Rechercher
Rechercher

Finances publiques

Collecte des déchets : le ministère des Finances fait le point sur les dotations en cours

Les déchets continuent de s’amonceler dans certains quartiers du Mont-Liban. Photo P.H.B.

Le ministère des Finances a indiqué à L’Orient-Le Jour avoir déjà effectué une dotation de 40,361 milliards de livres libanaises au titre de « paiements et projets de décret » pour honorer des échéances dues aux sociétés chargées de la collecte, l’entreposage et le traitement des déchets dans le pays. Ces montants doivent en principe rapidement être transférés aux opérateurs concernés, selon le service de presse du ministère.

Ce dernier a ajouté que l’enveloppe couvre les frais de collecte de l’ensemble des opérateurs dans plusieurs zones et localités libanaises dans les cazas suivants : Akkar, Aley, Beyrouth, Chouf, Jbeil, Jezzine, Kesrouan, Metn, Nabatiyé, Saïda, Tyr, ou encore Tripoli. Une partie de ces montants a été affectée aux projets d’extension des décharges de Naamé et de Costa Brava. Le ministère a précisé que d’autres décrets relatifs à des dotations dans ce domaine « déjà signés par le ministre Ghazi Wazni » doivent encore être paraphés aujourd’hui par le Premier ministre Hassane Diab et le président Michel Aoun, pour permettre de débloquer des montants supplémentaires.

Plusieurs sociétés chargées de la collecte et du traitement des déchets dans le pays ont fait savoir ces dernières semaines, notamment par le biais du syndicat des entrepreneurs de travaux publics, qu’elles avaient de plus en plus de mal à assurer leur mission en raison des difficultés financières provoquées par les importants retards de paiement de l’État. Dans un article publié dans notre édition de samedi, certaines d’entre elles ont assuré ne pas pouvoir tenir plus d’un mois si la situation n’évoluait pas rapidement.

Certaines affirment avoir été contraintes de réduire leurs effectifs ou la fréquence des tournées de ramassage dans certaines régions comme en témoignent les amoncellements de sacs de déchets s’accumulant autour des conteneurs dédiés, notamment dans le Mont-Liban où la densité de la population est élevée. Il y a une semaine, le ministre des Finances avait indiqué avoir signé des décisions liées à de nouvelles dotations, mais que le processus semble avoir pris plus de temps que prévu. Une situation qui a déjà provoqué certaines réactions politiques, à l’image de celle du député Ibrahim Kanaan le week-end dernier.

L’impact des retards de l’État sur les sociétés de la profession est enfin aggravé par les effets de la crise financière et monétaire que traverse le pays, notamment les restrictions bancaires sur les facilités de caisse accordées aux entreprises, ou encore la brutale dépréciation de la livre libanaise par rapport au dollar chez les changeurs (voir par ailleurs).

Pour rappel, le Liban, qui traverse une grave crise économique et financière et vit encore au rythme du confinement lié au Covid-19, a connu une grave crise des déchets entre 2015 et 2016, qui a pavé la voie à une réorganisation du secteur.



Le ministère des Finances a indiqué à L’Orient-Le Jour avoir déjà effectué une dotation de 40,361 milliards de livres libanaises au titre de « paiements et projets de décret » pour honorer des échéances dues aux sociétés chargées de la collecte, l’entreposage et le traitement des déchets dans le pays. Ces montants doivent en principe rapidement être transférés...

commentaires (0)

Commentaires (0)