Rechercher
Rechercher

Drame du port de Beyrouth

Une centaine d’associations de la société civile appellent au départ du président Aoun

Le collectif a demandé la mise en place d’un mécanisme de poursuites judiciaires contre tous les responsables au sein du pouvoir.

Une centaine d’associations de la société civile appellent au départ du président Aoun

L’appel à la destitution du chef de l’État a été lancé hier, lors d’une conférence de presse organisée à quelques pas du port dévasté. Photo Z.A.

Une semaine après la double explosion meurtrière du port de Beyrouth, un collectif, présidé par l’ancien magistrat Chucri Sader et formé d’une centaine d’associations de la société civile, a appelé hier à la destitution du président de la République, Michel Aoun, ainsi qu’au départ de l’ensemble de la classe politique. C’est lors d’une conférence de presse tenue en pleine rue, face au port de Beyrouth ravagé par une double explosion mardi 4 août, que ces associations réunies sous le nom de « Rassemblement pour la révolution » ont lancé leur appel.

« Nous demandons la destitution du président de la République, la mise en place d’un gouvernement transitoire ancré dans la révolution et la démission des députés, tous membres d’un Parlement accaparé depuis trente ans par son chef (Nabih Berry) et ses maîtres étrangers », a affirmé Chucri Sader, lisant un communiqué au nom du collectif, dont fait partie le comité parrain du « communiqué national du 12 juin ». Ce comité, qui rassemble une trentaine de personnalités maronites dont M. Sader, l’ancien député Farès Souhaid, l’auteure et militante Nada Saleh Anid ou encore l’avocat Chibli Mallat, avait en effet demandé le départ de Michel Aoun dans ce manifeste publié en juin dernier.

« Tout gouvernement dit “d’union nationale” ou tout gouvernement dit “de partage du butin” est inacceptable, qu’il soit formel ou déguisé (...) Nous appelons au désarmement immédiat du Hezbollah et rejetons toute collaboration avec lui, au niveau officiel ou individuel, tant qu’il n’aura pas déclaré renoncer à son arsenal », indique le communiqué. « Un nouveau Liban émerge devant nos yeux. Faisant écho à la détermination du peuple – “tous veut dire tous” (en référence au slogan des révolutionnaires d’octobre, NDLR) –, nous demandons à ceux qui, parmi les officiels, ont encore une conscience d’abandonner le mandat actuel désormais en état de mort clinique », poursuit le texte qui appelle par ailleurs à l’application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l’ONU qui prévoit notamment le désarmement et la dissolution de toutes les milices au Liban.

« Crasse politique »

Interrogé par L’Orient-Le Jour en marge de la conférence de presse, Chucri Sader a appelé « le président de la République à bien vouloir se rendre compte du fait que sa présence à la tête de l’État n’est plus conforme aux aspirations de la population ». L’ancien magistrat, qui a également dénoncé l’incurie de la « crasse politique », a estimé que « la voix du peuple finira par se faire entendre, surtout que la corruption de la classe politique est de plus en plus décriée à l’international ». « La communauté internationale appuie le peuple libanais, et c’est la première fois qu’elle fait la différence entre le peuple et l’État », a souligné M. Sader.

« On aurait peut-être pu tolérer la corruption si les politiciens servaient les intérêts de l’État... Mais maintenant, nous faisons face à un incident très grave qui frôle le crime prémédité, a estimé l’ancien président du Conseil d’État. Deux mille sept cents tonnes de nitrate d’ammonium enrichi stockées depuis six ans dans un port civil situé dans la capitale, c’est absolument fou. C’est un crime. » « Jamais un dirigeant n’a pris ses citoyens, qu’il est censé servir, pour des demeurés », a-t-il ajouté, dans une critique adressée au chef de l’État.

Lire aussi

« Notre Liban est mort la semaine dernière, aujourd’hui est le premier jour de notre nation »

Le magistrat a par ailleurs critiqué le fait que ce soit la Cour de justice libanaise qui se charge de l’enquête, et non une commission internationale, comme suggéré par une partie de la société civile et par le président français Emmanuel Macron. « Nous avons vu, au fil des ans, que les enquêtes internes n’aboutissent à rien », a déploré M. Sader qui rappelle que le chef de l’État a reconnu être au courant de la présence du nitrate d’ammonium dans le port, lors d’une conversation avec la presse il y a quelques jours.

C’est dans ce cadre que le « Rassemblement pour la révolution » a appelé hier dans son communiqué à « la mise en place d’un mécanisme de poursuites judiciaires contre tous les responsables au sein du pouvoir, maintenant que Michel Aoun a officiellement reconnu avoir été au courant de la gravité de la situation dans le port de Beyrouth sans agir pour empêcher le massacre, lui qui est tenu par son serment constitutionnel de protéger le Liban et les Libanais ».Depuis l’explosion, responsables politiques, judiciaires et sécuritaires se rejettent la responsabilité.

« Dans l’esprit de cet appel à la responsabilisation criminelle des dirigeants pour le massacre du 4 août, notre demande est celle d’une enquête internationale », indique le texte.



Une semaine après la double explosion meurtrière du port de Beyrouth, un collectif, présidé par l’ancien magistrat Chucri Sader et formé d’une centaine d’associations de la société civile, a appelé hier à la destitution du président de la République, Michel Aoun, ainsi qu’au départ de l’ensemble de la classe politique. C’est lors d’une conférence de presse tenue en...

commentaires (20)

Une centaine d'associations , dites-vous ? sans compter celles qui pullulent à vue d'œil dans un pays de quatre millions et demi d'habitants ..

Hitti arlette

21 h 42, le 13 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • Une centaine d'associations , dites-vous ? sans compter celles qui pullulent à vue d'œil dans un pays de quatre millions et demi d'habitants ..

    Hitti arlette

    21 h 42, le 13 août 2020

  • Qu’il soit dans son fauteuil ou que le fauteuil soit vide, chercher la différence... les citoyens seraient peut être un peu plus rassurés en sachant que ce fauteuil est à pourvoir car ceci leur évitera certains désastres en couvaison et la bénédiction du chef.

    Sissi zayyat

    20 h 27, le 13 août 2020

  • Faites attention à Achrafieh il y a l'œil du diable , le Hezbollah attend acheter toutes les maisons désastreuses pour désunir les chrétiens et avoir un pied à terre

    Eleni Caridopoulou

    20 h 08, le 13 août 2020

  • "... sa présence à la tête de l’État n’est plus conforme aux aspirations de la population ..." l’a-t’elle jamais été?

    Gros Gnon

    13 h 52, le 13 août 2020

  • En tout cas ne plus payer ses impôts ni taxes tant qu’il n’y a pas d’état, ni surtout de transparence sur l’utilisation de ces fonds!

    Gros Gnon

    13 h 43, le 13 août 2020

  • tant que le peuple libanais agit en fonctions des ses convictions réligieuses et pas nationales , il n y aura pas de changement..... un seul mot je suis libanais et pas chiite,sunnite,druze,maronite ..... un état civil laic c est un état moderne qui laisse le libre chois à toutes les réligions pauvres libanais

    youssef barada

    11 h 38, le 13 août 2020

  • Réclamer le départ de la classe politique est une chose. Obtenir le désarmement du Hezbollah est une autre. C’est là le gros point faible de la révolution. Si celui-ci n’est pas résolu toutes les autres actions vont avoir des conséquences extrêmement défavorable. Le Liban risque de devenir un satellite de l’ Iran.

    Antoine Eddé

    11 h 21, le 13 août 2020

  • Oui je continue de réclamer haut et fort, comme la grande majorité du peuple libanais, le départ du Président Aoun et l'organisation d'élections législatives anticipées, libres et transparentes.

    Tony BASSILA

    10 h 57, le 13 août 2020

  • IL EN EST GRAND TEMPS. LE REGIME LE PLUS CORROMPU ET LE PLUS VENDU QU,A CONNU LE PAYS DANS SON HISTOIRE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 09, le 13 août 2020

  • Une bouffée d’espoir !!! Bravo et de tout coeur à vos côtés!!!

    Sabbag Laura

    08 h 16, le 13 août 2020

  • le rassemblement pour la révolution rassemble qui? tous les libanais désireux du changement? qu'ils le prouvent! l'action en justice est moins dangereuse pour le peuple exsangue que les actions musclées ,le plus souvent stoppées par les violences policières;donc ,appuyez l'action en justice;J.P

    Petmezakis Jacqueline

    08 h 11, le 13 août 2020

  • Et n'oubliez pas Naby Berry. Parce que autant de présence à la tête du Parlement ca fait de lui un coupable par excellence. Il va être convoqué à chaque fois. Il était en place à coup sûr entre 2014 et maintenant... il doit en connaître des choses pour lesquelles ça n'a pas été utile de se bouger. On sort tout le monde. Pas seulement à la convenance.

    Sybille S. Hneine

    07 h 43, le 13 août 2020

  • Comme l’a dit si bien Fifi Abou Dib: “Tant qu’à renaître, faisons renaître avec nous l’espoir ou rejoignons les tombeaux qui nous étaient promis.“ Merci Chucri Sader de nous permettre de croire en une possible Resurrection du pays!

    Abdul-Massih Nicole

    06 h 19, le 13 août 2020

  • Au peuple de se montrer tenace cette fois-ci... ne lâchons pas! En espérant que soient nombreux ceux qui se retourneront contre les meurtriers qu'ils ont adulé des années durant! Ils ont encore une chance, une toute dernière de récupérer leur pays... qu'attendent-ils? 30 années de plus pour leur ouvrir les yeux? Cessez d'applaudir ces immoraux (pour ne pas reprendre la liste intégrale de leurs attributs: voleurs, meurtriers, corrompus, indignes, ...) et construisez vous même le pays auquel vous avez toujours aspiré. Ne leur faites plus confiance. Pendant que nous pleurons nos morts ils se reunissent pour tenter une fois de plus de se sauver la face et d'empecher le pouvoir de leur filer entre les doigts, bien au chaud dans leurs résidences payées avec notre argent, alors que nombreux ont perdu les leurs. Pas de relache de grâce!

    Claudine EL KHOURY

    06 h 07, le 13 août 2020

  • Malheureusement ils ne partiront jamais de bon gre...

    hrychsted

    03 h 50, le 13 août 2020

  • Tous responsables, tous négligeants, tous criminels. Tous dehors.

    Chahine

    03 h 49, le 13 août 2020

  • The organizations of civil society should band together with the Lebanese Order of Lawyers and create a legal fund to initiate a class-action lawsuit against all politicians, contractors, and public employees who were responsible for this tragedy on behalf of the Lebanese people who were victimized directly or indirectly including loss of loved ones, physical injuries, loss of property, and loss of businesses and livelihoods, and seek criminal and civil prosecution and compensation for the damages incurred. These corrupt politicians should pay the price of their criminal negligence, and pay back the Lebanese from the monies they have stolen and diverted to their own personal benefit. In this way, Lebanese in the diaspora can donate to this legal fund to compensate lawyers and jurists for their work on this lawsuit. We should also pursue the resignation of the president, the disbanding of the current parliament and holding early elections to replace this corrupt, criminal, and incompetent elite political class.

    Mireille Kang

    02 h 44, le 13 août 2020

  • Un GRAND pas!!! EN AVANT TOUTE ——> la révolution doit enfin prendre les rennes et nous sommes très nombreux à en faire partie! Il ne faut surtout pas s’arrêter!

    T Myriam

    01 h 12, le 13 août 2020

  • Il est temps d'en finir avec cette crasse d'hommes politiques qui nous ont gouverné depuis plus de 30 ans. Un gouvernement de transition doit être formé par le peuple et il doit prendre le pouvoir le plus rapidement possible. La communauté internationale doit aider à la prise de pouvoir du pays par le peuple.

    carlos achkar

    00 h 53, le 13 août 2020

  • Amen !!!

    In Lebanon we (still) Trust

    00 h 26, le 13 août 2020