Relance

L’économie américaine se redresse doucement, les yeux rivés sur les manifestations

Manifestation à Washington le 2 juin 2020. Photo AFP

L’économie américaine a commencé à se redresser en mai, à la faveur des premières levées de restrictions liées au coronavirus, mais 2,7 millions d’emplois privés ont encore été détruits, et les manifestations antiracistes qui s’étendent dans le pays pourraient ralentir ce début de reprise. Ahu Yildirmaz, codirecteur de l’ADP Research Institute, indique que « la perte d’emplois a probablement culminé en avril », puisque de nombreux États ont par la suite commencé à autoriser les entreprises à rouvrir progressivement. Ainsi, les personnes ayant pointé au chômage la semaine passée pourraient être moins de deux millions, pour la première fois depuis fin mars, selon les attentes des analystes avant la publication des chiffres aujourd’hui. L’activité dans les services a continué à se contracter en mai. Mais elle s’est redressée par rapport au plongeon du mois d’avril, qui avait mis fin à plus de dix années de croissance, selon l’indice de l’association professionnelle ISM publié hier.

La première économie du monde a certes commencé à timidement se redresser en mai, mais le taux de chômage, qui sera publié demain, est attendu en hausse. Il pourrait frôler les 20 %, un niveau que le pays n’avait pas connu depuis la fin des années 30 et de la Grande dépression. Le taux de chômage à l’époque avait culminé à 25 %. Avant la pandémie, le président américain Donald Trump mettait en avant le faible taux de chômage du pays, dans sa campagne électorale pour un second mandat à la Maison-Blanche. Il a hâte de voir l’économie repartir, mais les manifestations contre le racisme et les brutalités policières qui secouent le pays pourraient contrarier ses plans. Car neuf jours après la mort à Minneapolis de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc, la vague de contestation historique ne connaît pas de répit et gagne de nombreuses villes du pays.

Mais les inégalités sociales et raciales aux États-Unis sont exacerbées par la pandémie de Covid-19. Ainsi, 5,8 % des Afro-américains étaient au chômage en février, alors que le taux de chômage dans le pays était à 3,5 %, son plus bas niveau en 50 ans. En avril, le chômage avait bondi à 14,7 %, et le pourcentage atteignait 16,7 % chez les Afro-américains.

Source : AFP


L’économie américaine a commencé à se redresser en mai, à la faveur des premières levées de restrictions liées au coronavirus, mais 2,7 millions d’emplois privés ont encore été détruits, et les manifestations antiracistes qui s’étendent dans le pays pourraient ralentir ce début de reprise. Ahu Yildirmaz, codirecteur de l’ADP Research Institute, indique que « la...

commentaires (0)

Commentaires (0)