Rechercher
Rechercher

Société - Sécurité

Le calme est revenu à Beyrouth et en province après les tensions de la nuit dernière

Vingt-cinq soldats blessés, dont un grièvement, lors des événements de samedi, selon l'armée libanaise.

Photo Ani prise le 7 mai à Saïda (Liban-Sud)

Le calme est revenu dimanche dans les quartiers de Beyrouth et en province après les tensions de la nuit dernière qui avaient éclaté suite aux insultes proférées par des chiites contre Aïcha, l'épouse du Prophète vénérée par les sunnites, éclipsant presque l'importante mobilisation du mouvement de contestation contre la classe dirigeante.

En province, où plusieurs routes ont été coupées dans la nuit, la vie a également repris son cours normal. La route reliant Minié à Abdé, au Liban-Nord, qui était encore bloquée par des pierres sur la chaussée à hauteur de Mhamara, dans le Akkar, a été rouverte dans l'après-midi.

Dans ce contexte de tensions, la manifestation à l'appel du Hezbollah "en solidarité avec le peuple américain qui subit la répression du pouvoir", en référence à la mort du Noir américain George Floyd, asphyxié par un policier blanc, et qui a suscité un tollé mondial, a été annulée. Elle devait avoir lieu devant l'ambassade des Etats-Unis, à Awkar, dans le Metn. Cette manifestation avait également pour but de dénoncer "les ingérences de Washington dans les affaires intérieures du Liban".

Des barbelés non loin de l'ambassade des Etats-Unis à Awkar, le 7 juin 2020. Photo Joao Sousa

Après la manifestation de la contestation, émaillée d'escarmouches et de heurts qui ont fait 48 blessés selon un bilan de la Croix-Rouge libanaise, des insultes visant Aïcha, la femme du prophète, ont provoqué des tensions dans la capitale et ailleurs, obligeant l'armée à intervenir.

Lire aussi

La contestation reprend, mais dans un contexte explosif

Dans un communiqué publié dans la journée, l'armée libanaise a indiqué que 25 soldats avaient été blessés lors des événements de samedi, dont un grièvement à l’œil. "Hier, alors que l'armée était déployée pour préserver la sécurité, ouvrir les routes coupées par les protestataires et empêcher les atteintes contre les biens publics et privés, les soldats ont été la cible de jets de pierres et d'engins pyrotechniques, faisant 25 blessés dans les rangs de l'armée, dont un blessé grièvement à l'oeil", précise l'armée. Dans ce cadre, la troupe indique également avoir arrêté quatre étrangers - deux Soudanais, un Syrien et un Palestinien - ayant causé des troubles et s'en étant pris aux biens.

Pour l'armée, "le pays a surmonté une épreuve qui aurait pu nous conduire vers un glissement dangereux". "Ce qui s'est passé aurait pu remettre en cause l'unité nationale et la paix civile, et alimenter la division", poursuit ce communiqué, mettant en garde contre le "piège de la discorde". Dans la journée, le chef de l'Etat Michel Aoun et le président du Parlement Nabih Berry ont condamné les événements de la veille et mis en garde contre la discorde après les appels au calme du Premier ministre Hassane Diab et des dignitaires politiques et religieux sunnites et chiites samedi soir.

Les incidents de samedi ont par ailleurs fait l'objet d'une réunion de sécurité au Sérail, en présence de Hassane Diab, des ministres de la Défense Zeina Acar, de l'Intérieur Mohammad Fahmi et de la Justice Marie-Claude Najm, ainsi que des chefs des différents services de sécurité et de l'armée. Les participants à cette réunion ont souligné l'importance de préserver la stabilité dans le pays et d'empêcher tout incident qui risque de créer des divisions.


Le calme est revenu dimanche dans les quartiers de Beyrouth et en province après les tensions de la nuit dernière qui avaient éclaté suite aux insultes proférées par des chiites contre Aïcha, l'épouse du Prophète vénérée par les sunnites, éclipsant presque l'importante mobilisation du mouvement de contestation contre la classe dirigeante.En province, où plusieurs routes ont...

commentaires (4)

C'est la haine que crée in fine autant les medias qui ne filtrent pas les infos que davantage les forces politiques qui cherchent à maintenir leur establishment confessionnel qui s'est progressivement aiguisé et renforcé depuis les années 90 et qui leur permet de se maintenir au pouvoir et de mobiliser leurs partisans pour leur stratégie politique , qui n'a rien de nationale . Les jeunes n'ont pas vécu la guerre civile et ils sont souvent menés par de faux slogans ou par des discours confessionnels . Nous voulons l'abolition du confessionalisme politique qui figure comme une clause dans l'accord de Taef et ce serait évolution de la constitution et le pays pourrait alors éventuellement se relever .

Lecteurs OLJ 2 / BLF

09 h 35, le 08 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • C'est la haine que crée in fine autant les medias qui ne filtrent pas les infos que davantage les forces politiques qui cherchent à maintenir leur establishment confessionnel qui s'est progressivement aiguisé et renforcé depuis les années 90 et qui leur permet de se maintenir au pouvoir et de mobiliser leurs partisans pour leur stratégie politique , qui n'a rien de nationale . Les jeunes n'ont pas vécu la guerre civile et ils sont souvent menés par de faux slogans ou par des discours confessionnels . Nous voulons l'abolition du confessionalisme politique qui figure comme une clause dans l'accord de Taef et ce serait évolution de la constitution et le pays pourrait alors éventuellement se relever .

    Lecteurs OLJ 2 / BLF

    09 h 35, le 08 juin 2020

  • A force, la cocote minute va exploser aux visages de ceux qui continuent à faire comme si tout allait bien en augmentant la pression sur les citoyens brandissant les slogans de la haine et de la guerre. Ils n’auront que leurs yeux pleurer. Car plus tard ce sera trop tard. DÉGAGER TOUS PARCE QUE LE PEUPLE NE VEUT PLUS DE VOUS ET S’IL LE FAUT IL VOUS DÉGAGERA DE FORCE. Si ce pays est voué à la destruction c’est son peuple qui s’en chargera et ça sera pour la bonne cause. Ainsi on se débarrassera de tous ces pourris et il renaîtra de ses cendres.

    Sissi zayyat

    17 h 00, le 07 juin 2020

  • Ce pays est autiste! Il n'a rien appris de 15 années de guerre civile et n'en apprendra jamais rien. C'est à se demander s'il ne mérite pas ce qui lui arrive...

    otayek rene

    16 h 11, le 07 juin 2020

  • LES VOYOUS MANIPULES ONT DEFIGURE LA CONTESTATION PAR CRAINTE DE LA REVOLUTION.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    15 h 33, le 07 juin 2020

Retour en haut