Rechercher
Rechercher

Dans la presse

Bifani : Les banques ont fait sortir six milliards de dollars du pays depuis octobre

Dans un entretien au FT, l'ancien directeur général des Finances dénonce "l'élite politique et bancaire qui essaie de continuer à profiter du système, sans accuser de pertes". 

Bifani : Les banques ont fait sortir six milliards de dollars du pays depuis octobre

Le directeur général démissionnaire du ministère des Finances, Alain Bifani, a affirmé hier au Financial Times que six milliards de dollars ont été sortis de manière illégale du Liban par des responsables bancaires depuis le mois d'octobre 2019. Photo Aziz Taher/Reuters.

Six milliards de dollars ont été sortis de manière illégale du Liban par des responsables bancaires, depuis le mois d'octobre, en dépit des mesures de restriction des flux de devises, a affirmé le directeur général du ministère des Finances, Alain Bifani, également membre de l'équipe de négociateurs du FMI, qui a présenté sa double démission il y a deux semaines. 

Dans un entretien au Financial Times, le haut-fonctionnaire démissionnaire a accusé "l'élite politique et bancaire d'essayer de continuer à profiter du système, sans accuser de pertes", alors que le reste du pays traverse une crise économique et financière sans précédent. Selon lui, une analyse des données des transactions bancaires de ces neuf derniers mois montre qu'entre 5,5 et 6 milliards de dollars ont été envoyés "en contrebande" hors du pays par "des banquiers qui n'autorisent pas aux déposants de retirer 100 dollars" de leurs propres comptes.

Pour mémoire

Alain Bifani démissionne et défend le plan du gouvernement

Quelques heures après les accusations de M. Bifani, l'avocat général près la cour de cassation, le juge Sabbouh Sleimane, a demandé à la commission spéciale d'investigation (CSI) de la BDL d'élargir son enquête concernant les transferts bancaires vers l'étranger entre le 17 octobre et le 31 décembre 2019. Dans une missive adressée à la CSI, le juge souligne que les fonds sur lesquels l'enquête devrait être élargie s'élèvent à plus de 160 millions de dollars. Il réclame également aux banques de signaler à la Commission tous les comptes suspectés d'avoir effectué des transferts vers l'étranger.

Ces derniers mois, la CSI avait refusé de fournir à la justice les noms des propriétaires de comptes ayant effectué de tels versements, estimant que l'origine des fonds transférés n'était pas suspecte. La Suisse avait également rejeté la demande de la justice libanaise concernant le lancement d'une enquête sur des transferts en provenance du Liban, étant donné que rien ne prouvait que ces fonds provenaient d'actions de corruption.
En janvier, la CSI avait demandé à toutes les banques exerçant dans le pays de réexaminer les comptes ouverts par des "personnalités politiquement exposées" afin de déceler les transferts de fonds vers l'étranger effectués à partir de ces comptes depuis le déclenchement du mouvement de contestation contre la classe dirigeante. La CSI est présidée par le gouverneur de la BDL, Riad Salamé.

Depuis l'été dernier, de strictes mesures, s'apparentant à un contrôle des capitaux, sont appliquées par les banques afin de restreindre les retraits et transferts en devises, alors que les dollars se font rare sur le marché libanais. Ces mesures, en l'absence d'une loi imposée par le Parlement, sont toutefois illégales.

"Démantèlement rapide" de l'Etat
Lors de l'entretien au FT, Alain Bifani a mis en garde contre le "démantèlement rapide" de l'Etat libanais, estimant que "5 millions de personnes sont coincées dans une situation très dangereuse et horrible".  Depuis l'année dernière, les conditions de vie au Liban sont de plus en plus étouffantes, de nombreux Libanais tombant dans la pauvreté et se retrouvant au chômage. L'inflation est galopante, alors que la monnaie locale s'est effondrée face au dollar et que le pays doit également lutter contre la propagation du coronavirus.

Dans le Commerce du Levant

L’énigme Alain Bifani


M. Bifani a démissionné de ses fonctions de directeur général du ministère des Finances ainsi que de négociateur avec le Fonds monétaire international afin de dénoncer le manque de volonté des dirigeants libanais de se pencher sur les réformes nécessaires pour redresser le pays. Après avoir fait défaut en mars sur sa dette en devises, le gouvernement a fait appel au FMI afin de demander plusieurs milliards d'aides. Mais les négociations font du surplace et ont été même brièvement suspendues, la classe dirigeante ayant jusqu'à présent échoué à mettre en place des réformes, sans compter les différends entre les négociateurs libanais concernant les chiffres des pertes financières, alors que le pays s'enfonce chaque jour un peu plus dans la crise.


Six milliards de dollars ont été sortis de manière illégale du Liban par des responsables bancaires, depuis le mois d'octobre, en dépit des mesures de restriction des flux de devises, a affirmé le directeur général du ministère des Finances, Alain Bifani, également membre de l'équipe de négociateurs du FMI, qui a présenté sa double démission il y a deux semaines. ...

commentaires (11)

a se demander POURQUOI la justice n'a pas POURSUIVI Bifani pour RECEL D'INFORMATIONS ! informations qui plus est sont de nature a menacer la securite nationale. Preuve en est l'enfer ou LUI et les gens avec lesquels il a frayé nous ont mis. Coupable de corruption ? je ne sais pas ! Pour le reste un juge digne de ce nom doit impérativement chercher a y voir BEAUCOUP PLUS CLAIR.

gaby sioufi

09 h 34, le 14 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (11)

  • a se demander POURQUOI la justice n'a pas POURSUIVI Bifani pour RECEL D'INFORMATIONS ! informations qui plus est sont de nature a menacer la securite nationale. Preuve en est l'enfer ou LUI et les gens avec lesquels il a frayé nous ont mis. Coupable de corruption ? je ne sais pas ! Pour le reste un juge digne de ce nom doit impérativement chercher a y voir BEAUCOUP PLUS CLAIR.

    gaby sioufi

    09 h 34, le 14 juillet 2020

  • Je ne mettrais pas en doute les dires de MR Bifani , je suis perplexe quant à la non divulgation des noms des banquiers ,de leurs amis et les politiciens impliqués, pourquoi taire leurs noms? Soyez courageux et dites à haute voix leurs noms afin de les juger et de récupérer notre argent vole ´

    Robert Moumdjian

    01 h 30, le 14 juillet 2020

  • ILS ONT FAIT FUIR LEUR ARGENT L,ARGENT DE LEURS DIRECTEURS, DE LEURS PARENTS ET AMIS ET LAISSE AU GRE DU VENT ET DE LA PERTE L,ARGENT DU COMMUN DES LIBANAIS. IL FAUT QUE CET ARGENT BIEN CONNU RETOURNE ET CES MAFIEUX SOIENT JUGES ET EMPRISONNES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    19 h 40, le 13 juillet 2020

  • Et pourquoi ne pas saisir la justice après ces révélations? Ou bien ce sont juste des paroles en l'air sachant que l'Etat de droit n'existe pas au Liban. Il est vrai que l'Etat n'existe pas et que tous nos zaims se protègent entre eux.

    carlos achkar

    17 h 55, le 13 juillet 2020

  • Pourquoi se fâche-t-on? Le Liban a toujours été un pays de libre circulation des devises. Tout Libanais, voleurs ou pas, a de par la loi, le droit de gérer ses affaires comme il veut et comme bon lui semble. Au lieu de sortir des déclarations vides de sens, il faut intenter des procès contre les personnes, bien connues, qui se sont enrichies illicitement sur le dos du contribuable. Seulement voila pour ce faire il faut libérer la justice du joug des politiques. Mais pour y arriver, il faut enlever au Hezbollah ces armes dont il se sert pour justement permettre de contrôler la justice, les gens, la politique, etc... Réajuster votre cible messieurs. Ce ne sont pas des réformes qu'il faut réclamer MAINTENANT! mais les armes de la milice mafieuse du Hezbollah. A l'instant que cela sera réglé, la Livre reviendra a son niveau et les milliards retourneront comme par magie! Alors réclamez toutes les réformes, aussi farfelues soient elles, et elles seront implémentées de suite!

    Pierre Hadjigeorgiou

    17 h 04, le 13 juillet 2020

  • Espérons que ces déclarations seront suivies d'effets. Mais quelles banques? Combien? Transférés où? Quels citoyens?... il faut aller plus loin.

    Sybille S. Hneine

    16 h 57, le 13 juillet 2020

  • Les 6 milliards que les banquiers ont transféré à l'étranger, depuis octobre, doivent retourner au pays, sinon des biens équivalents doivent être confisqués pour le compte des épargnants. Et ce ne serait qu'un début.

    Esber

    16 h 27, le 13 juillet 2020

  • il faut bien qu'il lache une info apres 20 annees aux manettes et sa fumeuse "demission"... Je n'en pense pas moins, mais a quoi ca sert cette info??? on veux des listes, des noms, des chiffres precis... encore un grand ami a marcel ghanem

    Elementaire

    16 h 18, le 13 juillet 2020

  • merci,Alain !!

    Marie Claude

    15 h 44, le 13 juillet 2020

  • jaimerais qu'il m'explique comment!

    Jack Gardner

    15 h 31, le 13 juillet 2020

  • c est pas des reformes il faut une révolutions pour attraper les voyoux qui ont pillés le liban et qui continuent à le massacrer vous n allez pas me dire que le gouverneur de la BDL n est pas au courant un jour j ai voulu retirer ma carte visa on m a cité 3 fois la BDL pour ci ou pour ca et plusieurs milliards qui s évaporent sans le consentement de le BDL VOUS PRENEZ LE PEULE POUR DES IMBECILES c est limoger le directeur

    youssef barada

    15 h 29, le 13 juillet 2020