Coronavirus au Liban

Explosion de nouveaux cas, la barre des 1.000 contaminations franchie

Soixante-trois nouveaux malades détectés en 24 heures parmi les locaux et les rapatriés.

Un groupe d'expatriés rapatriés au Liban le 19 mai 2020. Photo an-Nahar

Alors que le gouvernement a décidé de prolonger la mobilisation générale jusqu'au 7 juin pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, le Liban a franchi jeudi la barre des 1.000 cas enregistrés depuis le début de la pandémie au Liban, le 21 février, avec 63 nouvelles contaminations durant ces dernières 24 heures. Selon le dernier bilan du ministère de la Santé, 36 cas ont été confirmés parmi les locaux, alors que 27 autres ont été enregistrés parmi les Libanais rapatriés ces derniers jours, dont 25 sur le vol en provenance du Koweït. Parmi les contaminations locales, 19 Bangladais et neuf personnes qui étaient en contact avec un des soldats du Tribunal militaire testés positifs ou l'un des membres de sa famille.
Le nombre de décès reste inchangé, avec un total de 26 morts depuis l'apparition de la pandémie. Au total, 1 024 personnes ont été contaminées par la Covid-19 depuis le début de la pandémie, dont 179 parmi les rapatriés. Actuellement, 335 patients sont atteints du coronavirus, dont 4 se trouvent dans un état critique, un chiffre resté stable depuis plusieurs jours. Un total de 663 ont en outre totalement guéri du virus.

Sur Twitter, le ministre de la Santé, Hamad Hassan, a marqué les 100 jours depuis l'obtention par le gouvernement Diab de la confiance du Parlement. "Cent jours de lutte contre les défis. Le défi du coronavirus, nous l'affrontons ensemble, et notre avenir prometteur, nous le construisons", a écrit M. Hassan sur Twitter, avec le hashtag "solidaires, nous réussissons".

Lire aussi

Les prisons pourraient devenir des foyers infectieux, s'alarme l'ordre des médecins


Lundi, le Liban avait repris son déconfinement progressif après quatre jours de bouclage total, imposé pour lutter contre la recrudescence des cas de contamination. Le pays poursuit donc en ce moment sa troisième phase de déconfinement. Cette phase prévoit notamment une réouverture des restaurants à 50% de leur capacité d'accueil, ainsi que des commerces. Les écoles resteront, elles, fermées, conformément à une décision du gouvernement qui a également approuvé l'annulation des épreuves du baccalauréat libanais. Le ministre de l'Education, Tarek Majzoub avait déjà annoncé, il y a quelques jours, l'annulation du brevet, qui clôture le cycle complémentaire, pour cette année.

Mardi, le Conseil supérieur de la défense avait recommandé aux autorités une prolongation de la mobilisation générale, en vigueur depuis le 15 mars, jusqu’au 7 juin. Cette nouvelle prolongation devrait être officialisée sans surprise aujourd'hui par le cabinet, surtout que la dernière phase du plan de déconfinement progressif adopté le 24 avril ne commence pas avant le 8 juin. Le Conseil de la défense avait justifié sa recommandation par "certaines données négatives" présentées par le ministre de la Santé et avait également indiqué qu’il reviendrait au ministre de l’Intérieur "de décider des mesures adéquates à prendre pour la fête du Fitr".

Dans ce contexte, la municipalité de Bar Elias, dans la Békaa, a décidé de fermer toutes les entrées et sorties du village, à l'exception de l'entrée principale de la localité, rapporte notre correspondante dans la Békaa, Sarah Abdallah. En soirée, des médias ont rapporté que le mohafez du Mont-Liban a décidé d’isoler Mazboud pour tenter de limiter la propagation du virus. Une décision dans le même sens a été prise pour Majdel Anjar.

Parallèlement, la troisième phase de rapatriement de Libanais bloqués à l'étranger en raison de la fermeture des aéroports se poursuivait jeudi, avec quatre vols de la compagnie libanaise Middle East Airlines en provenance de Doha, Erbil, Paris, Casablanca. Cent cinquante Libanais doivent également rentrer au pays depuis la Syrie, jeudi, à travers le passage frontalier de Masnaa, dans la Békaa. Plusieurs dizaines de Libanais ont déjà été rapatriés de Syrie ces dernières semaines, ainsi que des étrangers qui résidaient en Syrie et souhaitaient rentrer chez eux.

Une file de voitures au passage frontalier de Masnaa, entre le Liban et la Syrie. Photo ANI

Par ailleurs, un avion de la compagnie Ethiopian Airlines a rapatrié dans la journée dans leur pays quelques dizaines d'employées de maison éthiopiennes. Leurs employeurs qui souhaitent les laisser doivent leur réserver un hôtel à Addis Abeba  pour une période de quarantaine de 14 jours.




Alors que le gouvernement a décidé de prolonger la mobilisation générale jusqu'au 7 juin pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, le Liban a franchi jeudi la barre des 1.000 cas enregistrés depuis le début de la pandémie au Liban, le 21...

commentaires (7)

C'est beaucoup 1024 faites attention

Eleni Caridopoulou

20 h 06, le 21 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • C'est beaucoup 1024 faites attention

    Eleni Caridopoulou

    20 h 06, le 21 mai 2020

  • Leurs chiffres sont bidouillés comme tout ce qui est chiffres dans ce pays, à commencer par le bilan des "cents jours"; c'est comme ça les arrange.

    Je partage mon avis

    19 h 52, le 21 mai 2020

  • si les libanais se confinent comme il conduisent bonjour les dégats

    youssef barada

    19 h 34, le 21 mai 2020

  • On aimerait connaître la répartition géographique des contaminations, et l'impact des rapatriements en général. La transparence est essentielle pour la population qui est autant concernée que toute autre partie.

    Ô Liban

    17 h 40, le 21 mai 2020

  • Ils ne font que bricoler dans tous les domaines. Le gouvernement, 3 semaines avant le rapatriement sauvage affichait sa supériorité aux autres pays dans la capacité de contrôler la propagation du virus, alors que c’était un vrai coup de bol vu la saison basse du tourisme d’où la contamination modérée des citoyens. Il a fallu qu’ils continuent à rapatrier malgré le taux élevé des cas positifs et à lâcher les personnes infectées dans la nature alors qu’on s’attaquait déjà à l’autre virus, national celui la qui est de combattre la corruption et de juger les corrompus. A croire qu’ils sont même disposés à laisser se propager le virus juste pour empêcher les libanais de descendre dans la rue pour les empêcher de continuer le massacre de notre pays. Vu leur niveau de leur loyauté et leur indifférence au sort des libanais le doute est permis.

    Sissi zayyat

    17 h 06, le 21 mai 2020

  • AVEC L,IRRESPONSABILITE DES RAPATRIEMENTS INCONTROLES ET LE LACHAGE DES RAPATRIES DANS LA NATURE POUR ALLER INFECTER D,AUTRES PERSONNES CE GOUVERNEMENT A DEPASSE LES BORNES DE LA LOGIQUE ET DE LA RESPONSABILITE. COMME DANS TOUT EN TOUT CAS ECONOMIE, FINANCES ET POLITIQUE BIEN SUR.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 13, le 21 mai 2020

  • L,OLJ REVENEZ A LA RUBRIQUE PRECEDENTE DES COMMENTAIRES DES INTERNAUTES. NOTRE PATIENCE EST A SA FIN.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 57, le 21 mai 2020