Rechercher
Rechercher

Photos

Mardi 4 août, peu après 18h, Beyrouth : en quelques minutes, tout bascule

Un incendie, une explosion, puis une seconde. Massive. Et ce champignon énorme, qui s’envole vers le ciel, dévastant le port de Beyrouth et une partie de la capitale. Et cette colonne de fumée d’un rose étrange, qui monte dans le ciel. Hier matin, quatre corps ont encore été retrouvés par les secouristes dans le port presque entièrement détruit. Les derniers bilans, toujours provisoires, font état de plus de 150 morts et 5 000 blessés, des dizaines de disparus et des centaines de milliers de sans-abri dans les quartiers dévastés proches. À travers la ville, à travers le pays et au-delà, la peine est immense. La colère aussi, contre la classe politique, accusée d’incompétence et de corruption. Retour, en quelques images, sur une semaine terrible.
Mardi 4 août, peu après 18h, Beyrouth : en quelques minutes, tout bascule

Un jeune homme blessé gît au sol, au port de Beyrouth, juste après l’explosion. Photo AFP


En quelques minutes, tout bascule. Le moment de l’explosion, au port de Beyrouth, le 4 août, vers 18h07. AFP/UGC/Gaby Salem/ESN


Un homme blessé est évacué, quelques heures après l’explosion au port de Beyrouth. La double déflagration a fait, selon les derniers bilans, plus de 150 morts et 5 000 blessés. Ibrahim Amro/AFP


Des groupes de volontaires déblayant les rues, aidant les habitants de maisons endommagées à dégager les débris... Dès le lendemain de l’explosion, la solidarité s’est mise en marche, notamment à Gemmayzé. Photo João Sousa


Le port, dévasté. Le 5 août 2020. Photo João Sousa


Venu découvrir l’ampleur des dégâts dans le quartier de Gemmayzé, le président français Emmanuel Macron enlace une résidente, jeudi 6 août. Lors de son passage, nombre de Libanais ont appelé à l’aide de la France, mais directement au peuple libanais, pas au gouvernement. Photo AFP


Une femme, dans ce qu’il reste, le 6 août, de son appartement à Beyrouth, dévasté par l’explosion du port. Au moins 300 000 Libanais se sont retrouvés sans abri après la tragédie. Photo AFP


Les secouristes français étaient à la recherche de survirants, hier, au port. Quelques heures plus tôt, quatre corps avaient été retrouvés. Joseph Eid/AFP










En quelques minutes, tout bascule. Le moment de l’explosion, au port de Beyrouth, le 4 août, vers 18h07. AFP/UGC/Gaby Salem/ESN


commentaires (0)

Commentaires (0)