au Liban et dans le monde » : le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a tenu des propos particulièrement musclés hier à l’adresse de la formation chiite, alors qu’il commémorait le 37e anniversaire de l’attentat contre les marines américains à Beyrouth, le 23 octobre 1983.

Les États-Unis rendent le Hezbollah responsable de cet attentat à la camionnette piégée qui avait tué 241 marines. Il avait été revendiqué à l’époque par des organisations clandestines liées à l’Iran, tout comme l’attaque qui avait visé, le même jour, l’immeuble abritant des militaires français, le Drakkar, tuant 58 parachutistes français. Ces contingents occidentaux étaient déployés au Liban dans le cadre de la Force multinationale de sécurité, à la demande des Nations unies, dans la foulée de l’invasion israélienne de 1982.

« Cette attaque, et les nombreuses autres qui s’en sont suivies de par le monde, montrent clairement la détermination du Hezbollah à recourir à la violence et verser le sang et démontrent son mépris constant pour la vie des gens qu’il affirme protéger », a affirmé le chef de la diplomatie américaine. « Ces attaques terroristes ont démasqué l’Iran, le parrain du Hezbollah, en tant qu’État voyou prêt à défendre ses intérêts maléfiques à tout prix », a-t-il poursuivi.

Lire aussi

Les sanctions américaines n’auront aucune suite légale au Liban

« En ce jour, nous honorons le sacrifice de ces braves Américains et nous renouvelons notre engagement à empêcher le Hezbollah et son parrain iranien de verser davantage de sang d’innocents, au Liban et ailleurs dans le monde. Les États-Unis continueront de viser, perturber et démanteler les opérations de financement des réseaux du Hezbollah et continueront à prendre toutes les actions possibles pour priver cette entité terroriste de ses sources de financement et de soutien », a assuré M. Pompeo. « Nous sommes reconnaissants envers les nations de par le monde qui ont désigné ou banni les activités du Hezbollah en tant qu’organisation terroriste », a-t-il conclu.

Les États-Unis ont rappelé à cette occasion qu’ils consacraient une récompense de cinq millions de dollars pour toute personne qui apporterait des informations sur les auteurs de l’attentat contre les marines.

« Les marines sont des forces d’occupation »

Rappelons que l’ancien chef militaire du Hezbollah, Imad Moghniyé, assassiné en 2008 près de Damas, avait été pointé du doigt par les États-Unis dans l’attentat contre les marines. Sur les réseaux sociaux, une campagne attribuée au Hezbollah a été lancée hier, sous le mot dièse « Les marines sont des forces d’occupation », louant l’attentat contre les militaires américains. L’une des photos accompagnant plusieurs tweets est un montage montrant un portrait de Imad Moghniyé s’élevant au-dessus d’une image d’archives de l’attentat de 1983.

Quelques heures avant la déclaration de Mike Pompeo, le Trésor américain avait annoncé des sanctions contre deux hauts responsables du Hezbollah, les cheikhs Nabil Kaouk et Hassan Baghdadi. « Les hauts dirigeants du Hezbollah sont responsables de la création et de la mise en œuvre de l’agenda déstabilisateur et violent de l’organisation terroriste contre les intérêts américains et ceux de leurs partenaires dans le monde », a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. « Nous devons continuer à tenir le Hezbollah pour responsable de ses actions horribles à l’approche du 37e anniversaire de l’attentat du Hezbollah contre les marines à Beyrouth », a-t-il ajouté.

Il a souligné que le cheikh Nabil Kaouk « a siégé au conseil exécutif du Hezbollah, qui supervise les activités sociales et économiques du groupe, souligne le communiqué du Trésor. Ces dernières années, il s’est exprimé publiquement au nom du Hezbollah, menaçant d’une guerre contre Israël, dénonçant la présence américaine dans la région et louant l’utilisation par le Hezbollah d’une guérilla, qui ne sert qu’à éroder la sécurité au Liban ».

Lire aussi

Le Trésor US sanctionne deux hauts responsables du Hezbollah, dont Nabil Kaouk

« Hassan Baghdadi, qui s’est publiquement présenté comme un responsable du Hezbollah, a participé à des événements politiques (du parti) et prononcé des discours au nom du Hezbollah. En 2020, Baghdadi a assisté à un symposium au Liban au cours duquel il a félicité les gardiens de la révolution et les combattants en Syrie et en Irak pour avoir attaqué des bases militaires américaines », indique également le Trésor.

Un observateur suivant de près le dossier, interrogé par L’Orient-Le Jour, minimise toutefois l’impact de ces sanctions. « Cette dernière fournée de sanctions est surtout symbolique, car le cheikh Kaouk qui était responsable du Liban-Sud a été mis à l’écart, restant juste membre du conseil exécutif du Hezbollah », alors que le cheikh Hassan Baghdadi « est un des grands théoriciens et historiens du parti » sans réel pouvoir, a estimé cet observateur. « Il s’agit juste de garder le tempo des sanctions. »

Les États-Unis ont également annoncé hier offrir une récompense allant jusqu’à dix millions de dollars pour des informations sur les réseaux financiers du Hezbollah, citant nommément trois membres de la formation : Mohammad Kassir, qui fait selon les USA « un lien important » entre l’Iran et le Hezbollah, Mohammad Kassem el-Bazzal, un « financier-clé » de la formation, et Ali Kassir, directeur d’une compagnie relevant du parti, Talaqi group.


« Les États-Unis sont déterminés empêcher le Hezbollah et l’Iran, son parrain, de verser encore plus de sang innocent au Liban et dans le monde » : le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a tenu des propos particulièrement musclés hier à l’adresse de la formation chiite, alors qu’il commémorait le 37e anniversaire de l’attentat contre les marines...

commentaires (1)

Les américains crachent sur le HB d’un côté et menacent de les sanctionner en choisissant des personnes lambdas de leurs entourage qui n’affecteront absolument pas leurs ressources ou transactions bancaires dans le monde. De l’autre côté ils les choisissent comme belligérants pour négocier un accord sur la délimitation des frontières maritimes comme s’ils étaient des responsables officiels reconnus par eux pour représenter le Liban. N ne comprend plus rien à leur politique pour le moins ambiguë . Qu’ils ne viennent pas nous dire qu’il faut leur retirer le pouvoir puisque dès que nous croyons près du but ils viennent les remettre en scène alors qu’ils ont tous les moyens de les empêcher de jouer le moindre rôle.

Sissi zayyat

17 h 17, le 24 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Les américains crachent sur le HB d’un côté et menacent de les sanctionner en choisissant des personnes lambdas de leurs entourage qui n’affecteront absolument pas leurs ressources ou transactions bancaires dans le monde. De l’autre côté ils les choisissent comme belligérants pour négocier un accord sur la délimitation des frontières maritimes comme s’ils étaient des responsables officiels reconnus par eux pour représenter le Liban. N ne comprend plus rien à leur politique pour le moins ambiguë . Qu’ils ne viennent pas nous dire qu’il faut leur retirer le pouvoir puisque dès que nous croyons près du but ils viennent les remettre en scène alors qu’ils ont tous les moyens de les empêcher de jouer le moindre rôle.

    Sissi zayyat

    17 h 17, le 24 octobre 2020