Rechercher
Rechercher

Initiative

La « Charte de salut national » recueille plus de 3 500 signatures en une semaine

La « Charte de salut national » recueille plus de 3 500 signatures en une semaine

La Charte de salut national est le fruit du travail d’un collectif de militants et d’intellectuels libanais.

Publiée en ligne il y a une semaine, la Charte de salut national, fruit du travail d’un collectif de militants et d’intellectuels libanais, a déjà récolté plus de 3 500 signatures. Les auteurs de cette charte se sont efforcés de mettre au point un texte fédérateur qui constitue un socle commun le plus large possible pour tous ceux qui se reconnaissent dans les objectifs de l’« intifada » du 17 octobre. Si cette charte a été publiée sur un site dédié, c’est pour qu’elle puisse être signée par tous ceux qui le souhaitent. Cette charte, soulignent les auteurs, n’est pas la propriété de ceux qui ont contribué à sa mise au point, mais elle appartient à tous ceux qui l’auront approuvée et signée. Les signataires apparaissent sciemment par ordre alphabétique pour souligner le principe d’égalité entre tous. Il suffit cependant de parcourir cette longue liste pour se rendre compte qu’elle rassemble des Libanais de tous les coins du pays et de la diaspora. En particulier, on retiendra, soulignent les auteurs, que s’y côtoient les signatures de grandes figures de la vie culturelle du pays, de jeunes militants des principales formations de l’« intifada », d’hommes et de femmes d’affaires et de membres des professions libérales. « Cela est probablement l’originalité marquante de cette initiative en sus de l’engagement d’élaborer les principaux points du programme qui y est ébauché au travers de “groupes de travail” qui seront annoncés prochainement », ajoutent-ils.

La charte lance un appel à l’ensemble des Libanais et des Libanaises à relever les défis majeurs de cette crise par la reconstitution du pouvoir à travers la formation d’un gouvernement indépendant des formations politiques actuelles, l’organisation d’élections législatives et le rassemblement de toutes les énergies dans un cadre commun et fédérateur afin de bâtir un État civil et démocratique qui s’appuie sur le principe d’une citoyenneté inclusive, et d’un développement équilibré et qui privilégie le bien commun face aux intérêts individuels ou paroissiaux.

En outre, la charte appelle à s’attacher prioritairement à la réalisation des objectifs interdépendants suivants :

1. Prendre les mesures nécessaires pour garantir l’indépendance de la justice, une justice qui soit garante de la souveraineté de la loi, et de la défense des droits et des libertés des citoyennes et des citoyens.

2. Élaborer les lois et publier tous les décrets d’application qui permettront de lutter efficacement contre la corruption ; de juger les responsables et de récupérer les fonds détournés illégalement ; de lutter contre le gaspillage sous toutes ses formes.

3. Répondre à la crise financière à laquelle le pays est confronté de façon déterminée et efficace en s’attaquant à ses racines et non à ses différentes manifestations, et ce afin de remettre le pays sur les rails et de lui permettre de se relever.

4. Renforcer les dispositifs de protection sociale et de lutte contre la pauvreté.

5. Mettre en place un programme intégré de reprise économique qui stimule la croissance et offre des opportunités d’emploi aux jeunes dans le cadre d’une vision globale. On visera la qualité dans les secteurs de l’enseignement et de la santé, le développement d’une agriculture compétitive, d’une industrie qui s’appuie sur les technologies de pointe et plus globalement l’économie verte. Le Liban pourrait ainsi devenir un centre régional des économies du savoir, et Beyrouth retrouverait sa place de capitale de la culture et de la créativité.

6. Mettre en application les résolutions des accords de Taëf non encore appliquées, en particulier l’adoption de la décentralisation administrative, ce qui permettrait d’encourager la participation, de stimuler la relance et de renforcer les contrôles locaux. Il s’agira également de créer un Sénat au sein duquel les différents groupes communautaires seraient représentés et leurs droits garantis ; de permettre une véritable représentation citoyenne au Parlement, en dehors des allégeances confessionnelles ; de former la commission nationale chargée d’étudier et de proposer des moyens garantissant l’abolition du confessionnalisme et de travailler à la concrétisation des principes universels de la déclaration des droits de l’homme dans tous les domaines sans exception et tels qu’ils ont été inscrits dans la Constitution. Cela impliquerait de faire évoluer le système actuel du statut personnel, de mettre fin à toutes les discriminations à l’encontre des femmes et de rejeter tous les comportements racistes à l’égard des réfugié(e)s et des travailleurs(ses) étrangers (ères).

7. Adopter une nouvelle loi électorale plus juste et plus représentative de toutes les composantes de la société libanaise, en particulier les jeunes, les femmes et les émigrés.

8. S’assurer que l’administration soit libre de toute considération confessionnelle ou catégorielle à quelque niveau que ce soit afin d’élever sa productivité et d’améliorer son efficacité.

9. Accorder à la protection du patrimoine et de l’environnement une attention prioritaire, ces deux richesses naturelles étant aujourd’hui menacées de graves dangers, ce qui se répercute de façon négative sur la santé des citoyens comme sur leurs moyens de subsistance.

10. Renouveler l’engagement du Liban dans une politique de distanciation vis-à-vis des alliances et des conflits régionaux et internationaux, ce qui renforcera sa stabilité et préservera la paix et l’unité nationales. Et ce tout en réaffirmant son engagement total et sa solidarité avec le monde arabe.


Publiée en ligne il y a une semaine, la Charte de salut national, fruit du travail d’un collectif de militants et d’intellectuels libanais, a déjà récolté plus de 3 500 signatures. Les auteurs de cette charte se sont efforcés de mettre au point un texte fédérateur qui constitue un socle commun le plus large possible pour tous ceux qui se reconnaissent dans les objectifs de...

commentaires (4)

Excellente initiative mais ou peut on la signer? Demander l'application de Taef implique de facto la remise des armes miliciennes a l’état. J'y souscrit!

Pierre Hadjigeorgiou

14 h 24, le 14 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Excellente initiative mais ou peut on la signer? Demander l'application de Taef implique de facto la remise des armes miliciennes a l’état. J'y souscrit!

    Pierre Hadjigeorgiou

    14 h 24, le 14 juillet 2020

  • y -a-t-il un lien sur cete charte ?

    Tabet Ibrahim

    09 h 53, le 14 juillet 2020

  • un bon début ,de bonnes intentions,et les actions? J.P

    Petmezakis Jacqueline

    09 h 00, le 14 juillet 2020

  • J,Y SOUSCRIS SI ON AJOUTE SPECIFIQUEMENT LE DESARMEMENT ET LA DISSOLUTION DES MILICES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 32, le 14 juillet 2020