Opinions

Documenter un avenir incertain

© Dorothea Lange, 1936

La péripétie du confinement et des décès due à la pandémie actuelle nous semblera certainement dérisoire dans quelques mois face à l'ampleur de l'effondrement économique au Liban et ses conséquences qui vont peser lourdement sur nos épaules pendant les dix prochaines années.

Si la situation financière catastrophique du Liban n'aurait pas de répercussions sur le reste du monde, l'impression qu'ici nous nous enfonçons dans un trou sombre pour un bon moment n'est pas sans évoquer la Grande Dépression qui a suivi les krach boursier du 24 octobre 1929.

À l'époque, la photographe américaine Dorothea Lange (1895-1966), après avoir ouvert un studio de portrait à San Francisco en 1918, décide de déplacer son champ d'action vers la rue et de documenter la vie des gens. Ses photographies poignantes des sans-abris attirent l'attention de la Resettlement Administration (devenue plus tard la Farm Security Administration), qui la recrute comme photographe officielle en 1935. Elle publie dans le San Francisco News ses clichés de la pauvreté et de la détresse qui touchent alors une partie de la population américaine. L'information va être transmise à la United Press et va permettre le déblocage d'une aide d'urgence de nourriture par le gouvernement fédéral. Les photographies étant propriété de l'État, elles sont publiées sans demande de paiement, ce qui contribue à leur propagation rapide et à faire d'elles des icônes de l'entre-deux-guerres aux États-Unis.

Migrant Mother (1936), son portrait de Florence Owens Thompson – une veuve de 32 ans qui avait sept enfants – a façonné notre image de l'entre-deux-guerres en Amérique au même titre que le célèbre roman de John Steinbeck, Les Raisins de la colère. Qui sera notre Dorothea Lange au Liban ?


La péripétie du confinement et des décès due à la pandémie actuelle nous semblera certainement dérisoire dans quelques mois face à l'ampleur de l'effondrement économique au Liban et ses conséquences qui vont peser lourdement sur nos épaules pendant les dix prochaines années.

Si la situation financière catastrophique du Liban n'aurait pas de répercussions sur le reste du...

commentaires (0)

Commentaires (0)