Rechercher
Rechercher

Double explosion

Trois responsables des douanes et du port en détention provisoire

Trois responsables des douanes et du port en détention provisoire

La double explosion au port de Beyrouth, qui a ravagé la capitale. Photo d’archives AFP / STR

Finira-t-on par connaître, une fois n’est pas coutume, la vérité sur les responsabilités derrière le drame du port de Beyrouth ? Toutes les responsabilités ? Ou, au contraire, l’enquête sur la double déflagration, qui a fait plus de 150 morts et 5 000 blessés, finira-t-elle en queue de poisson, avec la mise en accusation de menu fretin ? Hier en soirée, de premières arrestations ont été annoncées. L’avocat général près la Cour de cassation, le juge Ghassan Khoury, a ainsi ordonné le placement en détention provisoire, pour les besoins de l’enquête, du directeur général des douanes, Badri Daher, de son prédécesseur Chafic Merhi et du directeur général du port, Hassan Koraytem, à l’issue d’un interrogatoire de cinq heures. Dès les premières heures qui ont suivi les explosions de mardi, le chef du gouvernement, Hassane Diab, avait promis que les responsables de la catastrophe devront « rendre des comptes ». Hier, le président de la République, Michel Aoun, a martelé que « la seule façon pour les proches des victimes de pouvoir faire leur deuil est de traduire en justice les responsables ». Tout en ajoutant que « les appels à une enquête internationale sur l’affaire du port ont pour but de diluer la vérité ».

Après le drame, a été ouverte une enquête judiciaire diligentée par le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, en collaboration avec le tribunal militaire. Hier, dans le sillage des propos du président quant à l’hypothèse d’« une intervention extérieure, au moyen d’un missile, d’une bombe ou d’un autre moyen », dans l’éruption du drame, M. Oueidate a demandé à la police criminelle de s’enquérir de la présence de drones dans l’espace aérien.

Sur le plan de la responsabilité des fonctionnaires, après que le parquet de cassation eut demandé mercredi aux services sécuritaires d’enquêter et de collecter tous les documents liés au stockage de matières explosives emmagasinées dans le hangar 12, celui où se trouvaient 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, seize fonctionnaires du port de Beyrouth et des douanes ont été arrêtés le jour même et le lendemain. Une interdiction de voyager avait par ailleurs frappé le directeur des douanes, Badri Daher, Chafic Merhi, ainsi que Nayla Haje, Nehmé Brax, Michel Nahoul, Georges Daher, Moustapha Farchoukh et Hassan Koraytem. Le parquet a en outre demandé à la commission spéciale d’investigation (CIS) de la Banque centrale de geler les comptes bancaires de tous ces fonctionnaires.

En soirée, une source informée avait indiqué que des experts français venaient d’arriver pour mener des investigations dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Paris, vu que 21 Français ont été touchés par la double explosion. Le nitrate d’ammonium avait été déchargé en 2014 d’un cargo baptisé Rhosus, appartenant à un ressortissant russe, Igor Grechushkin, et qui assurait la liaison Géorgie-Mozambique. Mais arrivé près de Beyrouth, ce bateau battant pavillon moldave avait fait face à des problèmes techniques. Sur requête du ministère des Transports et des Travaux publics, au motif que la marchandise pouvait causer un grave danger pour l’environnement, Jad Maalouf, ancien juge des référés de Beyrouth, avait autorisé la mise en cale sèche du navire, ainsi que le transfert et le stockage de la cargaison. Dans son jugement du 27 juin 2014, M. Maalouf avait soumis son autorisation à deux conditions : que le ministère des Transports choisisse lui-même un lieu pour un entreposage sécurisé du nitrate d’ammonium ; et le placement de ce stock sous la garde du ministère. Sur ce point, une source judiciaire affirme que le juge des référés n’étant pas un juge militaire, il n’a pas la compétence de savoir si le site choisi par le ministère était opportun ou non. Lorsque des matières dangereuses sont stockées de manière adéquate, elles peuvent être préservées indéfiniment, note cette source, citant en exemple les explosifs appartenant à l’armée. Sachant qu’il avait ordonné, comme pour tous les produits chimiques, de stocker l’ammonium dans un endroit sécurisé, M. Maalouf n’avait donc pas à s’enquérir de la sûreté de la marchandise dans le port. Dès la survenue de la catastrophe, le directeur général des douanes, Badri Daher, avait rejeté les accusations portées contre lui, rejetant la faute sur M. Maalouf, qu’il a dit avoir alerté à de multiples reprises. Or la source judiciaire précitée affirme que ce dernier n’a pas fait suite à ses demandes parce que d’une part la direction des douanes n’a pas qualité à le faire, la partie concernée étant le seul ministère des Transports, et que d’autre part elle ne l’a jamais notifié selon les procédures légales. Certes, M. Daher avait demandé six fois au moins l’autorisation de pouvoir soit exporter la marchandise, soit la vendre à une société établie dans le caza du Koura, la Lebanese Explosive Company, mais il avait formulé ses requêtes dans de simples lettres. Or les missives adressées aux tribunaux sont inadmissibles au plan de la procédure. La source indique que M. Maalouf aurait pu d’ailleurs se contenter de mentionner l’existence de ces lettres dans des procès-verbaux sans y donner suite, mais par excès de zèle, il les transmettait à chaque fois au ministère des Transports par l’entremise du département du contentieux de l’État. Celui-ci n’aurait réagi que la première fois (2015), lui demandant alors d’obliger une agence maritime à exporter la marchandise. Or celle-ci ne peut y être contrainte. Le juge des référés, qui a compétence à prendre seulement des mesures conservatoires, aurait alors demandé au ministère de lui fournir des motifs juridiques lui permettant de statuer sur l’exportation des produits. Celui-ci n’aurait plus jamais répondu, alors que le juge comptait entendre les propriétaires de l’agence maritime et mener d’autres investigations. Selon la source précitée, il fallait qu’un représentant du service du contentieux de l’État se présente au greffe du tribunal pour prendre les documents servant à notifier l’agence, mais il n’en a rien été, et la demande du ministère a été abandonnée. En tout état de cause, poursuit-elle, puisque le ministère avait la garde de la marchandise, il pouvait en disposer comme il le voulait, d’autant que celle-ci n’était pas sous saisie judiciaire. Et de se demander pourquoi il ne l’avait pas fait, sachant que lorsqu’une marchandise n’a pas de propriétaire, l’État peut s’en saisir et la soumettre à une vente aux enchères. À noter que suite aux permutations judiciaires de 2017, M. Maalouf avait été muté en octobre de la même année. Le service des douanes avait présenté une nouvelle fois à son successeur une demande d’autorisation d’exportation ou de vente, avant qu’en février 2018, il y a deux ans et demi, le dossier soit totalement délaissé, affirme encore la source.

Selon des informations non confirmées, la Sûreté de l’État avait depuis plusieurs années et à plusieurs reprises mis en garde les gouvernements qui se sont succédé depuis 2014 contre le danger du stockage du nitrate d’ammonium. Celui-ci avait été confisqué sous le gouvernement de Tammam Salam.


Finira-t-on par connaître, une fois n’est pas coutume, la vérité sur les responsabilités derrière le drame du port de Beyrouth ? Toutes les responsabilités ? Ou, au contraire, l’enquête sur la double déflagration, qui a fait plus de 150 morts et 5 000 blessés, finira-t-elle en queue de poisson, avec la mise en accusation de menu fretin ? Hier en soirée, de premières...

commentaires (9)

"... la partie concernée étant le seul ministère des Transports, ..." alors? Qu’est-ce qu’on attend pour les arrêter aussi?

Gros Gnon

15 h 14, le 08 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • "... la partie concernée étant le seul ministère des Transports, ..." alors? Qu’est-ce qu’on attend pour les arrêter aussi?

    Gros Gnon

    15 h 14, le 08 août 2020

  • N'oublions pas que nous étions en état d'urgence à cause de la Covid - 19, donc le Président et/ou le PM pouvaient décider du sort de la marchandise le 20 juillet par un simple appel téléphonique ou un écrit de 2 lignes à l'armée pour s'y débarrasser.

    MGMTR

    13 h 48, le 08 août 2020

  • Cette bombe à retardement qui attendait tranquillement la mèche pour souffler le port et son périmètre n’était pas oublié, elle était là pour servir les vendus le moment venu pour causer le plus de dégâts possible sous forme d’accident. Arrêtons de spéculer sur les causes et les responsables ils sont connus par tous mais les vrais responsables sont tous ceux qui ont accepté de fermer les yeux et de laisser faire.

    Sissi zayyat

    12 h 54, le 08 août 2020

  • C’est donner l’impression de fa

    mokpo

    12 h 26, le 08 août 2020

  • DES BOUCS EMISSAIRES, LES PETITS DE L,AFFAIRE. QUI EST LE VRAI PROPRIETAIRE DE FAIT DE CETTE MARCHANDISE DEVERSEE THEATRALEMENT PAR LE BATEAU RUSSE A BEYROUTH. SEULE UNE ENQUETE INTERNATIONALE POURRAIT ELUCIDER LA PERIPETIE THEATRALE DU BATEAU RUSSE ET DES VRAIS RECEPTIONNAIRES DE L,OMBRE DE SA MARCHANDISE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 17, le 08 août 2020

  • Article incompréhensible. On ne sait pas à qui ou à quoi se rapporte tel pronom, de quel ministère on parle, etc. Dommage.

    Abdallah Charles

    09 h 53, le 08 août 2020

  • MILLE FOIS BRAVO a riad kobeissi qui a pu devoila les dessous de l'affaire, entre autre que diab&aoun avaient ete Officiellement Notifies du tres grave danger couru. 2 responsables s'il en est qui n'ont pas reagi. bon, passons ! Mais attendez voir, si 3 directeurs ont ete arretes pour manquement au devoir devant ce meme danger , qu'en est il des 2 presidents a ce point de vue ? responsables eux aussi ou pas ?

    gaby sioufi

    09 h 39, le 08 août 2020

  • ""Selon des informations non confirmées, la Sûreté de l’État avait depuis plusieurs années et à plusieurs reprises mis en garde les gouvernements qui se sont succédé depuis 2014 contre le danger du stockage du nitrate d’ammonium. Celui-ci avait été confisqué sous le gouvernement de Tammam Salam."".................. Je lis tout Madame Assaf, je ne dis rien mais je ne pense pas moins de cette gabegie. La dernière phrase prête à confusion, (ce qui a été confisqué) mais l’essentiel n’est pas là. La gestion de cette cargaison n’est pas à la hauteur de notre réputation de businessman. C’est à la sûreté d’alerter les gouvernements, par un rapport top secret ? Et l’opinion publique n’a jamais été au courant ? Je n’ai jamais lu ou entendu un politicien faire la moindre déclaration pour informer la population du danger imminent d’un produit sur les quais du port. Où sont les mouvements écologiques, pour faire leur boulot. Bref, ce produit ne devrait pas être là pendant des années. Je ne pourrai pas être à leur place, mais deux décisions de bon sens peuvent être prises : ou bien laisser couler le bateau et tant pis pour les eaux poissonneuses de notre littoral, ou bien après sa transformation, le distribuer gratos à nos agriculteurs, ils en ont grand besoin. Quand on a le sens des responsabilités, on peut tout faire pour épargner la vie des gens. Je croyais un jour prendre le pouvoir, mais il est trop tard. C'est triste, très triste.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    09 h 09, le 08 août 2020

  • "... Trois responsables des douanes et du port en détention provisoire ..." -.- Provisoire, c’est en attendant d’établir avec certitude s’ils sont affiliés à un parti politique quelconque, ce qui permettrait leur remise en liberté immédiate?

    Gros Gnon

    08 h 27, le 08 août 2020