Rechercher
Rechercher

Commentaire

La Turquie pousse ses pions au Liban

La Turquie pousse ses pions au Liban

Le vice-président turc Fuat Oktay et le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu à Beyrouth, le 8 août 2020. Photo d’archives

Le 4 juillet dernier, le ministre sortant de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, a annoncé l’arrestation de quatre individus, deux Syriens et deux Turcs, alors qu’ils tentaient de faire entrer clandestinement depuis la Turquie quatre millions de dollars, destinés selon lui à financer des « émeutes urbaines ». La semaine suivante, le site Assas media, cofinancé par son prédécesseur Nouhad Machnouk, publiait une liste complète d’ONG et de mosquées prétendument pro-turques, et affirmait que la Turquie prévoyait « d’occuper Tripoli ».

De telles allégations restent difficiles à vérifier, d’autant que, contrairement à Téhéran ou Riyad, Ankara ne dispose, au pays du Cèdre, ni d’un agenda politique établi de longue date ni d’obligés au sein du Parlement ou du gouvernement (comme le Hezbollah pour l’un ou le courant du Futur et les Forces libanaises pour l’autre). Cependant, les Turcs ont lentement mais sûrement établi des réseaux et des liens à différents niveaux avec les communautés sunnites à travers le Liban.

Multiples ressorts

D’abord, Ankara continue à travailler au renforcement de son « soft power » au Liban en offrant des bourses d’études et en s’engageant dans des activités culturelles. Les investissements de la Turquie au Liban s’étendent à toute la communauté sunnite. Un hôpital turc doit être inauguré prochainement à Saïda tandis que des milliers de bourses universitaires ont été distribuées.

Un autre champ de cette politique concerne la communauté turkmène du pays, qui compte plusieurs milliers de personnes dispersées entre le nord et l’est du Liban (auxquels il faut ajouter les réfugiés syriens). Alors que les liens avec Ankara s’étaient distendus jusqu’à il y a environ une dizaine d’années, la Turquie finance des projets par le biais de l’Agence turque de coopération, et nombre des membres de cette communauté disent ressentir davantage la présence de l’État turc que de son pendant libanais.

L’octroi de la citoyenneté constitue enfin un axe majeur de cette politique. Le 8 août dernier, le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu, a ainsi déclaré, lors d’une visite à Beyrouth, que le président Erdogan lui avait donné l’instruction d’accorder la citoyenneté à tout Libanais turkmène ou d’origine turque. Selon des chiffres semi-officiels, près de 9 600 naturalisations (sur environ 18 000 demandes) avaient déjà été accordées jusqu’en 2019. Tous les demandeurs n’étaient pas d’origine turque ou turkmène, de nombreux Libanais étant notamment attirés par la stabilité turque, son mode de vie, ses séries télévisées et son régime d’exemption de visa avec le Liban. Parmi eux, certains sunnites voient dans la puissance turque une nouvelle source de fierté face à l’influence iranienne au Levant.

Néanmoins, l’influence croissante de la Turquie au sein de la communauté sunnite a eu des répercussions négatives sur les relations intercommunautaires libanaises. Par exemple, les Arméniens sont de plus en plus sous pression, des milliers de manifestants pro-turcs se présentant à leurs rassemblements en agitant des drapeaux turcs et en scandant des slogans extrêmement menaçants. Des partisans de la Turquie ont aussi récemment intimidé un journaliste de la télévision arménienne qui avait critiqué Erdogan, à travers une série de vidéos, de menaces et d’insultes dirigées contre la communauté arménienne. Ces cas mettent en lumière les risques pouvant découler de la montée en puissance de la Turquie dans un pays où la plupart des minorités partagent une vision essentiellement traumatisante de la domination ottomane.

Relais politiques

La politique d’influence turque au Liban vise aussi à répondre à des enjeux internes. Cela a récemment été le cas lorsque des responsables turcs ont présenté la mort d’Eren Bülbül, un adolescent tué par le Parti des travailleurs du Kurdistan en 2017, comme une source d’inspiration pour une action de secours après les explosions du 4 août. La Turquie tente aussi de viser les quelques partisans de Fethullah Gülen au Liban : après l’échec de la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 et la répression du réseau güleniste en Turquie et ailleurs, Ankara a mobilisé ses partisans au Liban et a poussé à la démission le directeur d’une école coranique libanaise, soupçonnée d’être affiliée aux Frères musulmans dans l’ouest de Beyrouth. Selon trois sources proches du dossier, l’école avait un partenariat avec le réseau güleniste mais n’y était pas affiliée.

Jusqu’à présent, Ankara s’est abstenu de soutenir un seul parti politique, comme la version libanaise des Frères musulmans, la Jamaa islamiya. Cela vise peut-être à rester au-dessus de la politique partisane et à conserver le soutien populaire auprès d’un échantillon le plus large possible de la communauté sunnite tout en entretenant les liens forts existant avec certains groupes issus des populations kurdes et arabes qui ont migré depuis la Turquie et ont obtenu la citoyenneté libanaise dans les années 1990. Certains politiciens libanais ont également établi des relations avec la Turquie, et notamment l’ancien Premier ministre Saad Hariri, qui a été témoin du mariage de la fille d’Erdogan en 2016. Cependant, l’hostilité croissante entre la Turquie et les États arabes tels que l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte rendra difficile le maintien de telles relations. Le chef des services de renseignements turc et confident d’Erdogan, Hakan Fidan, a également tissé des liens étroits avec le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, une figure chiite de plus en plus influente dans le pays.

Néanmoins, la Turquie n’est pas intervenue directement dans la politique libanaise. Cependant, cela pourrait changer après l’explosion du port de Beyrouth. La visite du président français Emmanuel Macron au Liban à la suite de l’explosion et son initiative pour mettre fin à l’impasse politique dans le pays ont ainsi pu être en partie interprétées comme un effort visant à empêcher la Turquie de prendre un autre pied sur la Méditerranée. Dans un tweet posté le 14 août dernier, Macron a ainsi rendu compte d’un appel téléphonique avec le président américain Donald Trump où ont été évoquées les tensions en Méditerranée orientale et la situation en Libye et au Liban. Le fait de lier ces dossiers a pu être interprété comme une référence implicite aux actions turques dans les deux pays tandis qu’Erdogan a publiquement vilipendé ce qu’il considère comme une tentative de la France de restaurer son influence coloniale.

Même s’il est sans commune mesure avec l’engagement de la Turquie en Libye et en Syrie, l’intérêt croissant des Turcs pour le Liban pourrait en tout cas trouver un relais local auprès de certaines parties sunnites à la recherche d’un nouveau parrain régional.

Ce texte est aussi disponible en anglais et en arabe sur Diwan, le blog du Carnegie MEC.

Par Mohanad HAGE ALI

Chercheur et directeur de la communication du Carnegie Middle East Center. Dernier ouvrage : « Nationalism, Transnationalism, and Political Islam » (Palgrave, 2017).


Le 4 juillet dernier, le ministre sortant de l’Intérieur, Mohammad Fahmi, a annoncé l’arrestation de quatre individus, deux Syriens et deux Turcs, alors qu’ils tentaient de faire entrer clandestinement depuis la Turquie quatre millions de dollars, destinés selon lui à financer des « émeutes urbaines ». La semaine suivante, le site Assas media, cofinancé par son...

commentaires (10)

Attention libanais sunnites. Ne tombez pas dans ce piège. Nous ne voulons pas nous débarrasser d’un dictateur iranien pour nous retrouver dans le giron de l’autre qui ne vaut guère mieux et même je dirais même pire, Egdogan. C’est le mal incarné. Il n’y a qu’à voir ce qu’il fait subir à son peuple pour comprendre ce qui vous attend si vous vous laissez embobiner par ses belles paroles qui cachent des plans diaboliques.

Sissi zayyat

22 h 49, le 11 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Attention libanais sunnites. Ne tombez pas dans ce piège. Nous ne voulons pas nous débarrasser d’un dictateur iranien pour nous retrouver dans le giron de l’autre qui ne vaut guère mieux et même je dirais même pire, Egdogan. C’est le mal incarné. Il n’y a qu’à voir ce qu’il fait subir à son peuple pour comprendre ce qui vous attend si vous vous laissez embobiner par ses belles paroles qui cachent des plans diaboliques.

    Sissi zayyat

    22 h 49, le 11 septembre 2020

  • L’empire ottoman a été le fossoyeur du Liban : corruption, pots-de-vin et division pendant 4 siècles... On a eu la famine durant la première guerre mondiale et maintenant le Sultan erdogan veut récidiver : donner des bourses pour les étudiants d’un côté et exacerber la haine anti arménienne d’un autre côté. Il applique le même principe détestable : diviser pour régner et il n’y a que le peuple libanais, sans aucun attachement patriotique, qui tombe dans le panneau...On est prêt à mourir pour un pays étranger mais JAMAIS POUR NOTRE PAYS Pauvre de nous

    mokpo

    20 h 26, le 06 septembre 2020

  • C’est peine perdu ... les libanais n’ont plus la force de résister ils vont accepter tout ce qui leur est proposer !! .... je ne pense pas que le hezb est maître de ces décisions stratégiques ... l’Iran ne le laissera jamais

    Bery tus

    15 h 50, le 06 septembre 2020

  • LES LIBANAIS N,OUBLIENT PAS LE GENOCIDE DE LA FAIM ET LES BARBARIES OTTOMANES. LE TURC NE CHANGE PAS. IL EST TOUJOURS TURC.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 24, le 06 septembre 2020

  • Outre le fait que nous faisons allégeance aux pays étrangers à tour de rôle (Egypte, Arabie, Iran, France, Turquie...), l'intervention de la France ne fera qu'exacerber le problème Turc. Son soutien t inconditionnel , depuis des années, à la Grèce est mal vu de la Turquie et plusieurs pays de l'UE qui considèrent le système Grec comme aussi corrompu que le système Libanais.

    KAHIL Mirwan

    10 h 08, le 06 septembre 2020

  • Le grand malheur du Liban est qu'une grande partie de son peuple n'a aucune fibre patriotique ! Le Libanais fait allégéance au zaïm local de sa communauté...en vue d'éventuels services à lui demander. La corruption sous toutes ses formes ne le dérange pas, tant qu'il peut en bénéficier lui aussi. Il vendra sans aucun problème son pays pour quelques dollars...! Tout cela est bien connu de ceux qui savent en profiter, à l'intérieur comme à l'extérieur des frontières libanaises. Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 13, le 06 septembre 2020

  • On est tout proche, à Dieu ne plaise, de la dislocation de l'entité libanaise. Les vrais patriotes devinent le danger imminent. Les semaines de la dernière chance pour sauver l'unité du pays. Hezbollah, le plus concerné pour un sursaut de conscience pour un Liban libre de toute domination étrangère. Si le Liban est morcelé, aucune partie ne sera libre, mais tous seront sous tutelle étrangère. Et vous connaissez la suite. Réveillez-vous.

    Esber

    07 h 41, le 06 septembre 2020

  • Ils peuvent tous nous foutre la paix et mener leurs guerres dans leurs propres pays????? ou ils vont continuer à trouver des Libanais prêts à encaisser leur sale fric pour jouer leur jeu sans aucun scrupule ni respect pour tout ce que nous vivons? Le prochain qui accepte de l'argent d'un pays devrait être pendu haut et court sur la place publique!

    NAUFAL SORAYA

    07 h 21, le 06 septembre 2020

  • Oui et aussi la Russie, la Chine et pourquoi pas un jour la Corée du Nord.. Que des pays merveilleux qui ont le cœur sur la main !

    AntoineK

    20 h 37, le 05 septembre 2020

  • Ca nous manque la Turquie , entre la Syrie , l'Iran et la Turquie mon cœur balance

    Eleni Caridopoulou

    09 h 07, le 05 septembre 2020