Rechercher
Rechercher

Culture - Initiative

Sary Sehnaoui : Pour ne pas jeter Beyrouth dans l’oubli...

Ce jeudi 1er octobre, Naissance Musik, un label de musique électronique berlinois, présente #Talkaboutbeirut au Club der Visionaere.


Sary Sehnaoui : Pour ne pas jeter Beyrouth dans l’oubli...

Sary Sehnaoui (HEAR), fondateur de Naissance Musik.

Cinquante jours après l’explosion du 4 août, l’État libanais semble avoir oublié la catastrophe, les morts, les blessés et les déplacés ainsi que l’enquête, préférant s’occuper de portefeuilles et d’intérêts personnels et communautaires. Pourquoi alors la communauté internationale n’en ferait-elle pas autant ? En effet, après les larmes et la compassion, la plupart des pays sont retournés à leurs préoccupations nationales. Né à Beyrouth mais basé à Berlin, le fondateur de Naissance Musik, Sary Sehnaoui, alias HEAR, a réalisé avec d’autres artistes libanais « qu’il y a énormément d’idées fausses et un manque de compréhension de la communauté internationale sur la situation catastrophique au Liban ». « On a donc décidé de lancer une action de sensibilisation avec l’espoir de mettre les points sur les “i” et de faire la lumière sur la situation actuelle à travers l’art, en particulier la musique », explique-t-il. « Pour combiner la musique électronique et la culture arabe classique à travers l’instrument traditionnel oud, nous avons invité Henrik Raabe (Wareika, Perlon) à effectuer un set live, en jouant du oud et en s’accompagnant d’autres machines modulaires, aux côtés d’Andrea Ferlin (Sleep Is Commercial) et moi-même qui tournerons des disques au nom de Beyrouth et de ses habitants », confie le DJ, compositeur et producteur, depuis Berlin où il réside depuis des années. Henrik Raabe, qui jouera au Club der Visionaere ce soir, a découvert le oud à 16 ans à travers un film turc et a été immédiatement étonné par son timbre. Il ne l’a utilisé que des années plus tard, en 2015, lors de sa première visite à Beyrouth où il a été surpris par les talentueux joueurs locaux de oud. De retour à Berlin, il rencontre Zaki, un réfugié syrien qui lui apprend à bien jouer de l’instrument. Depuis, il le pratique tous les jours afin de parfaire sa communication artistique orientale.


L’affiche de l’événement musical réalisée par Laetitia Zoghbi. Photo DR


« Naissance Musik a choisi Berlin, capitale artistique internationale du monde, ainsi que le mythique Club der Visionaere qui opère depuis 2002 et qui accueille les plus grands noms de la musique électronique. Nous lui en sommes reconnaissants », ajoute Sary Sehnaoui. À travers la musique qui voyage, le label agit comme un messager et bientôt #Talkaboutbeirut recevra des panels, des discussions. Tout ce qui sera susceptible de ne pas jeter Beyrouth dans l’oubli.


Cinquante jours après l’explosion du 4 août, l’État libanais semble avoir oublié la catastrophe, les morts, les blessés et les déplacés ainsi que l’enquête, préférant s’occuper de portefeuilles et d’intérêts personnels et communautaires. Pourquoi alors la communauté internationale n’en ferait-elle pas autant ? En effet, après les larmes et la compassion, la plupart des...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut