Rechercher
Rechercher

Déchets

La décharge de Jdeidé saturée à la mi-septembre

Le CDR avait notifié le ministère de l’Environnement de ce risque dans une lettre datée du 17 août, mais rien n’a été fait depuis.

La décharge de Jdeidé saturée à la mi-septembre

Une nouvelle crise des déchets à l'horizon ? Il faut dire que la collecte des ordures est chaotique ces derniers mois. Ici dans le Metn. Photo d'archives Marc Fayad

Une nouvelle crise des déchets se profilerait-elle à l’horizon ? La décharge de Jdeidé (composante de Bourj Hammoud-Jdeidé, qui dessert le Mont-Liban nord et une partie de Beyrouth) sera saturée le 14 septembre, ce qui a été confirmé à L’OLJ par des sources au sein du Conseil du développement et de la reconstruction, l'institution chargée du contrat entre l’État libanais et l’entrepreneur Dany Khoury, en charge du site. Cette décharge était déjà saturée en mai dernier, mais une décision du gouvernement de Hassane Diab a été prise le 5 mai pour sa réouverture, avec stockage d’un mètre et demi en hauteur. Cette mesure temporaire devait donner au ministère de l’Environnement trois mois supplémentaires pour décider d’une solution plus pérenne. La baisse de la consommation due à la crise du coronavirus et à la crise économique a donné au gouvernement un répit plus long, qui devait durer jusqu’à l'automne… si les explosions du port de Beyrouth ne s'étaient pas produites le 4 août.

Le drame du port a accéléré la perspective d'une nouvelle crise sur deux plans : d’une part, les usines de tri de la Quarantaine et de compostage de Coral ont été très endommagées par l’explosion, et n’ont jamais été rouvertes depuis le 4 août. Conséquence : les ballots de déchets provenant des bennes dans les rues arrivent désormais tels quels à la décharge, sans aucune réduction de leur volume. D’autre part, les déchets provenant des destructions des quartiers de la capitale, notamment le verre et les remblais qui n’ont pas tous été récupérés à des fins de tri et de recyclage – ou de simple stockage – sont parvenus en partie à la décharge alors qu'ils avaient été abandonnés près des bennes par des habitants excédés. Leur volume est ainsi venu s’ajouter à celui des sacs poubelles enfouis dans la décharge côtière.

Tous ces arguments ont été étayés dans une lettre envoyée par le CDR au ministère de l’Environnement dès le 17 août, afin de le mettre en garde contre la saturation de la décharge à échéance du 14 septembre… soit dans moins d’une semaine. Dans ce courrier, le CDR somme le ministère de proposer une solution, afin d’éviter une nouvelle crise des déchets. Le ministre sortant de l’Environnement, Damien Kattar, était injoignable pour un commentaire. Un plan de gestion des déchets était en préparation au ministère, mais il n’a jamais été ni discuté en Conseil des ministres ni adopté.

Dans ce contexte, à quoi peut-on s'attendre après la saturation de la décharge ? Des observateurs notent que l’on revient aux mêmes perspectives de solutions temporaires, toutes nuisibles à l’environnement autant qu'à la population. La seule option qui semble plausible pour l’instant consiste en une nouvelle prolongation de la durée de vie de la décharge, par un stockage en hauteur supplémentaire (même un agrandissement du site nécessite du temps et un budget). Cette « solution » devrait se heurter à la fronde d’une population déjà excédée par les conséquences des explosions du port et par les nuisances du site qu’ils subissent depuis 2016. L’alternative serait une nouvelle crise des déchets dans les rues, dont les conséquences seront encore plus désastreuses que les précédentes étant donné l’état du pays et de la population après la série noire de l’année qui vient de s’écouler, tandis que la crise sanitaire s’aggrave de jour en jour. Le pire serait le manque total de perspectives, étant donné la crise financière et politique aiguë que traverse le pays.


Une nouvelle crise des déchets se profilerait-elle à l’horizon ? La décharge de Jdeidé (composante de Bourj Hammoud-Jdeidé, qui dessert le Mont-Liban nord et une partie de Beyrouth) sera saturée le 14 septembre, ce qui a été confirmé à L’OLJ par des sources au sein du Conseil du développement et de la reconstruction, l'institution chargée du contrat entre l’État libanais...

commentaires (1)

ET LA DECHARGE QU,EST DEPUIS LONGTEMS LA CAVERNE ETOILEE ALIBABIENNE. FAUT BIEN LA DECHARGER DANS CELLE DE JDEIDE AVANT SA FERMETURE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

19 h 31, le 08 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • ET LA DECHARGE QU,EST DEPUIS LONGTEMS LA CAVERNE ETOILEE ALIBABIENNE. FAUT BIEN LA DECHARGER DANS CELLE DE JDEIDE AVANT SA FERMETURE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 31, le 08 septembre 2020