Rechercher
Rechercher

Tribune

Lettre ouverte du Bloc national au président français

Lettre ouverte du Bloc national au président français

Monsieur le Président,

Le Liban a entamé une chute libre depuis un an. Mardi, il a touché le fond.

L’explosion apocalyptique du 4 août, qu’elle soit le résultat d’un accident ou d’une attaque, a démontré la perte de contrôle irrémédiable de l’État sur son administration, démembrée au profit de la classe dirigeante, et sur sa politique étrangère, déterminée par des partis politiques affiliés à des puissances régionales. Elle est venue s’ajouter à une faillite, totale, que de nombreux experts jugent exceptionnelle par son ampleur. Le système politique issu de la guerre civile a implosé avec l’explosion du 4 août, faute de s’être adapté en répondant aux demandes légitimes et pacifiques d’une majorité de Libanais.

L'édito de Issa GORAIEB

Fumiers (d’)assassins

La tentative avortée du gouvernement Diab, pris en otage par les partis traditionnels, n’a été qu’une nouvelle fuite en avant. Le système ne subsiste que par sa force d’inertie et le délai nécessaire à l’émergence d’une alternative crédible. Cette alternance politique se constitue et s’organise après une traversée du désert qu’ont imposée des décennies d’occupations multiples suivies du travail incessant de sape des valeurs de l’intérêt général, de démantèlement des institutions et de marginalisation des talents. Mais de la destruction de Beyrouth naîtra un nouveau front d’opposition que nous souhaitons aussi large et représentatif que possible : une alliance des partis citoyens intègres et de toutes sensibilités politiques, contre celui des seigneurs de la guerre qui ont, chacun à leur tour, dépecé notre État.

Ce mouvement d’opposition qui voit le jour tient à son indépendance par rapport à tout acteur régional et international. En même temps, il veille à ce que les partis traditionnels ne se nourrissent pas d’une aide internationale qui leur servirait de bouée de sauvetage.

Lire aussi

Macron aujourd’hui à Beyrouth : « Un message de fraternité et de solidarité » aux Libanais

Dans ce contexte, la reconstruction d’un véritable État fort et juste est difficile, mais pas impossible. Pour cela, trois conditions doivent être réunies.

Tout d’abord, l’aide internationale adressée aux victimes de la catastrophe du 4 août doit être distribuée par les organisations de la société civile dont certaines ont démontré, contrairement aux institutions de l’État, leur transparence, leur efficacité, leur caractère national et non confessionnel.

Ensuite, la communauté internationale ne devrait pas encourager le retour à un gouvernement d’union nationale dirigé par les mêmes leaders qui ont mené à la faillite, alors que les mouvements populaires demandent unanimement depuis la révolte du 17 octobre un gouvernement souverain, indépendant des partis traditionnels et muni de prérogatives élargies en matière économique, sociale et financière.

Enfin, la communauté internationale devrait s’engager de manière résolue pour que les prochaines élections aient lieu sous surveillance internationale. Ces conditions s’inscrivent dans les valeurs qui sont celles de votre pays. Nous savons que vous veillerez à ce qu’elles soient respectées.

Le Liban a touché le fond, Monsieur le Président. C’est dans ce moment d’immense détresse et de désespoir que l’on reconnaît ses amis. Votre visite est beaucoup plus qu’un déplacement officiel, elle est sans doute la plus belle preuve d’amitié franco-libanaise depuis la fondation de notre pays.

Pierre Issa, secrétaire général du Bloc national et fondateur de l’ONG arcenciel


Monsieur le Président,

Le Liban a entamé une chute libre depuis un an. Mardi, il a touché le fond.

L’explosion apocalyptique du 4 août, qu’elle soit le résultat d’un accident ou d’une attaque, a démontré la perte de contrôle irrémédiable de l’État sur son administration, démembrée au profit de la classe dirigeante, et sur sa politique étrangère,...

commentaires (9)

C’est très encourageant mais qu’attendez-vous pour passer à l’acte alors que ces vendus se montrent de plus en plus féroces et impitoyables. Nous sommes avec vous, le peuple a les mêmes aspirations que vous alors lancez un appel sur les médias rassemblez les foules qui ne savent pas comment faire pour crier leur désespoir et excaver ces malotrus. Ne vous cachez plus il faut leur montrer que nous ne les laisserons pas faire et que nous n'avons pas peur d’eux ni de leurs armes. Nous nous botterons jusqu’à ce que le dernier de ces vendus ait quitté le pouvoir et jugé pour traîtrise vols et assassinats. Les potences sont en construction il ne nous manque que les meurtriers. Alors allons les chercher car ils ne viendront pas d’eux mêmes.

Sissi zayyat

10 h 22, le 06 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • C’est très encourageant mais qu’attendez-vous pour passer à l’acte alors que ces vendus se montrent de plus en plus féroces et impitoyables. Nous sommes avec vous, le peuple a les mêmes aspirations que vous alors lancez un appel sur les médias rassemblez les foules qui ne savent pas comment faire pour crier leur désespoir et excaver ces malotrus. Ne vous cachez plus il faut leur montrer que nous ne les laisserons pas faire et que nous n'avons pas peur d’eux ni de leurs armes. Nous nous botterons jusqu’à ce que le dernier de ces vendus ait quitté le pouvoir et jugé pour traîtrise vols et assassinats. Les potences sont en construction il ne nous manque que les meurtriers. Alors allons les chercher car ils ne viendront pas d’eux mêmes.

    Sissi zayyat

    10 h 22, le 06 août 2020

  • Sauvez mon Liban !

    Marie-Hélène

    10 h 00, le 06 août 2020

  • Merci. Rien à enlever, rien à ajouter. Une voix que nous souhaiterions entendre plus souvent, en ce désarroi.

    Iskandar Accaoui

    09 h 54, le 06 août 2020

  • Respect ✊

    Olga Feghali

    08 h 54, le 06 août 2020

  • Merci de dire tout haut ce que nous souhaitons. Mais comment éduquer dans l’urgence ces hordes de partisans de tous partis, je pense en particulier au Hezb, Amal et Futur, qui bastonnent a tout bout de champ ceux qui essaient de sortir le Liban du trou?

    Bashir Karim

    08 h 44, le 06 août 2020

  • Nous avons touché le fond et nous continuons de creuser si les familles les clans et les chefs de parti obsolète ne transmettent leur pouvoir à la société civile qu’ils empêchent de se constituer ! Cette société civile née de la révolution du 17 octobre a pris désormais ses fondations sur les cendres hier du port de Beyrouth et tel le phénix va déployer de nouveau les ailes du changement et de la résurrection du Liban .

    PHENICIA

    06 h 09, le 06 août 2020

  • Part 3 Ils expriment ce Liban porteur de ses nouvelles seves!

    Alfred Homsy

    03 h 47, le 06 août 2020

  • Partie 2 Pourquoi rester effacé ? Alors qie votre cri est desesperement attendu, meme s'il preche au depart contre critique, , quolibets et sarcasmes ? Demain devant E Macron, n'attendez pas plus de lui ou de la France. Celle ci vous le redira: Aide toi peuple du Liban et la France, comme le monde et toute sa diaspora libanaise, vous aideront. Rassemblez vos gens et que d'une même voix

    Alfred Homsy

    03 h 44, le 06 août 2020

  • Merci Mr issa de cette mise au point. Pourquoi le bloc national par ses valeurs - qui transcendait les appartenances confessionnelles et s'appuyait sur la competence , la transparence au mepris de tout arrangement ou de toute collusion- et son programme - basé sur des priorites economiques et educatives sans discriminations ou autre passe droit- n'a pu rejoindre une majorite de libanais? Sur qui compter demain , si ce nest sur votre groupe et ceux qii vous ressemblent pour engager ce bras de fer avec ce gouvernement sans foi ni loi qui fait la ruine du pays? Pourquoi pas une voix ne s'est levée ces derniers mois pour marteler votre opposition et votre nouvelle vision d'un Liban uni au delà de ses ignes religieux

    Alfred Homsy

    03 h 38, le 06 août 2020