Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Crise économique : la distribution des aides aux plus démunis reportée

Le ministre des Affaires sociales, Ramzi Moucharrafiyé, a indiqué que les listes des bénéficiaires comportaient des "erreurs".

Des soldats libanais portant des masques et des gants de protection devant l'AIB le 5 avril 2020. AFP / ANWAR AMRO

La distribution des aides sociales promises par le gouvernement libanais aux familles les plus démunies, qui devait commencer mardi matin, a été reportée le temps que l'armée libanaise, chargée de la mise en œuvre de ce programme de soutien, vérifie la liste des bénéficiaires, a annoncé le ministre des Affaires sociales, Ramzi Moucharrafiyé.

"Ayant promis aux citoyens une vérification des listes préparées par certains secteurs et un programme de soutien aux familles les plus démunies à travers l'ensemble des régions libanaises, sur base de critères justes et globaux, nous avons envoyé ces listes à l'armée pour qu'elle mène des vérifications et prépare la logistique pour commencer la distribution des aides. Mais au vu des erreurs contenues dans ces listes, le ministère a décidé d'en reporter la distribution, le temps que l'armée finalise ses vérifications à la demande du ministère", indique un communiqué publié par M. Moucharrafiyé.

Dans une conférence de presse donnée dans l'après-midi, Ramzi Moucharrafiyé a indiqué que le Premier ministre Hassane Diab avait demandé que des aides soient allouées à différentes catégories de personnes, en donnant la priorité aux chauffeurs de transports en commun, aux victimes des mines antipersonnel, aux parents dont les enfants sont scolarisés dans des écoles publiques et aux familles les plus défavorisées. Pour ce faire, des listes de bénéficiaires ont donc été envoyées par les ministères des Transports et de l’Éducation, qui ont donc dû être vérifiées par l'armée. C'est lors de cette procédure que des erreurs ont été détectées. "Nous relancerons la distribution dans quelques jours", a assuré le ministre des Affaires sociales.

Pour faciliter la coopération avec les municipalités dans la distribution de ces aides, et afin d'effectuer un meilleur suivi de la propagation du coronavirus sur le territoire, les ministères des Affaires sociales et de l'Intérieur ont lancé une plateforme électronique, permettant notamment aux personnes dans le besoin de remplir le formulaire de demande d'aides financières.

Le Premier ministre Diab a pour sa part présidé une réunion de la commission chargée des aides sociales, en présence de M. Moucharrafiyé, du général Elias Chameh et de deux conseillers du chef du gouvernement qui ont expliqué à ce dernier les raisons du retard pris dans la distribution de ces aides, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle).


"L'épidémie du clientélisme"
Ce report de la distribution d'aides a soulevé une vague de critiques, notamment au sein de l'opposition au gouvernement. "Nous prenons à témoin l'opinion publique et la justice face à ce scandale contre l'humanité", a dénoncé le Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt, évoquant des "calculs partisans et politiques ayant poussé l'inscription sur ces listes des personnes n'ayant pas besoin de ces aides ainsi que des noms de personnes décédées".

"Une fois de plus, les méritants au Liban paient le prix du népotisme", a écrit le chef des Kataëb, Samy Gemayel, sur Twitter. Et d'ajouter : "Savez-vous que l'épidémie du clientélisme fauche plus de Libanais que le coronavirus?"

Hussein Hajj Hassan, député du Hezbollah, a, lui, salué ce report, appelant à une "coordination entre les ministères des Affaires sociales et de l'Intérieur et les autorités locales pour élaborer les listes de manière transparente et précise, pour aider l'armée à distribuer les aides".

En réponse aux critiques, M. Moucharrafiyé a publié en soirée un communiqué affirmant "avoir pris la décision de ne pas entrer dans des polémiques avec qui que ce soit parce que la meilleure façon de répondre aux rumeurs est justement de n'as pas répondre". "Mais l'insolence de certains a dépassé les limites du possible, a-t-il dénoncé. Nous faisons partie de ce gouvernement pour réparer les erreurs qu'ils ont faites et les actions qui nous ont menés à cette situation. Qu'ils nous laissent travailler avec les capacités limitées à notre disposition". 

Mercredi dernier, le ministre des Affaires spciales avait lancé officiellement le programme d'aides financières et sociales au profit des familles défavorisées. Il avait affirmé que la distribution de ces aides n'est en aucun cas liée au clientélisme politique. Les aides présentées par le cabinet s'élèvent à 400 000 livres libanaises par famille nécessiteuse. Les premières à pouvoir en bénéficier sont les familles inscrites, avant même la crise, auprès du ministère des Affaires sociales. Ces aides concernent près de 47 000 personnes. Elles ont été approuvées par le gouvernement pour soutenir les familles les plus défavorisées, alors que le Liban est frappé de plein fouet par sa pire crise économique et financière de ces 30 dernières années. Celle-ci a encore été aggravée par la pandémie de coronavirus, qui a contaminé plus de 600 personnes, dont 20 sont décédées, et alors que la mobilisation générale proclamée pour lutter contre la maladie oblige les citoyens à rester confinés chez eux.


Rixe à Tripoli

Dans ce contexte, plusieurs élus de Tripoli, au Liban-Nord, l'une des grandes villes les plus touchées par la pauvreté, se sont réunis autour de l'ancien Premier ministre Najib Mikati. "Nous sommes tous unis pour Tripoli pour aider les gens. Personne ne doit avoir faim à Tripoli", a déclaré M. Mikati avant cette réunion élargie avec des députés du courant du Futur de l'ex-PM Saad Hariri à la Foire internationale Rachid Karamé, devant laquelle se sont rassemblés plusieurs activistes.

Toujours dans la capitale du Liban-Nord, trois scouts distribuant des aides alimentaires fournies par la municipalité de la ville dans les quartiers populaires ont été blessés mardi lors d'une rixe avec des agents de la police municipale et transportés à l'hôpital, rapporte l'Agence nationale d’information (Ani, officielle). Cette rixe s'est poursuivie lorsque des groupes du mouvement de contestation contre la classe dirigeante se sont rendus devant le poste de police du siège de la municipalité où une bagarre a éclaté, avant l'armée ne les sépare. Le président de la municipalité de Tripoli, Riad Yamak, s'est rendu au chevet des blessés, indiquant que les frais d'hospitalisation seront à la charge de la municipalité.




Lire aussi
Tripoli, une véritable bombe à retardement

Coronavirus : des millions de personnes menacées d'insécurité alimentaire au Liban, prévient HRW

La distribution des aides sociales promises par le gouvernement libanais aux familles les plus démunies, qui devait commencer mardi matin, a été reportée le temps que l'armée libanaise, chargée de la mise en œuvre de ce programme de soutien, vérifie la liste des bénéficiaires, a annoncé le ministre des Affaires sociales, Ramzi Moucharrafiyé."Ayant promis aux citoyens une ...
commentaires (6)

L'armée transformée en assistante sociale, nos valeureux militaires n'ont pas mieux à faire ? Distribution des aides en espèces, toquer aux portes des uns et des autres ? Méthode d'un ancien monde tribal, limite insultant pour la grande muette, et d'un autre côté qui laisse la porte grande ouverte aux magouilles en tout genre. Arrêter la corruption commence par une traçabilite des mouvements financiers, quel que soit le montant. Demander aux personnes candidates aux aides sociales de fournir un IBAN, puis effectuer des virements sur leur compte, c'est trop compliqué ? Demander aux banques d'offrir a ces gens une CB gratuite, c'est trop leur demander ? Les banques se sont goinfrees avec les taux d'intérêt mirobolants, qu'ils fassent leur BA pour une fois, et que ce gouvernement fasse preuve de bonne volonté dans la lutte contre la corruption et le clientelisme.

Desperados

20 h 05, le 14 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • L'armée transformée en assistante sociale, nos valeureux militaires n'ont pas mieux à faire ? Distribution des aides en espèces, toquer aux portes des uns et des autres ? Méthode d'un ancien monde tribal, limite insultant pour la grande muette, et d'un autre côté qui laisse la porte grande ouverte aux magouilles en tout genre. Arrêter la corruption commence par une traçabilite des mouvements financiers, quel que soit le montant. Demander aux personnes candidates aux aides sociales de fournir un IBAN, puis effectuer des virements sur leur compte, c'est trop compliqué ? Demander aux banques d'offrir a ces gens une CB gratuite, c'est trop leur demander ? Les banques se sont goinfrees avec les taux d'intérêt mirobolants, qu'ils fassent leur BA pour une fois, et que ce gouvernement fasse preuve de bonne volonté dans la lutte contre la corruption et le clientelisme.

    Desperados

    20 h 05, le 14 avril 2020

  • L'habituel grand-n'importe-quoi, jusqu'à la nausée...

    Christine KHALIL

    14 h 50, le 14 avril 2020

  • C'était trop beau...pour être vrai...et une preuve de plus que rien dans ce malheureux pays se fait correctement, même pas cette distribution de LL 400'000 aux plus démunis, qui peuvent encore attendre... Par contre nous manquaient furieusement les déclarations mielleuses de certains Tontons milliardaires de Tripli et leurs copains-associés fidèles et dévoués depuis toujours aux habitants de cette ville ! Maintenant nous sommes tranquillisés...grâce à eux, tout va pour le mieux dans cette ville prospère et choyée du Nord Liban ! Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 36, le 14 avril 2020

  • MEME LA IL Y A DES INTERVENTIONS ET DES QUOTAS COMMUNAUTAIRES.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 56, le 14 avril 2020

  • Étrange que ce soit à l'armée de vérifier les listes des familles nécessiteuses. J'aurais plutôt cru que c'était le ministère des affaires sociales qui était qualifié dans ce domaine. Non?

    Yves Prevost

    13 h 51, le 14 avril 2020

  • Hahaha! La liste comporte des erreurs!! Car bien sûr toutes les listes du pays sont nickel et sans aucune mini ou maxi erreur!! Allez hop! Les affamés!! On va jeûner quelque jours de plus en attendant la correction... Vous serez bien corrigés de vos illusions et de vos souhaits dont on souffre tous! car, sincèrement, des erreurs y-a-t-il autre chose dans ce pays complètement incorrect surtout dans sa classe soit disant dirigeante?

    Wlek Sanferlou

    12 h 46, le 14 avril 2020

Retour en haut