Rechercher
Rechercher

Conseil des ministres

La mobilisation générale prolongée jusqu'au 7 juin

"Nous ne nous orientons pas pour le moment vers la réouverture de l'aéroport de Beyrouth", prévue le 8 juin dans le cadre du plan de déconfinement progressif, déclare la porte-parole du gouvernement.

Le gouvernement libanais de Hassane Diab, réuni le 21 mai 2020 en Conseil des ministres au Grand Sérail. Photo Dalati et Nohra

Le gouvernement de Hassane Diab, réuni en Conseil des ministres au Grand Sérail, a décidé jeudi de prolonger la mobilisation générale jusqu'au 7 juin afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, suivant ainsi une recommandation formulée en ce sens par le Conseil supérieur de la défense mardi. La décision a été annoncée à l'issue du Conseil des ministres par la porte-parole du gouvernement, la ministre de l'Information Manal Abdel Samad. Cette prolongation intervient alors que durant les dernières 24 heures, le Liban a enregistré une explosion du nombre de nouveaux cas de coronavirus.

"Nous ne sommes pas dans un stade de propagation du virus, mais les contaminations sont localisées en certains endroits", a souligné Mme Abdel Samad, indiquant que le ministre de l'Intérieur a insisté durant la réunion du Conseil sur la nécessité de respecter les mesures barrières de protection, notamment en ce qui concerne le port du masque.

Mardi, le Conseil supérieur de la défense avait recommandé aux autorités une prolongation de la mobilisation générale, en vigueur depuis le 15 mars, jusqu’au 7 juin. Cette nouvelle extension n'est pas surprenante, la dernière phase du plan de déconfinement progressif adopté le 24 avril ne commençant pas avant le 8 juin. Le Conseil de défense avait justifié sa recommandation par "certaines données négatives" présentées par le ministre de la Santé et avait également indiqué qu’il reviendrait au ministre de l’Intérieur "de décider des mesures adéquates à prendre pour la fête du Fitr". Le Premier ministre, Hassane Diab, avait menacé pour sa part d’ordonner un nouveau bouclage total du pays si le relâchement au sein de la population devait se poursuivre.

Lire aussi

Les prisons pourraient devenir des foyers infectieux, s'alarme l'ordre des médecins

Lundi, le Liban avait repris son déconfinement progressif après quatre jours de bouclage total, imposé pour lutter contre la recrudescence des cas de contamination. Le pays poursuit donc en ce moment sa troisième phase de déconfinement. Cette étape prévoit notamment une réouverture des restaurants à 50% de leur capacité d'accueil, ainsi que des commerces. La réouverture totale de l'aéroport de Beyrouth est notamment prévue le cadre de la dernière phase du plan de déconfinement, prévue le 8 juin. Mais sur ce sujet, Mme Abdel Samad a jeté un doute. "Nous ne nous orientons pas pour le moment vers sa réouverture et la reprise des vols après les rapatriements à la fin du mois", a déclaré la porte-parole du gouvernement en réponse à une question d'une journaliste.

Les écoles resteront, elles, fermées, conformément à une décision du gouvernement qui a également approuvé l'annulation des épreuves du baccalauréat libanais. Le ministre de l'Education, Tarek Majzoub avait déjà annoncé, il y a quelques jours, l'annulation du brevet, qui clôture le cycle complémentaire, pour cette année.

Lire aussi

80 % des écoles privées catholiques pourraient fermer leurs portes à la rentrée

Sur le plan économique, le gouvernement a examiné les rapports des ministres de l'Industrie, du Tourisme, de l’Économie et du commerce, ainsi que de l'Agriculture sur les grandes lignes du plan de sauvetage économique dans leurs domaines, et les possibilités de soutenir les investissements dans les secteurs productifs. Le Liban traverse sa plus grave crise économique et financière en 30 ans. Face à cette crise, le gouvernement, en place depuis 100 jours aujourd'hui, a présenté un plan de sauvetage économique, sur la base duquel il négocie des aides extérieures, notamment auprès du Fonds monétaire international. Mme Abdel Samad a également indiqué que le gouvernement a examiné le plan du conseil international McKinsey, qui avait donné ses recommandations à la précédente équipe ministérielle. Pour rappel, c'est sur la base de l'une d'elles que la légalisation de la culture du cannabis à des fins thérapeutiques avait été votée par le Parlement le 22 avril dernier.

Par ailleurs, le cabinet a approuvé sur demande du ministère de l'Agriculture le renouvellement des contrats des enseignants contractuels payés à l'heure dans les écoles publiques agricoles pour l'année 2019-2020, ainsi que ceux des enseignants et formateurs des années précédentes.
En outre, le gouvernement a poursuivi ses discussions concernant l'utilisation du centre de tri et de traitement de Ghosta pour le tri des déchets solides ménagers. Lors du précédent Conseil des ministres, le cabinet avait demandé au Conseil du développement et de la reconstruction de discuter avec les propriétaires de ce centre.


Le gouvernement de Hassane Diab, réuni en Conseil des ministres au Grand Sérail, a décidé jeudi de prolonger la mobilisation générale jusqu'au 7 juin afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, suivant ainsi une recommandation formulée en ce sens par le Conseil supérieur de la défense mardi. La décision a été annoncée à l'issue du Conseil des ministres par la...

commentaires (2)

Contrairement a la France, Nous n'attrendons pas 40 millions de toutistes.Tant que que les ports foncionnedet que les matures premieres, fuel, farine, medecine, peuvent y arriver, l'aeroport est un luxe et un riquue inutile de prendre

Kettaneh Tarek

19 h 09, le 22 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Contrairement a la France, Nous n'attrendons pas 40 millions de toutistes.Tant que que les ports foncionnedet que les matures premieres, fuel, farine, medecine, peuvent y arriver, l'aeroport est un luxe et un riquue inutile de prendre

    Kettaneh Tarek

    19 h 09, le 22 mai 2020

  • Je pense que la question de réouverture de l’aéroport mérite une réflexion profonde si les technocrates veulent sauver le pays de la faillite totale. Prenez exemple sur la France, l’aéroport de Roissy n’a pas été fermé et les décisions gouvernementales sont guidés par un haut comité scientifique.

    Liberté de Penser

    17 h 50, le 21 mai 2020