Rechercher
Rechercher

Liban

La Finul sauve 36 personnes à bord d'un navire en Méditerranée

Un des passagers de l'embarcation de fortune était déjà décédé avant l'opération de sauvetage. 

La Finul sauve 36 personnes à bord d'un navire en Méditerranée

Des soldats de la Finul s'apprêtant à secourir 36 personnes à bord d'une embarcation de fortune, au large du Liban, le 14 septembre 2020. Photo tirée du compte Twitter de la Finul @UNIFIL_

La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a annoncé lundi avoir sauvé 36 personnes à bord d'un navire au large du Liban, en mer Méditerranée, et récupéré le corps d'un passager déjà décédé. "Ce matin, la Force opérationnelle maritime de la Finul a sauvé un navire situé en dehors des eaux territoriales libanaises avec 37 personnes à bord. Malheureusement, l'une d'elles était déjà décédée", a indiqué l'organisation onusienne dans un communiqué.

Parmi les rescapés, 25 sont Syriens, huit Libanais et trois d'autres nationalités, a par ailleurs indiqué à l'AFP une porte-parole du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Lisa Abou Khaled. Aucun détail n'a été communiqué sur la destination finale du navire et les circonstances de la mort d'un des passagers. Les 36 personnes secourues ont reçu une assistance médicale avant d'être transférées aux autorités libanaises, selon la Finul. "Certains ont été transférés vers des hôpitaux et nous avons distribué de la nourriture, de l'eau et des vêtements aux autres", a précisé Mme Abou Khaled.

Quelques heures plus tard, des manifestants ont bloqué plusieurs routes du quartier de Qobbé, à Tripoli (Liban-Nord), après avoir entendu des rumeurs selon lesquelles des habitants de la région se seraient noyés en tentant d'émigrer illégalement à Chypre. Les jeunes de cette région ont installé plusieurs barrages de pneus enflammés afin d'exprimer leur colère, rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Il n'était pas clair dans l'immédiat si ces deux événements étaient liés. 

Mardi dernier, l'armée libanaise avait indiqué avoir empêché des Libanais et des Syriens de quitter clandestinement par la mer le pays depuis la ville de Tripoli, dans le nord du Liban. La veille, le ministre chypriote de l'Intérieur, Nicos Nouris, avait affirmé que plusieurs responsables allaient se rendre au Liban rapidement "pour gérer le phénomène" des traversées, de plus en plus fréquentes, "de manière efficace". L'île de Chypre est située à 160 kilomètres des côtes libanaises. Avant l'annonce du ministre chypriote, cinq bateaux, transportant plus de 150 migrants au total, avaient été repérés en quelques jours près des côtes chypriotes.

Lire aussi

Tentative déjouée de traversée clandestine de migrants


Le Liban, qui accueille près de 1,5 million de réfugiés syriens, traverse depuis l'an dernier sa pire crise économique et sociale depuis des décennies, amplifiée par la pandémie de Covid-19 et une instabilité politique. La situation s'est encore aggravée dans le pays après l'explosion du 4 août au port de Beyrouth qui a fait plus de 190 morts, 6.500 blessés, quelque 300.000 sans-abris et dévasté des quartiers entiers de la capitale.

La Finul a été fondée en 1978 pour veiller à la sécurité de la frontière libano-israélienne, les deux pays étant toujours officiellement en guerre. Sa Force opérationnelle maritime a été déployée pour aider la marine libanaise à sécuriser les eaux territoriales et empêcher notamment l'entrée d'armes au Liban par voie maritime. Elle prend parfois part à des opérations humanitaires, selon la Finul.


La Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul) a annoncé lundi avoir sauvé 36 personnes à bord d'un navire au large du Liban, en mer Méditerranée, et récupéré le corps d'un passager déjà décédé. "Ce matin, la Force opérationnelle maritime de la Finul a sauvé un navire situé en dehors des eaux territoriales libanaises avec 37 personnes à bord. Malheureusement, l'une...

commentaires (0)

Commentaires (0)