Rechercher
Rechercher

Décoration

Samy Khayath honoré par la France

Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français du Liban et conseillère de coopération et d’action culturelle près l’ambassade de France, a remis, au nom du ministre français de la Culture, la médaille d’officier des Arts et des Lettres au comédien libanais.

Samy Khayath honoré par la France

Véronique Aulagnon remettant les insignes français à Samy Khayath. Photo Michel Sayegh

L’émoi était au rendez-vous à l’Institut français du Liban où un nombre d’invités s’étaient rassemblés pour honorer le comédien qui les fait tant rire tout en diffusant la langue française. L’émoi partagé du fait de ce que Samy Khayath symbolise pour le pays et pour la francophonie, mais aussi ce que l’Institut culturel français représente pour les artistes et les hommes de lettres libanais en continuant à soutenir les valeurs culturelles et artistiques du pays du Cèdre.

C’est ce qu’a tenu à souligner Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français du Liban et conseillère de coopération et d’action culturelle près l’ambassade de France, avant de remettre les insignes d’officier des Arts et des Lettres à Samy Khayath qui fête cette année ses soixante ans de carrière. « Pour ce premier événement à caractère culturel dans cet espace qui avait fermé ses portes durant le confinement, nous avons l’honneur et le plaisir d’accueillir le comédien Samy Khayath. Je suis très heureuse d’être avec vous en ce moment et à cette occasion particulière puisque mon mandat se termine bientôt au Liban », a déclaré Mme Aulagnon. S’adressant au comédien, elle dira aussi : « La culture est votre cheval de bataille. C’est une culture qui s’est construite autour d’une langue commune, le français, une langue acclimatée, revisitée au Levant, le franbanais. » Survolant la carrière de cet ambassadeur de la langue française qui est tombé dans la marmite de la francophonie dès son jeune âge, Véronique Aulagnon saisira l’occasion pour mettre l’accent sur « la francophonie plurielle de Samy Khayath, tournée vers l’autre, et qui ne se replie pas sur soi (...) Une langue qui se métisse, une langue du monde. » « Votre impertinence et votre esprit libre caractérisent ce pays, qui est le seul dans la région à s’enorgueillir de l’expression libre », dira-t-elle encore, face à un comédien qui n’a jamais cessé, même au plus fort de la guerre civile, de montrer le visage culturel du Liban. Et pour conclure, comme pour encourager ces Libanais qui peinent à masquer pour la première fois leur désespoir : « La culture est nécessaire et ne doit pas être sacrifiée, même dans les moments difficiles. Les salles de théâtre attendent vos bravos, vos applaudissements et vos rires. »

L’allocution de la directrice de l’Institut français, Véronique Aulagnon, durant la cérémonie. Photo Michel Sayegh

Après avoir été décoré, Samy Khayath remerciera l’assemblée, ainsi que la France qui l’a honoré et lui a accordé cette reconnaissance. « Si je me répands en remerciements, ce n’est pas par simple protocole, mais de tout cœur, dira-t-il. Je vous le dis franchement, ce prix, je ne l’offre à personne, je le garde pour moi. C’est un geste d’amitié énorme que fait la France pour le Liban et les Libanais. Beaucoup de Libanais se sont investis comme moi dans la langue française. Il faut donc que la francophonie ne nous abandonne pas. » Et comme pour ne pas déroger à ses habitudes, Samy Khayath a offert au public de petits sketches qui ont fait rire tout le monde. Un grand bol de fraîcheur par ces temps moites et difficiles.


L’émoi était au rendez-vous à l’Institut français du Liban où un nombre d’invités s’étaient rassemblés pour honorer le comédien qui les fait tant rire tout en diffusant la langue française. L’émoi partagé du fait de ce que Samy Khayath symbolise pour le pays et pour la francophonie, mais aussi ce que l’Institut culturel français représente pour les artistes et les...