Rechercher
Rechercher

S’adapter pour garantir la qualité de l’information

S’adapter pour garantir la qualité de l’information

Chers Lectrices et Lecteurs de L’Orient-Le Jour et du Commerce du Levant,

Le Liban est à un tournant de son histoire, l’avenir des médias également. Il était important pour moi de m’adresser à vous, lecteurs, en ces temps difficiles, pour partager ces moments cruciaux que traverse notre métier et vous dire combien nous comptons sur votre fidélité pour continuer à bâtir ensemble une presse engagée dans les valeurs profondes que nous défendons : la vraie démocratie, l’État de droit, la méritocratie, la liberté d’expression et les échanges interculturels.

Plus le pays traverse des crises, plus les actionnaires et le comité de direction du groupe L’Orient-Le Jour (L’OLJ) ont conscience du rôle essentiel que jouent les médias libanais en général et la presse écrite en particulier. Il est impératif de diffuser une information juste, approfondie, de comprendre et analyser les faits, de privilégier les enquêtes et de mettre les dirigeants face à leurs responsabilités.

Cela ne peut se faire qu’avec une équipe de journalistes dédiés et experts, accompagnée des meilleurs spécialistes dans les équipes administrative, marketing ou technique.

Notre mission est aussi d’assurer l’indépendance de notre média et de garder une qualité d’information irréprochable; pour cela, il est nécessaire de travailler avec des budgets à l’équilibre afin d’assumer pleinement nos responsabilités, sans souci financier. Ici, je souhaite remercier nos actionnaires pour leur engagement et leur vision, et vous remercier, vous lecteurs, pour vos encouragements, votre confiance et votre soutien.

Les journalistes du « Commerce du Levant » concentrés sur la version numérique

Compte tenu de la chute drastique des revenus publicitaires et de la dévaluation de la monnaie, nos marges issues du magazine papier du Commerce du Levant se sont effondrées.

En parallèle, le maintien de ce support mensuel s’est révélé particulièrement compliqué suite à l’explosion du 4 août et ses terribles conséquences : la priorité était à l’urgence de l’actualité et ne permettait pas d’attendre la fin du mois afin de publier un numéro classique. Il a donc fallu faire évoluer notre stratégie et prendre des décisions rapides pour garder le cap.

C’est à ce moment-là que nous avons suspendu la version papier de notre magazine économique, pour que ses journalistes puissent mettre toutes leurs compétences au service du numérique, et répondre dans l’urgence aux attentes des lecteurs du Liban et de l’étranger, notamment sur l’analyse socio-économique. L’expérience fut concluante, et la mobilisation de toutes les équipes du groupe, conjointement, nous a permis de conquérir un nouveau lectorat.

Ce résultat est une des raisons pour lesquelles nous allons pour le moment interrompre la publication papier du Commerce du Levant et rediriger toute sa force rédactionnelle vers le suivi de l’actualité économique et financière, sur le web, en synergie avec L’Orient-Le Jour (le site du CDL étant accessible également depuis le portail de L’OLJ).

Les dossiers qui ont fait la réputation du CDL dans les domaines-clés, tels que l’immobilier, le droit, la tech, le tourisme, la restauration, les entreprises, etc., seront toujours traités en profondeur sur ce même site et pourront occasionnellement faire l’objet d’éditions spéciales imprimées.

Les nouveaux tarifs

La dévaluation de la livre libanaise face au dollar nous contraint de réévaluer les prix de vente du quotidien version papier. L’Orient-Le Jour sera en kiosque à 5 000 LL le numéro, et ce à partir du 1er octobre. Cette augmentation ne prend pas en compte la valeur totale de la dévaluation, mais est suffisante pour nous permettre de couvrir une partie de la hausse des prix du papier, qui est importé. Ces prix seront revus à la baisse si la livre s’apprécie.

La nouvelle offre d’abonnement est à 100 000 LL par mois, avec un engagement d’un an, qui assure la livraison de votre journal chez vous chaque matin. Une nouveauté, cet abonnement au papier vous donnera aussi un accès aux contenus de L’Orient-Le Jour et du Commerce du Levant, et aux archives, sur la plateforme numérique.

« Ensemble, reconstruisons Beyrouth »

Je profite aussi de cette lettre pour vous informer que notre opération « Ensemble, reconstruisons Beyrouth », lancée après l’explosion du 4 août, a connu un franc succès : cent quinze mille dollars, dont soixante-dix mille en dollars frais, ont été collectés à travers notre plateforme numérique. Cette somme sera distribuée équitablement aux six ONG identifiées conjointement avec notre partenaire Impact Lebanon via un processus d’audit aux normes internationales (la Croix-Rouge libanaise, arcenciel, Beit el-Baraka, Nusaned, al-Ghina et Lebanon Needs).

Par ailleurs, le groupe L’Orient-Le Jour lance un grand projet éditorial courant octobre. Restez à l’écoute.

C’est ensemble que nous voulons œuvrer pour le Liban qui traverse une crise existentielle, en faisant entendre nos voix et en portant les vôtres.

PDG de L’Orient-Le Jour et du Commerce du Levant


Chers Lectrices et Lecteurs de L’Orient-Le Jour et du Commerce du Levant, Le Liban est à un tournant de son histoire, l’avenir des médias également. Il était important pour moi de m’adresser à vous, lecteurs, en ces temps difficiles, pour partager ces moments cruciaux que traverse notre métier et vous dire combien nous comptons sur votre fidélité pour continuer à bâtir ensemble...

commentaires (5)

Nous saluons les valeurs que vous défendez telles la démocratie, l’État de droit et la liberté d’expression mais le hic qui mérite d'être soulevé est que l'OLJ n'est pas un quotidien indépendant , ce qui agace certains lecteurs du journal papier et les abonnés en ligne . Tous les éditorialistes, sans exception ,écrivent dans l'esprit d'une même ligne politique .et fustigent la ligne adverse . Ce côté sectaire n'est certes pas en faveur du seul quotidien francophone au Liban .

Hitti arlette

12 h 41, le 01 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Nous saluons les valeurs que vous défendez telles la démocratie, l’État de droit et la liberté d’expression mais le hic qui mérite d'être soulevé est que l'OLJ n'est pas un quotidien indépendant , ce qui agace certains lecteurs du journal papier et les abonnés en ligne . Tous les éditorialistes, sans exception ,écrivent dans l'esprit d'une même ligne politique .et fustigent la ligne adverse . Ce côté sectaire n'est certes pas en faveur du seul quotidien francophone au Liban .

    Hitti arlette

    12 h 41, le 01 octobre 2020

  • Chère Madame, nous sommes de tout cœur avec vous et notre solidarité est sans faille pour que la voix et l’opinion du Liban soient lues et écoutées dans toutes les langues localement et dans le monde. Témoin de cette solidarité, notre fidélité qui se traduit par le renouvellement de notre abonnement malgré les quelques articles qui relatent des faits non fondés et montés de toute pièce en confondant liberté d’opinion et travestissement de la réalité. Ces articles devraient être revus et corrigés sans toucher au fond car nous sommes dans un pays démocratique, par respect pour les lecteurs qui se sentent concernés par l’écho que cela peut produire sur les gens non avisés. Surtout lorsque ces écrits ne sont pas au conditionnel mais se veulent affirmatifs d’une pensée unique. Ceci dit ils ne sont pas nombreux mais récurrent. Heureusement qu’ils font une exception dans votre journal mais sont publiés quand même dans leur jus pour des raisons qu’on ignore. Nous vous souhaitons bonne continuation et sommes avec vous.

    Sissi zayyat

    12 h 14, le 01 octobre 2020

  • Je comprends tres bien vos arguments et les raisons de l'augmentation du tarif avec l'inflation que subit le pays. Mais je pense que vous auriez du publier votre article hier pour prevenir les lecteurs de l'augmentation du prix et ne pas les mettre devant le fait accompli.

    Le Herisson

    11 h 07, le 01 octobre 2020

  • Nous sommes à vos cotés

    Zouhair Majzoub

    10 h 40, le 01 octobre 2020

  • Chère Madame, les lecteurs de l’OLJ continueront à le soutenir, pour de multiples raisons, tant qu’ils auront les moyens financiers de le faire. La première raison est leur attachement à la langue et à la culture française. La deuxième est, comme vous l’écrivez si bien, pour la qualité, la liberté d’expression et l’OBJECTIVITE de l’information que votre journal applique. Le libanais francophone est multiculturel, il est attaché à la liberté d’expression et est ouvert à débattre avec toutes les autres opinions. Cependant, il me semble que les journalistes à pensée unique, persuadés qu’ils détiennent la vérité et défendent un courant politique déterminé contre vents et marées quitte à choquer l’immense majorité des lecteurs de l’OLJ, n’appliquent pas ces principes fondamentaux. Nonobstant, soyez persuadée que nous continuerons à acheter l’OLJ sous ses formes numérique et papier.

    Censuré par l’OLJ

    09 h 12, le 01 octobre 2020

Retour en haut