Rechercher
Rechercher

Coronavirus au Liban

Les contaminations battent un nouveau record au Liban : 166 nouveaux cas en 24h

La Croix-Rouge libanaise a transporté 131 personnes contaminées par le Covid-19, de la ville de Roumié vers un centre d'isolement dans le secteur de la Quarantaine à Beyrouth. 

Les contaminations battent un nouveau record au Liban : 166 nouveaux cas en 24h

Une passagère portant un masque de protection contre le coronavirus, le 1er juillet à l'aéroport de Beyrouth. Photo REUTERS/Aziz Taher

Désormais, au Liban, les records s'enchaînent en matière de contamination au coronavirus. Mais pas dans le bon sens. Au lendemain d'une journée qui avait déjà connu un record dans le nombre de nouvelles contaminations au Covid-19, le Liban a enregistré durant les dernières 24h 166 cas supplémentaires de coronavirus, selon le dernier bilan quotidien du ministère de la Santé. Il s'agit-là donc d'un nouveau record, et ce depuis le début de la déclaration de la pandémie au Liban.

Ces chiffres confirment la flambée de la pandémie ces derniers jours au pays du Cèdre, qui a rouvert son aéroport le 1er juillet, après près de quatre mois de fermeture pour lutter contre la propagation du virus.

Parmi ces 166 cas signalés dimanche, 158 ont été enregistrés localement, et 8 parmi les personnes venant du Qatar, de Koweït, du Brésil et de Côte d'Ivoire. Parmi les contaminations locales, 121 ont été enregistrées dans le Metn, 13 dans le caza de Baabda, 9 à Aley, 3 à Beyrouth et 2 à Nabatiyé. Un cas à été enregistré dans le Chouf, à Koura, au Akkar, à Baalbeck, à Saida, à Tyr et à Bint Jbeil. Il reste à déterminer dans quel caza ont été enregistrés trois autres cas.

Au total, 2334 personnes ont contracté le virus depuis l’apparition de la pandémie au Liban en février. Parmi celles-ci, 36 sont décédées, 1420 ont guéri et 878 sont toujours positives. Actuellement, 35 personnes sont hospitalisées, dont 9 aux soins intensifs.

Après l'annonce de ce bilan élevé, le ministre de l'Intérieur Mohammad Fahmi a appelé les Libanais à "respecter les directives du ministre de la Santé concernant l'utilisation des masques et le respect de la distanciation sociale". L'ordre des médecins a publié un communiqué dans le même sens, appelant les Libanais à respecter la distanciation sociale, éviter les foules, porter des masques et se laver les mains. "Le respect de ces directives simples garantit de limiter la propagation de l'épidémie et de réduire le nombre de contaminations. Sinon, nous nous dirigerons vers une nouvelle catastrophe", met en garde le texte.

Le ministre de l'Education a lui annoncé tard dans la soirée que les universités et instituts techniques suspendront exceptionnellement les cours et examens pour la semaine à venir.

131 cas à Roumié

La Croix-Rouge libanaise a indiqué sur Twitter avoir transporté 131 personnes contaminées par le Covid-19 de la ville de Roumié vers un centre d'isolement dans le secteur de la Quarantaine à Beyrouth. Selon la chaîne LBCI, il s'agit d'employés sanitaires étrangers ayant contracté le coronavirus. Selon les images télévisées, quatre ambulances de la CRL ont été dépêchées devant l'un des immeubles où logent ces employés dans le nettoyage, et qui se trouve sur l'ancienne route de Roumié, dans le Metn.  Dans l'après-midi, la député Paula Yacoubian s'est rendue devant le centre dans le secteur de la Quarantaine. Dans une vidéo partagée sur sa page Facebook, l'on entend Mme Yacoubian protestant contre le fait que le centre a été utilisé pour isoler des cas contaminés à Roumié. "Le cas a eu lieu à Roumié, il y a des centres à Roumié, dit-elle. Ce centre est pour les habitants de Beyrouth". 

Plus tard, le Mohafez de Beyrouth, Marwan Abboud, a publié un communiqué dans lequel il indique que "33 centres ont été sélectionnés pour isoler les personnes contaminées à travers le Liban, et parmi ces centres, il y en a un qui se trouve dans le secteur de la Quarantaine", à la sortie-nord de Beyrouth. "Après qu'il a été confirmé que 135 des 500 travailleurs en charge du nettoyage à Beyrouth ont été contaminés, et afin qu'ils ne restent pas parmi les habitants et que l'épidémie ne se propage pas dans la ville, les parties concernées ont décidé de les isoler au centre de la Quarantaine car il est équipé et surveillé par des gardiens de la ville de Beyrouth. Ils seront traités avec bienveillance jusqu'à ce que les résultats de leurs tests soient négatifs", a indiqué M. Abboud.


Avant la publication du rapport quotidien, le ministre de la Santé avait prévenu que le bilan de dimanche marquerait le plus haut nombre de contaminations depuis le 21 février, date à laquelle le premier cas de coronavirus a été officiellement signalé au Liban. "Toutes ces contaminations sont d'origine connue, ce qui veut dire que la possibilité de transmission du virus est possible, mais peu probable", a-t-il affirmé.

Autre source d'inquiétude : trois cas de Covid-19 ont été signalés parmi les habitants du camp de réfugiés palestiniens de Rachidiyé, situé au Liban-sud. Ces cas ont été confirmés après une campagne de tests PCR qui a englobé environ 70 personnes. Plusieurs cas de coronavirus ont déjà été recensés parmi les réfugiés palestiniens et syriens qui se trouvent au Liban, suscitant des craintes dans un pays en crise et doté d'une infrastructure sanitaire fragile.

Lire aussi

Covid-19 : quelle stratégie de sortie pour le Liban ?

Par ailleurs, l'Université libanaise a démenti les informations selon lesquelles un étudiant à la faculté de la santé publique a été contaminé. Elle a précisé dans un communiqué "qu'une des personnes contaminées fait partie des héros du corps médical dans un hôpital (...) et son frère est étudiant à la faculté mais il ne s'y est pas rendu depuis le 26 juin, soit 12 jours avant la date de la contamination de son frère".  

Face à cette recrudescence du nombre de cas, le ministre de la Santé avait annoncé samedi avoir demandé aux hôpitaux gouvernementaux de préparer à partir de lundi leurs unités destinées aux personnes infectées. Il a ajouté que les personnes présentant des symptômes devront obligatoirement se rendre dans les hôpitaux et que les asymptomatiques seront mis à l'isolement dans des centres prévus à cet effet. Dans ce contexte, une campagne de tests aléatoires sera menée lundi dans la localité de Zrariyé, près de Zahrani (Sud), alors qu'un enfant, rentré récemment de l'étranger, a été testé positif au virus.

Dimanche, la municipalité de Nabatiyé a annoncé que pour préserver le marché de la ville, celui-ci n'ouvrira pas ses portes lundi.

Depuis le 1er juillet, le couvre-feu instauré par une mobilisation générale décrétée pour enrayer l'épidémie de coronavirus dans le pays est levé, parallèlement au déconfinement progressif qui se poursuit. Les administrations publiques et entreprises privées fonctionnent selon les horaires en vigueur avant le confinement, mais doivent toutefois respecter les mesures sanitaires, notamment le port du masque et la distanciation sociale. Seuls quelques secteurs d'activité demeurent fermés, comme les cinémas et théâtres, et les grands événements et rassemblements publics restent interdits. Le gouvernement a toutefois prolongé la mobilisation générale jusqu’au 2 août, sur base des recommandations du Conseil supérieur de défense.


Désormais, au Liban, les records s'enchaînent en matière de contamination au coronavirus. Mais pas dans le bon sens. Au lendemain d'une journée qui avait déjà connu un record dans le nombre de nouvelles contaminations au Covid-19, le Liban a enregistré durant les dernières 24h 166 cas supplémentaires de coronavirus, selon le dernier bilan quotidien du ministère de la Santé....

commentaires (2)

There is an increase in covid 19 cases because there has been an increase in testing. If more people took iq tests there would be an increase of idiots too ......... Elementaire Mon Cher Watson.

KARIM GHAZZAOUI

20 h 30, le 12 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • There is an increase in covid 19 cases because there has been an increase in testing. If more people took iq tests there would be an increase of idiots too ......... Elementaire Mon Cher Watson.

    KARIM GHAZZAOUI

    20 h 30, le 12 juillet 2020

  • Mobilisation générale ? À quoi sert-elle ? Aucun agent de sécurité n'a fait une seule amende pour les personnes qui se baladent sans masque, et aucun de ceux qui ont, par négligence, contaminé des dizaines de personnes, n'a même pas été arrêté. Ayez honte messieurs de parler de mobilisation car vous êtes des corrompus connus.

    Chahine

    19 h 32, le 12 juillet 2020