Rechercher
Rechercher

Explosions de Beyrouth

La vente de bâtiments traditionnels interdite sans accord du ministère de la Culture

Une trentaine d'organisations culturelles, de musées et d'administrations du monde entier signent une déclaration dans laquelle ils s'engagent à la réhabilitation du patrimoine culturel. 

La vente de bâtiments traditionnels interdite sans accord du ministère de la Culture

Une maison traditionnelle du quartier de Gemmayzé détruite par la double explosion du port de Beyrouth, le 11 août 2020. Photo AFP / JOSEPH EID

Les craintes de ces derniers jours liées à la protection des bâtiments traditionnels détruits dans le centre-ville de Beyrouth après la double explosion dans le port ont poussé mercredi les ministres de la Culture, Abbas Mortada, et des Finances, Ghazi Wazni, à interdire toute transaction liée à ces biens, afin d'éviter qu'ils ne fassent l'objet d'"exploitations".

M. Wazni a ainsi publié une circulaire dans laquelle il interdit la vente des bâtiments à caractère traditionnel et historique sans accord préalable du ministre de la Culture, et ce durant toute la période de déblaiement des décombres et de reconstruction des zones sinistrées. Abbas Mortada a précisé qu'il interdirait toute transaction d'achat ou d'assurance des biens immobiliers concernés, ainsi que toute modification apportée dans les registres du cadastre pour ces bâtiments traditionnels.

Les deux ministres ont pris ces décisions après une demande formulée plus tôt dans ce sens par le chef du Parlement, qui dit vouloir empêcher "toute exploitation et atteinte" aux bâtiments endommagés ou toute modification du caractère architectural, patrimonial ou historique de ces bâtiments, et protéger le caractère architectural, démographique et historique" des quartiers concernés. Les ministres Wazni et Mortada sont tous deux proches du chef du Législatif.

Lire aussi

A Beyrouth, les galeristes entre colère, tristesse et (dés)espoir

Par ailleurs, le leader druze Walid Joumblatt a mis en garde contre toute "destruction du patrimoine de Gemmayzé, Mar Mikhayel et Achrafiyé de la part de la municipalité de Beyrouth, pour le compte d'intermédiaires douteux". "La municipalité possède les fonds nécessaires pour restaurer les bâtiments traditionnels et aider les sinistrés, il est temps que ces fonds soient dépensés en faveur des habitants et de Beyrouth", a-t-il ajouté.

Ces derniers jours, de nombreuses informations ont circulé sur les réseaux sociaux mettant en garde les propriétaires de bâtiments dans les quartiers dévastés de ne pas vendre leurs biens, afin d'éviter qu'ils ne soient rasés et remplacés par des projets immobiliers qui dénatureraient le caractère traditionnel de ces quartiers.

Les explosions du 4 août ont fait, selon le dernier bilan provisoire, 171 victimes, plus de 6.000 blessés et 300 000 sans-abris. Entre 20 et 30 personnes sont toujours portées disparues.

Sauvegarde et préservation du patrimoine
En outre, une trentaine d'organisations culturelles internationales, de musées et d'administrations du monde entier ont signé une déclaration dans laquelle ils s'engagent à la réhabilitation du patrimoine culturel de Beyrouth endommagé par la double explosion.

Récit

Mayrig, une histoire entre mille de ruines et d’espoir


"En tant que membres de la communauté culturelle et praticiens de la protection du patrimoine, nous travaillons depuis des décennies aux côtés du peuple libanais pour sauvegarder et préserver le patrimoine culturel unique de cette nation", précise cette déclaration, dont le texte nous a été transmis par l'ambassade de France à Beyrouth. Dans cet engagement, les signataires assurent "être aux côtés du Liban pour poursuivre le travail collectif en ces temps difficiles". "Les bibliothèques, les musées et les bâtiments historiques endommagés nécessiteront des interventions de premiers secours aussi bien que des opérations de réhabilitation de plus long terme. Leurs collections devront être protégées et sauvegardées en priorité", souligne le texte. Et les organisations signataires d'assurer leur engagement à "faire tout ce qui est en leur pouvoir pour contribuer à la réhabilitation complète du patrimoine de Beyrouth endommagé par l’explosion".

L'Unesco et le musée du Louvre ont notamment signé cette déclaration, aux côtés de différentes organisations internationales et allemande, bahreïnies, britanniques, françaises, émiraties, marocaines, américaines, chinoises, luxembourgeoises, maliennes et néerlandaises. 

Plusieurs des organisations signataires avaient déjà fait preuve ces derniers jours de leur solidarité avec le Liban et de leur volonté d’œuvrer pour le patrimoine, en mobilisant notamment des fonds et des ressources. Et des appels ont été lancés afin d'empêcher "la Défense civile, mais aussi d’autres associations au nom louche, de démolir à bout de bras le patrimoine de Beyrouth", alors que les craintes grandissent concernant d'éventuels projets immobiliers dans les quartiers dévastés. 


Les craintes de ces derniers jours liées à la protection des bâtiments traditionnels détruits dans le centre-ville de Beyrouth après la double explosion dans le port ont poussé mercredi les ministres de la Culture, Abbas Mortada, et des Finances, Ghazi Wazni, à interdire toute transaction liée à ces biens, afin d'éviter qu'ils ne fassent l'objet d'"exploitations".

M. Wazni a...

commentaires (1)

"La vente de bâtiments traditionnels interdite sans accord du ministère de la Culture". Excellente nouvelle! Le Ministère de la Culture réussira à sauvegarder les joyaux de Beyrouth tout comme il a bien protégé le site plusieurs fois millenaire de Nahr el Kaleb et celui de Bisri, etc. Yallah, I cross my fingers et espère que pour une fois les choses iront dans la bonne voie (qui semble être toujours opposée à celle des initiatives de nos pseudo-gouvernements et pseudo-aahed virils), malgré tout...

Wlek Sanferlou

17 h 05, le 12 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "La vente de bâtiments traditionnels interdite sans accord du ministère de la Culture". Excellente nouvelle! Le Ministère de la Culture réussira à sauvegarder les joyaux de Beyrouth tout comme il a bien protégé le site plusieurs fois millenaire de Nahr el Kaleb et celui de Bisri, etc. Yallah, I cross my fingers et espère que pour une fois les choses iront dans la bonne voie (qui semble être toujours opposée à celle des initiatives de nos pseudo-gouvernements et pseudo-aahed virils), malgré tout...

    Wlek Sanferlou

    17 h 05, le 12 août 2020