Rechercher
Rechercher

Opposition

Hariri s’en prend à Diab : Mais où donc nous mène le Premier ministre ?

« Je ne veux pas être chef du gouvernement sous conditions », affirme le leader du Futur.

Hariri s’en prend à Diab : Mais où donc nous mène le Premier ministre ?

Saad Hariri s’exprimant hier devant les journalistes. Photo tirée du site web du courant du Futur

Les propos qu’a tenus le chef du gouvernement, Hassane Diab, mardi en Conseil des ministres, concernant la visite du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, continuaient, hier, à susciter l’indignation de l’opposition.

Après le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, qui a appelé à « changer de Premier ministre », et celui des Forces libanaises, Samir Geagea, qui a dénoncé « la perturbation des rapports franco-libanais », c’est le leader du courant du Futur, Saad Hariri, qui a répondu hier à son successeur. Lors d’une conversation à bâtons rompus avec des journalistes à la Maison du Centre, M. Hariri a déclaré sans ambages : « Je ne comprends pas où le Premier ministre Hassane Diab nous mène avec cette diplomatie envers nos amis. Comment le Premier ministre se permet-il de faire de telles déclarations à l’égard d’une nation amie, en qui les Libanais voient une mère aimante ? Ces déclarations nous désolent », a-t-il lancé, avant de poursuivre : « M. Le Drian était porteur d’un message au Liban : “Aidez-vous et nous vous aiderons.” Mais le gouvernement a estimé que (les autorités françaises, NDLR) ne savent rien. Le gouvernement lui-même ne sait rien », a fustigé l’ex-chef du gouvernement.

Hassane Diab avait créé la surprise en estimant, lors de son intervention en Conseil des ministres, que la visite de Jean-Yves Le Drian « n’avait rien apporté de nouveau ». Il avait ajouté que le chef de la diplomatie française manquait d’informations au sujet des réformes adoptées par le gouvernement, et semblait regretter que le ministre français ait lié toute aide au Liban à la concrétisation de réformes et à la nécessité de passer par le Fonds monétaire international (FMI). Selon lui, « cela confirme qu’il y a toujours une décision internationale de ne pas aider le Liban ».

La nouvelle diatribe du chef du Futur contre Hassane Diab intervient quelques semaines après des spéculations politiques et médiatiques selon lesquelles un changement du gouvernement serait probable pour sortir le pays de la crise aiguë qui le secoue depuis des mois. En réponse à une question portant sur l’éventuelle formation d’un cabinet d’indépendants, Saad Hariri a lancé : « Commençons d’abord par trouver le chef du gouvernement. »

« La question que le président du Conseil a oublié de se poser est celle de savoir où est le Premier ministre », a également lancé M. Hariri. Il réagissait ainsi à une série de questions que M. Diab s’était posées pendant la séance du Conseil supérieur de la défense, mardi à Baabda. « Mais où donc est l’État, où sont les agents de l’ordre, où est l’appareil judiciaire ? » s’était ainsi interrogé M. Diab, dans un tweet qu’il a fini par supprimer.

Toujours au sujet du gouvernement, M. Hariri a mis les points sur les i : « Je ne veux pas être Premier ministre sous conditions. » Une flèche décochée en direction du chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, avec qui les rapports sont rompus depuis « l’enterrement définitif » du compromis présidentiel, le 14 février dernier. Dans une interview accordée lundi à la chaîne LBCI, M. Bassil avait souligné sans détour que si Saad Hariri impose des conditions (à la formation d’un nouveau gouvernement), il rencontrera des conditions « rédhibitoires » en contrepartie. Pour M. Hariri, une seule solution existe : « Qu’ils (les membres du gouvernement) se mettent au travail et arrêtent de prétendre qu’on les empêche de travailler. » « Ils (les parrains du cabinet) possèdent la majorité à la Chambre, et détiennent le gouvernement. Qu’ont-ils accompli ? La seule réforme adoptée, c’est l’audit de la Banque du Liban, mais pourquoi ne pas adopter la même démarche dans toutes les administrations, notamment le ministère de l’Énergie », a lancé M. Hariri. Encore une pique à l’encontre du CPL qui détient ce portefeuille depuis 2008 et qui, selon ses détracteurs, n’a pas tenu ses promesses d’assurer le courant électrique 24 heures sur 24.

Les frontières et le TSL

Commentant l’escalade observée lundi dernier en zone frontalière au Liban-Sud entre le Hezbollah et Israël, le chef du Futur a commencé par stigmatiser « l’absence totale du gouvernement », mettant en garde contre « des tentatives de menacer la stabilité » à la veille du vote (en Conseil de sécurité) pour le prolongement du mandat de la Finul (prévu fin août, NDLR).

Saad Hariri s’exprimait quelques jours après le report sine die du congrès du Futur, initialement prévu le 25 juillet. L’ex-Premier ministre devait saisir l’occasion pour s’adresser à ses alliés comme à ses adversaires, notamment le Hezbollah, deux semaines avant la séance que tiendra le Tribunal spécial pour le Liban le 7 août à La Haye pour rendre son jugement dans l’affaire de l’assassinat de Rafic Hariri, ancien Premier ministre et père de Saad Hariri, à Beyrouth le 14 février 2005. Un dossier dans le cadre duquel quatre membres présumés du Hezbollah sont jugés par contumace. Pour le moment, Saad Hariri se contente d’assurer qu’il prendra position le 7 août à La Haye. Sauf que cela n’est pas sans susciter des interrogations autour d’un éventuel retour au modus vivendi observé avec le Hezbollah, en vue de préserver la stabilité du pays. Dans certains milieux politiques, on fait état d’une réunion tenue par plusieurs personnalités politiques, il y a quelques jours, en présence notamment d’Amine Gemayel, ancien chef de l’État, et de Fouad Siniora, ex-Premier ministre. Selon les informations, les anciens ministres Khaled Kabbani et Rachid Derbas étaient également présents. Dans les mêmes milieux, on croit savoir que les discussions auraient porté sur le verdict du TSL et ses incidences sur la scène locale. Interrogé par L’Orient-Le Jour, Fouad Siniora confirme que la réunion a bien eu lieu. « Il s’agissait d’une occasion pour passer en revue les développements locaux, et la manière dont il faudrait appréhender le jugement du TSL », dit-il, jugeant qu’il est « encore tôt » pour se poser des questions autour des rapports entre le Futur et le Hezbollah dans l’après-7 août.


Les propos qu’a tenus le chef du gouvernement, Hassane Diab, mardi en Conseil des ministres, concernant la visite du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, continuaient, hier, à susciter l’indignation de l’opposition.

Après le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, qui a appelé à « changer de Premier ministre », et celui des Forces...

commentaires (10)

Mr. Diab a fait des réformes deux heures sur 24 h. De l'électricité , ha ha ha

Eleni Caridopoulou

16 h 42, le 30 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Mr. Diab a fait des réformes deux heures sur 24 h. De l'électricité , ha ha ha

    Eleni Caridopoulou

    16 h 42, le 30 juillet 2020

  • La question que le président du Conseil a oublié de se poser est celle de savoir où est le Premier ministre », a également lancé M. Hariri. Il réagissait ainsi à une série de questions que M. Diab s’était posées pendant la séance du Conseil supérieur de la défense, mardi à Baabda. « Mais où donc est l’État, où sont les agents de l’ordre, où est l’appareil judiciaire ? » s’était ainsi interrogé M. Diab, dans un tweet qu’il a fini par supprimer. Mais ils sont tous au service de ceux qui les ont placé à leurs poste pardi. Comment voulez-vous qu’un gouvernement travaille pour sauver le pays lorsque ceux là mêmes qui l’ont choisi donnent des ordres et font tout leur possible pour entraver ses décisions constructives et les remplacer par celles qui lui permettraient d’achever le pays ouvertement et sans scrupules. Diab avait accepté le poste et les ministres choisis en connaissance de cause, alors qu’il ne vienne pas pleurer et accuser les autres de lui mettre des bâtons dans les roues ou alors qu’ils les nomme pour qu’on se moque un peu. Ce qui s’est passé à la frontière illustre parfaitement le pouvoir de ce gouvernement qu’on n’a même entendu ni même l’homme à la tête de ce pseudo état farfelu. UN SILENCE QUI EN DIT LONG SUR LEUR POUVOIR A TENIR LE PAYS HORS DES CONFLITS RÉGIONAUX QUE TOUT LE MONDE RÉCLAME À COR ET À CRI

    Sissi zayyat

    13 h 03, le 30 juillet 2020

  • Où M. Diab nous emmène? Ben, vers le gouffre que vous nous avez tous consciencieusement creusé jour après jour, année après année....

    NAUFAL SORAYA

    12 h 18, le 30 juillet 2020

  • Hariri s’en prend à Diab : Mais où donc nous mène le Premier ministre ? on ne sait pas ou il nous mène mais on sait une chose ou vous nous avez mené

    youssef barada

    10 h 08, le 30 juillet 2020

  • La simple décence vous demande de vous taire, Monsieur Saad Hariri...vous et vos associés en corruption pendant des années ! C'est vous tous qui avez mené le Liban à la catastrophe générale, et non pas le Premier milnistre actuel, qui est en fonction depuis quelques mois seulement, et que tous ceux qui désirent garder leur pouvoir de corruption empêchent de travailler. Monsieur Saad Hariri, agissez en faveur de votre patrie et de son peuple...mais pas avec des déclarations fanfaronnes et...inutiles !!! Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 14, le 30 juillet 2020

  • "il y a toujours une décision internationale de ne pas aider le Liban"? Non, c'est plutôt "la décision internationale fait tout ce qu'elle peut pour que les réformes soient enclenchées". On vous l'a expliqué en long en large et en travers.

    Desperados

    09 h 09, le 30 juillet 2020

  • Ce gouvernement nous précipite certainement dans l’abîme... mais désolé de vous le dire Monsieur Hariri, les gouvernements présidés par vous n’ont guère fait mieux. Au fait, tous les gouvernements et toute la classe politique depuis 30 ans ont pillé le pays pour des intérêts particuliers et nous ont mené à la catastrophe actuelle dont nous ne nous relèverons plus. Mais les fortunes de ces politiciens sont bien au chaud dans les paradis fiscaux et que la population continue à être volée, ça ne les empêchera pas de se prélasser dans leurs palais climatisés 24h sur 24h pendant que le peuple crève dans l’obscurité. Maudits, soyez Maudits jusqu’à la vingtième génération pour tous vos crimes

    Liberté de Penser

    08 h 44, le 30 juillet 2020

  • c'est vrai que hassan diab nous mene vers l'inconnu, qu'il n'arrivera jamais a tracer une autre voie que celle deja etablie depuis 1988 ... a ce jour,tellement elle a ete profondement tracee par ceux la mêmes qui le critiquent publiquement ou en cachette. SI seulement m.hariri et consorts pouvaient eux comprendre - non, pouvaient accepter cette realite amere pour nous,surement pas pour eux.

    gaby sioufi

    08 h 40, le 30 juillet 2020

  • AU TRAIN OU LES CHOSES COURENT IL NOUS FAIT COURIR VERS LE FOND DE L,ABIME.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 28, le 30 juillet 2020

  • "il y a toujours une décision internationale de ne pas aider le Liban", prétend Diab. En fait, "il y a toujours une décision NATIONALE" (si on peut l'appeler ainsi) de ne pas aider le Liban". C'est au Liban même - et au sein du pouvoir = que se trouvent ses ennemis. Trop facile d'inventer une conspiration internationale!

    Yves Prevost

    07 h 59, le 30 juillet 2020