Rechercher
Rechercher

Politique - Liban/France

« Débats musclés » à la Résidence des Pins, selon une députée française

« Débats musclés » à la Résidence des Pins, selon une députée française

La députée Amélia Lakrafi, lors d’une visite hier au Musée national de Beyrouth, où elle a inspecté les dégâts survenus dans le bâtiment après la double explosion de Beyrouth. Photo Amélia Lakrafi

Au Liban depuis le début de la semaine, Amélia Lakrafi, députée de la 10e circonscription des Français de l’étranger, qui inclut le Liban, faisait partie de la délégation officielle qui a accompagné le président français, Emmanuel Macron, lors de sa visite à Beyrouth mardi. Mme Lakrafi évoque des débats « musclés » avec la classe politique libanaise, mais dit faire confiance au pays du Cèdre.

« Emmanuel Macron et le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sont plutôt optimistes. Mais nous sommes là pour suivre et accompagner, et c’est aux Libanais de tenir leurs promesses », confie Mme Lakrafi à L’Orient-Le Jour, à propos des concertations tenues par le président français avec les acteurs politiques libanais à la Résidence des Pins, mardi après-midi. « Les débats ont été musclés lors de la visite de M. Macron. Tout le monde n’était pas d’accord sur les sujets abordés, mais nous avons réussi à obtenir des promesses. Nous voulons faire confiance aux Libanais », ajoute-t-elle. « Le président a donné six à huit semaines à la classe dirigeante pour voir ces promesses se concrétiser. Les partis politiques ont promis de laisser travailler le nouveau Premier ministre, Moustapha Adib, et ce dernier a promis de former un gouvernement d’ici à 15 jours », indique Amélia Lakrafi. « J’ai senti que la visite de Macron était très attendue. Le Liban est un pays qu’il porte dans son cœur depuis toujours », souligne-t-elle.

Relogement après l’hiver

Suite à la double explosion du port de Beyrouth, le 4 août, Mme Lakrafi a mobilisé les acteurs internationaux pour soutenir la reconstruction des architectures patrimoniales fortement endommagées et la réparation des appartements détruits, dans le but de reloger le maximum de familles avant l’hiver. Au Liban jusqu’à samedi, la députée s’est rendue hier au Musée national pour constater les dégâts survenus dans le bâtiment. Elle devrait s’entretenir bientôt avec des chefs d’entreprise libanais qui la mettront au courant de leurs actions en faveur du pays et de la reconstruction.

Lire aussi

Au Liban, forces et limites du « nouveau mandat » français

« Priorité à la santé, l’alimentation, la reconstruction et l’éducation », souligne Mme Lakrafi qui effectue, depuis le drame, un travail de coordination entre les ONG et l’administration française pour faciliter les échanges et tirer profit au mieux des aides humanitaires et du matériel de construction envoyés par la France. « L’aide acheminée par la France et l’Union européenne est tracée et envoyée en toute transparence vers les ONG qui en ont besoin au Liban », assure Mme Lakrafi à L’OLJ, en réponse à ceux qui dénoncent la disparition inexpliquée de certaines donations.

Fuite des cerveaux

« En tant que députée des Français du Liban, beaucoup de personnes m’ont écrit spontanément après l’explosion. Nombreux étaient ceux qui souhaitaient envoyer des aides, mais ne savaient pas à qui faire confiance. Certains ont fait des collectes et m’ont contactée pour me demander de les assister pour acheminer ces aides. J’assure un relais constant entre les ONG et le gouvernement français », explique-t-elle.La députée dit recevoir par ailleurs des dizaines de mails tous les jours de la part de Franco-Libanais qui disent vouloir rentrer en France et qui demandent son aide logistique. « Je suis déchirée, il ne faut pas que les cerveaux partent du Liban. Certains se sont rétractés à la dernière minute, après la deuxième visite de M. Macron. Cette visite leur a redonné de l’espoir », estime-t-elle.

Au Liban depuis le début de la semaine, Amélia Lakrafi, députée de la 10e circonscription des Français de l’étranger, qui inclut le Liban, faisait partie de la délégation officielle qui a accompagné le président français, Emmanuel Macron, lors de sa visite à Beyrouth mardi. Mme Lakrafi évoque des débats « musclés » avec la classe politique libanaise, mais dit faire...
commentaires (1)

UNE FOIS LE MATCH DES PAROLES FINI ATTENDONS VOIR LE MATCH DES COUPS DE PIEDS.

LA LIBRE EXPRESSION

09 h 09, le 03 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • UNE FOIS LE MATCH DES PAROLES FINI ATTENDONS VOIR LE MATCH DES COUPS DE PIEDS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 09, le 03 septembre 2020

Retour en haut