Rechercher
Rechercher

Politique - Portrait

Moustapha Adib, un inconnu bien connecté à la tête du gouvernement

Le nouveau Premier ministre a su, au cours des années, tisser un solide réseau de relations avec des parties politiques diverses.

Moustapha Adib, un inconnu bien connecté à la tête du gouvernement

Moustapha Adib, nouveau Premier ministre. Photo Dalati et Nohra

Quand le nom de Moustapha Adib, ambassadeur à Berlin, a émergé dimanche comme le fruit d’un consensus entre une majorité de forces politiques pour occuper le poste de prochain Premier ministre, la grande majorité des Libanais entendait parler de lui pour la première fois.

Bien qu’il soit en poste dans la capitale allemande depuis 2013, Moustapha Adib, 48 ans, n’est pas un diplomate de carrière mais un professeur d’université, titulaire d’un doctorat en sciences politiques. Il a commencé son parcours académique à l’Université libanaise, en 2000. Selon le site Libnanews, il est actif au sein de différentes organisations, étant président du Centre d’études stratégiques du Moyen-Orient (Cesmo), président de l’Association libanaise de droit international (ALDI) et de l’Association libanaise de sciences politiques, membre de l’Association des diplômés universitaires français, ou encore de l’Observatoire pour la paix civile permanente.

Natif de Tripoli, Moustapha Adib est marié à Flavia d’Amato, de nationalité française, avec qui il a cinq enfants, toujours selon le site.

Lire aussi

Moustapha Adib dans les bagages d’Emmanuel Macron

Sur le plan politique, il a été conseiller de l’ancien Premier ministre Nagib Mikati de 2000 à 2004, lorsque celui-ci occupait le poste de ministre des Travaux publics. En 2011, il devient son chef de cabinet durant son mandat de Premier ministre. Mais on le dit également proche du président du Parlement, Nabih Berry. Sur les réseaux sociaux, certains internautes lui reprochent, photos à l’appui, d’avoir pris fait et cause pour le parti de ce dernier, Amal, durant les dernières élections législatives en 2018. D’autres sources assurent toutefois qu’il est apprécié par tous les membres de la communauté libanaise en Allemagne, sans distinction.

Suivant des sources proches de l’ancien Premier ministre Mikati, Moustapha Adib, au cours de ses années comme directeur de cabinet de celui-ci, a fait preuve de calme et de sérénité en toutes circonstances. Son caractère est conciliant et malléable, ce qui, s’ajoutant à ses bonnes relations avec les différentes parties politiques, pourrait être considéré comme un atout pour sortir le pays de la crise, « même s’il ne peut rien réaliser tout seul », soulignent ces sources.

Des amitiés solides et diverses

Selon notre informateur Mounir Rabih, le nouveau Premier ministre a noué de solides amitiés politiques au cours de sa carrière, outre sa proximité avec Nagib Mikati. Ainsi, en tant qu’ambassadeur du Liban en Allemagne, pays où se trouve une importante communauté proche du tandem chiite, il se serait rapproché des deux partis par les services rendus à la diaspora, et en participant activement à sa vie sociale, notamment à l’occasion des fêtes religieuses. C’est ce qui explique que le Hezbollah et Amal l’aient appuyé volontiers. Également durant ses années en tant que diplomate, Moustapha Adib a eu le loisir de se rapprocher de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, président du Courant patriotique libre, qui n’a donc eu lui aussi aucune difficulté à accepter sa candidature.

L'édito de Michel Touma

La France et le pluralisme libanais

Toutefois, toujours selon Mounir Rabih, qui invoque des liens familiaux de M. Adib avec la France, son nom a surtout été mis en avant par Paris, et aurait même fait l’objet de conversations entre le président français Emmanuel Macron et les présidents de la République, Michel Aoun, et du Parlement, Nabih Berry. D’autres sources affirment cependant le contraire, à savoir que c’est le président Aoun qui aurait avancé ce nom parmi trois autres : Moustapha Adib aurait été jugé comme le seul nom « acceptable » par les différentes parties libanaises en présence.

Si M. Adib jouit de cet important réseau d’amitiés, qu’en est-il de la position de l’ancien Premier ministre Saad Hariri ? Pourquoi a-t-il accepté d’appuyer sans rechigner cet homme qui ne lui est pas proche? Selon des sources bien informées, M. Hariri n’était pas prêt à nommer un proche, étant lui-même hors course.


Quand le nom de Moustapha Adib, ambassadeur à Berlin, a émergé dimanche comme le fruit d’un consensus entre une majorité de forces politiques pour occuper le poste de prochain Premier ministre, la grande majorité des Libanais entendait parler de lui pour la première fois. Bien qu’il soit en poste dans la capitale allemande depuis 2013, Moustapha Adib, 48 ans, n’est pas un diplomate...

commentaires (7)

Ça sent mauvais il doit donner sa démission. Sa femme est d'origine italienne la famille d'Amico est bien connue en Italie

Eleni Caridopoulou

18 h 16, le 01 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Ça sent mauvais il doit donner sa démission. Sa femme est d'origine italienne la famille d'Amico est bien connue en Italie

    Eleni Caridopoulou

    18 h 16, le 01 septembre 2020

  • La réponse est certainement dans la phrase elle même. Mr Nawaf Salam semblait intègre et compétent. C'est certainement cela qui a posé problème à nos anciens premiers ministres. D'où peut-être la disparition de son nom de la liste. Je pensais la même chose de Mr Salam. (Pas l'ancien PM).

    Sybille S. Hneine

    16 h 08, le 01 septembre 2020

  • "Son caractère est conciliant et malléable" ... Conciliant et .... Malléable!!? ... Donc on est foutus... une pâte à modeler aux mains de nos polichinelles ...

    Wlek Sanferlou

    13 h 59, le 01 septembre 2020

  • Je pense que si les nouveaux premiers ministres se déplacent pour consulter la clique des corrompus a un seul point positif. La dépense engendrée par ces incapables qui ne se déplacent qu'avec des dizaines de voitures blindées, des dizaines de garde de corps et de dizaine de policiers. Leur vie est tellement plus précieuse que celle de tous les libanais et leur intelligence tellement débordante pour avoir régressé le pays au rang d'un pays du tiers monde, que leur déplacement vaut au moins çà. Mon plus grand souhait est que cette valse de voitures officielles accompagnant cette clique de pourris cesse une fois pour toute. Les plus grands pays du monde n'ont qu'une seule voiture et souvent non accompagnée.

    Citoyen

    11 h 51, le 01 septembre 2020

  • Je commencerai par une question que beaucoup de libanais se posent. Pourquoi le nom de M. Nawaf Salam a disparu de la liste des noms des potentiels PM. Ce Monsieur semblait intègre et compétent en plus d’être à l’écart de toute la clique régnante et vu son parcours professionnel, il aurait fait le meilleur PM. Est ce que M. Hariri a encore céder aux pressions, menaces dont les vendus n’ont plus de réputation à se faire dans ce domaine ou aurait il change d’avis pour d’autres raisons? M. Adib dont le nom est l’anagramme de celui qui l’a précédé, et dont on espère que la comparaison s’arrêtera là, est inconnu par le commun des mortels et pour cette raison, on s’abstiendrait de l’accabler avant de voir les noms des ministres qui vont l’aider à accomplir sa tâche qui se révèle très difficile et compliquée en lui souhaitant bon courage. Cependant un conseil gratuit, M. Adib, vous devez éviter de parcourir des km entre Ain El Tiné et les autres tanières. Un PM tout comme un président de la république ne se déplace pas. Celui qui est désireux de vous rencontrer et quelque soit son poste devrait se déplacer jusqu’à dans votre bureau après avoir pris le soin de prendre RV qui lui sera accordé selon la disponibilité de votre agenda. Votre temps est précieux et la tâche s’avère difficile vu le peu de temps dont vous bénéficier pour accélérer la mise en place du sauvetage du pays. Ceci est un excellent motif pour éviter tout gaspillage de temps pour palabrer avec les mêmes. Bon vent

    Sissi zayyat

    11 h 29, le 01 septembre 2020

  • FAUT ATTENDRE VOIR CE QU,IL PEUT FAIRE ET S,IL PEUT IMPOSER DES REFORMES OU JUGER LES CORROMPUS DES CLASSES QUI L,ONT NOMME OU NON. C,EST COMPTER SUR UN MIRACLE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    10 h 22, le 01 septembre 2020

  • DONC, IL EST PROCHE DE TOUTE LA CLASSE POLITIQUE OU PRESQUE. C'EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE DE CE LE PEUPLE DEMANDE. UN CHANGEMENT PROFOND. CE MONSIEUR NE PEUT NI JUGER NI ARRÊTER UN DE CES AMIS. LE CONTRAIRE EST VRAI. IL VA LES AIDER EN CONTRE PARTIE À ÉTOUFFER LES SCANDALES. C'EST LA LOGIQUE MÊME. DONC DIAB OU ADIB C'EST LA MÊME CHOSE. UNE PERTE DE TEMPS POUR LA "THAURA" LA RÉVOLUTION CONTINUE.

    Gebran Eid

    00 h 27, le 01 septembre 2020

Retour en haut