Critiques littéraires

Amine Gemayel, homme de dialogue et combattant résistant

Amine Gemayel, homme de dialogue et combattant résistant

D.R. 1980

AL-RI’ÂSSA AL-MUQÂWIMA, MUZAKKIRÂT (Le mandat résistant, Mémoires) d’Amine Gemayel, Manchourât Bayt al-Mustaqbal, 2020, 432 p.

En choisissant de qualifier son mandat présidentiel (1982-1988) de résistant, Amine Gemayel lui donne un sens et une unité. Ce que les Libanais ont vécu comme une suite de péripéties violentes, de tentatives inabouties, de partitions miliciennes, de rampante hégémonie syrienne, au milieu de rumeurs et de suspicions continues, retrouve une ligne directrice et peut même se prévaloir d’un but atteint, la capitulation zéro. Il faut aussi reconnaître que ce titre remet sur le tapis une résistance qu’une autre tente d’occulter. Celle-là garde son importance historique, conserve son actualité et ses exigences, est menée pour l’indépendance nationale au milieu du sang et des larmes. Des années 1980 date l’adage : Israël est l’ennemi de l’unité du Liban, la Syrie de sa souveraineté.

Ces Mémoires débordent le mandat en amont comme en aval. Ils remontent au début de l’itinéraire politique (la députation de 1970), retrouvent l’arbre généalogique des Gemayel, les études collégiennes et les voyages, s’appesantissent sur les débuts de la guerre libanaise de 1975-1976 et les événements du Matn, région dont Amine était directement responsable (Tell ez-Zaatar, Nabaa, Dekouaneh…). S’il est évident qu’on ne peut traiter du mandat présidentiel sans ses antécédents déterminants, la présentation historique, toujours digne, repolit trop l’image politique (alors que la famille et Cheikh Pierre ont suffisamment de lettres de noblesse pour ne pas en rajouter), efface adversités et adversaires (d’Antoun Saadé à Raymond Eddé), donne une image idéalisée des Phalanges. De même, le livre couvre la période ultérieure, les persécutions et le retour au Liban, le martyre de Pierre, la disponibilité politique et culturelle toujours présente, en permanence nourrie d’énergie.

Le destin d’Amine Gemayel fut éminemment tragique : il hérita de trois deuils, son oncle maternel Maurice, visionnaire d’envergure internationale, mort à 60 ans en pleine séance parlementaire, son frère Bachir élu président et assassiné peu de jours avant son accession au pouvoir national, son père fondateur du parti Kataëb (1936) mort durant son propre mandat. La fatalité ne l’épargna pas après 2005 et le départ des troupes syriennes : Pierre, fils aîné, démocratiquement élu député, ministre créatif de l’industrie, est l’objet d’un attentat meurtrier (21/11/2006). Curieusement, ce profil indéniable ne prend jamais le dessus, reste implicite sous l’activité débordante, la vigueur permanente, le réseau d’amitiés nationales et internationales, l’endurance du résistant combattant. Jouant dès avant sa présidence le rôle du modéré, courageux dans les contacts avec ses adversaires, averti de l’équilibre des forces dans le pays et la région, connaissant la place des médias dans la modernité, il ne cesse de s’affirmer homme de dialogue. Mais cette ligne de conduite est menée à partir d’une triple loyauté : la famille, le parti, le destin personnel. Pour un politique maronite, ces eaux se fondent et se confondent avec l’appartenance communautaire et la défense des intérêts de l’État et du pays.

À l’aube du mandat Gemayel, une page semble tournée et le Liban se retrouve au milieu de grands espoirs et d’innombrables difficultés. L’État est promis à retrouver ses prérogatives, les citoyens rêvent de paix, d’égalité et d’indépendance. Le départ des combattants palestiniens et un appui international incarné par la présence d’une Force multinationale paraissent leur donner une nouvelle chance. Mais une large partie du territoire est occupée par Israël et, rétractée, la présence syrienne demeure importante. La situation internationale et régionale est en pleine mutation suite au traité de paix israélo-égyptien (26/3/1979), à la révolution iranienne et au nouveau rôle dévolu à la Syrie d’Assad. L’auteur analyse de manière détaillée l’imbrication des interférences extérieures avec les événements internes et surmonte le débat sur la nature des guerres du Liban, civiles ou champ de batailles entre régimes et États.

Outre l’insatisfaction des communautés souvent prêtes à trouver des appuis à l’étranger, un obstacle majeur à l’action du nouveau président, dont l’élection bénéficia d’un large consensus, fut l’héritage milicien de son frère assassiné, chef incontesté des Forces libanaises. Amine brosse de Bachir un portrait perpétuellement élogieux, défend sa politique de 1982 comme un ralliement à la sienne, le montre face à Ariel Sharon « imbu d’un patriotisme exigeant ». Il aurait tout fait pour empêcher les massacres de Sabra et Chatila, avait par avance refusé la pénétration de ses troupes dans les camps palestiniens. Sans vouloir contester ce qui précède ou entrer dans les détails, on peut affirmer que la bonne réputation d’Amine passait par les différends fraternels. Une fois le frère aîné au pouvoir, la milice chrétienne ne pouvait accepter de lui ce qu’elle aurait accepté de leur chef. D’où rebellions, combats internes, obstruction, nouvelles alliances… Amine pouvait-il atteindre ses buts face à des ennemis puissants et déterminés sans avoir les moyens de sa politique ?

Les Mémoires d’Amine Gemayel sont riches et souvent appuyés sur des procès verbaux et des archives personnelles. On y puise bien des éclairages nouveaux sur les événements relatés. Mais il ne saurait être ici question des péripéties ou d’en débattre. On ne peut cependant que se référer à cette figure de Janus de l’ex-président : homme de dialogue et personne têtue (‘anîd), modéré et combattant résistant. Elle explique ses infortunes et ses succès.


AL-RI’ÂSSA AL-MUQÂWIMA, MUZAKKIRÂT (Le mandat résistant, Mémoires) d’Amine Gemayel, Manchourât Bayt al-Mustaqbal, 2020, 432 p.

En choisissant de qualifier son mandat présidentiel (1982-1988) de résistant, Amine Gemayel lui donne un sens et une unité. Ce que les Libanais ont vécu comme une suite de péripéties violentes, de tentatives inabouties, de partitions...

commentaires (0)

Commentaires (0)