Rechercher
Rechercher

Secteur bancaire

Environ « 25 milliards de dollars de dépôts » sortis des banques « entre mai 2019 et mai 2020 », selon Makram Sader

Lors d’un dialogue virtuel entre une association d’expatriés qui se fait appeler « Conseil exécutif libanais » et le secrétaire général de l’Association des banques du Liban (ABL), Makram Sader, durant le week-end, ce dernier a affirmé que « 25 milliards de dollars de dépôts » sont sortis des banques « entre mai 2019 et mai 2020 », sans préciser la répartition entre les dépôts en livre et ceux en devises. Ce montant correspond en grande partie aux retraits, toujours selon lui, alors que les banques ont instauré depuis près d’un an des restrictions sur les retraits et les transferts à l’étranger, en plein contexte de crise économique et financière.

Il a également tenu à clarifier les propos tenus par le président de l’ABL, Salim Sfeir, durant le week-end, concernant l’utilisation par l’État des dépôts dans les banques libanaises afin de payer les salaires des fonctionnaires, propos que le ministre des Finances, Ghazi Wazni, a démentis. Makram Sader a donc souligné que la Banque du Liban crée de la monnaie pour payer les salaires, impliquant ainsi une augmentation de l’inflation – qui s’est établie à 89,74 % à fin juin selon l’Administration centrale de la statistique – et qui diminue le pouvoir d’achat des Libanais.

Selon lui, les banques du pays n’ont investi que « 25 milliards de dollars » dans la dette publique, dont le total s’est élevé à 92,9 milliards de dollars à fin avril, sur un total de dépôts qui s’établit à 150 milliards de dollars, montrant que leur exposition à la dette publique est faible. L’Association des banques du Liban a expliqué dans un communiqué envoyé mardi que les banques du pays détiennent « 28,8 % » de la dette publique totale, qui s’est élevée en mai à 93,1 milliards de dollars, soit l’équivalent de « 16,3 milliards de dollars » de bons du trésor et « 10,5 milliards de dollars » d’eurobonds-titres de dette en devises.

La portion de la dette externe détenue par les non-résidents s’élève selon l’association à « 16 % de la dette totale ». La Banque du Liban a également investi dans la dette publique, ainsi que d’autres organismes libanais et internationaux.


Rq : cet article a été amendé le 04/08/2020 à 15h, pour préciser l'exposition des banques à la dette.


Lors d’un dialogue virtuel entre une association d’expatriés qui se fait appeler « Conseil exécutif libanais » et le secrétaire général de l’Association des banques du Liban (ABL), Makram Sader, durant le week-end, ce dernier a affirmé que « 25 milliards de dollars de dépôts » sont sortis des banques « entre mai 2019 et mai 2020 », sans...

commentaires (1)

L' ABL serait elle de connivence avec l'etat libanais? aurait elle appris une lecon que la nation paye tres tres cher ? l'ABL pourrait elle etre plus explicite, donner des chiffres appuyes par des details ne serait ce que des details interessants a connaitre, tels que a qui appartenaient les depots retires en question en sus des montants libelles en $ vs. en LL ou est ce demander trop d'honnetete ?

gaby sioufi

13 h 33, le 04 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • L' ABL serait elle de connivence avec l'etat libanais? aurait elle appris une lecon que la nation paye tres tres cher ? l'ABL pourrait elle etre plus explicite, donner des chiffres appuyes par des details ne serait ce que des details interessants a connaitre, tels que a qui appartenaient les depots retires en question en sus des montants libelles en $ vs. en LL ou est ce demander trop d'honnetete ?

    gaby sioufi

    13 h 33, le 04 août 2020