Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Repère

La vallée du Jourdain, bande de terre stratégique

Si elle était annexée, cette vallée deviendrait la frontière orientale de l'Etat hébreu, prolongeant ainsi son territoire contigu avec la Jordanie.

La vallée du Jourdain, bande de terre stratégique

Un manifestant palestinien jette des pierres sur les troupes israéliennes lors d'une manifestation contre le projet d'annexion, dans la vallée du Jourdain, le 24 juin 2020. REUTERS / Mohamad Torokman

Plaine agricole militarisée aux ressources aquifères, la vallée du Jourdain qu'Israël souhaite annexer est une langue de terre stratégique comptant pour environ 30% de la Cisjordanie occupée et située le long de la frontière jordanienne.

L'Etat hébreu considère cette plaine coincée entre deux massifs désertiques comme essentielle à sa sécurité car lui permettant de limiter les frontières des Territoires palestiniens et donc de possibles infiltrations. Si elle était annexée, cette vallée deviendrait la frontière orientale de l'Etat hébreu, prolongeant ainsi son territoire contigu avec la Jordanie, pays avec lequel l'Etat hébreu a signé un accord de paix en 1994. Malgré cet accord, la vallée servirait, dans l'optique des militaires israéliens, de zone tampon peu peuplée en cas d'attaques terrestres de voisins contre Israël.

Lire aussi

ONU et Ligue arabe appellent d'une voix Israël à abandonner ses plans d'annexion

La vallée du Jourdain est "vitale" pour Israël, avait estimé en janvier le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, affirmant que son pays allait "appliquer sa souveraineté" sur cette zone. Pour les Palestiniens, une telle mesure pourrait anéantir "toute chance de paix". M. Netanyahu avait précisé que l'annexion ne comprendrait pas les villes palestiniennes de la vallée, comme Jéricho, qui risquerait de se transformer alors en "îlot palestinien" enclavé dans le territoire israélien.

Contrôlée par Israël

Environ 10.000 des 450.000 colons israéliens établis en Cisjordanie occupée vivent dans la vallée du Jourdain, selon des données du gouvernement israélien et d'ONG. Quelque 65.000 Palestiniens y vivent, en incluant la ville de Jéricho (20.000 habitants), selon l'organisation israélienne anticolonisation B'Tselem.

La colonisation israélienne est illégale au regard du droit international mais les Etats-Unis ont toutefois changé en novembre dernier leur position sur ce dossier sensible, jugeant que les colonies n'étaient pas contraires au droit international.

Lire aussi

Le malaise des pays du Golfe face à une possible annexion de la Cisjordanie

La majeure partie de la vallée du Jourdain est déjà administrée par Israël car faisant partie de la zone dite "C" de la Cisjordanie, selon les accords d'Oslo qui encadrent depuis le milieu des années 1990 les relations entre l'Autorité palestinienne et l'Etat hébreu. La zone "C", sous contrôle civil et sécuritaire israélien, compte au total pour environ 60% de l'ensemble de la Cisjordanie. S'étirant du sud du lac de Tibériade au nord de la mer Morte, la vallée du Jourdain est aussi stratégique pour son industrie agricole et ses ressources en eau dans cette région semi-désertique.

D'après des chiffres de l'Union européenne consultés par l'AFP, c'est dans la vallée du Jourdain que les autorités israéliennes ont conduit le plus de démolitions depuis 2009, en détruisant environ 2.400 constructions de Palestiniens.


Plaine agricole militarisée aux ressources aquifères, la vallée du Jourdain qu'Israël souhaite annexer est une langue de terre stratégique comptant pour environ 30% de la Cisjordanie occupée et située le long de la frontière jordanienne.
L'Etat hébreu considère cette plaine coincée entre deux massifs désertiques comme essentielle à sa sécurité car lui permettant de limiter les...

commentaires (2)

Ils sont vraiment des criminels ces sionistes comme les nazis

Eleni Caridopoulou

19 h 24, le 25 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Ils sont vraiment des criminels ces sionistes comme les nazis

    Eleni Caridopoulou

    19 h 24, le 25 juin 2020

  • OU SONT LES NATIONS UNIS ET LE DROIT INTERNATIONAL POUR CONDAMNER DANS LES FAITS ET NON EN PAROLES VIDES LES ACTIONS ISRAELIENNES ?

    LA LIBRE EXPRESSION.

    21 h 52, le 24 juin 2020

Retour en haut