Rechercher
Rechercher

Société - Disparition

L’ambassadrice des Philippines au Liban emportée par le coronavirus

Bernardita Catalla est décédée à l’âge de 62 ans, annonce le ministère philippin des Affaires étrangères.

L’ambassadrice des Philippines, Bernardita Catalla, était rentrée à Beyrouth, après un séjour dans son pays, le 15 mars dernier. Photo ANI

L’ambassadrice des Philippines au Liban, Bernardita Catalla, est décédée jeudi des suites du coronavirus à l’âge de 62 ans, a annoncé le ministère philippin des Affaires étrangères sur son site. Mme Catalla œuvrait depuis 27 ans pour la diplomatie philippine. « C’est avec une grande tristesse que le ministère des Affaires étrangères annonce la disparition, le 2 avril, de Bernardita Catalla, ambassadrice des Philippines au Liban, des suites de complications liées au Covid-19 », a annoncé Manille dans un communiqué.

Hospitalisée le 24 mars dernier à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Hazmieh, après son retour des Philippines le 15 mars, la diplomate a souffert de complications. C’est ce que révèle à L’Orient-Le Jour le troisième secrétaire et vice-consul Edward Chan encore sous le choc, alors que l’ambassade prépare les modalités de rapatriement du corps. « À son retour des Philippines, l’ambassadrice était confinée chez elle », précise-t-il, se voulant rassurant sur l’état de santé du personnel de l’ambassade qui « se porte bien ».

De son côté, l’Hôpital du Sacré-Cœur, qui est rattaché à l’ordre des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, explique à L’OLJ que l’ambassadrice Catalla a été « sa première patiente atteinte de Covid-19 ». « Elle s’est présentée à l’hôpital le 24 mars dernier, dès l’apparition des premiers symptômes », explique la responsable de communication de l’établissement, Christine Aoun Boutros, qui s’abstient de divulguer la moindre information sur la patiente décédée, par respect du secret médical. Mais elle note qu’il n’est pas possible de déterminer si l’ambassadrice a été atteinte dans son pays, dans l’avion ou au Liban.

L’hôpital venait de « terminer l’aménagement de son service Covid-19, d’une capacité d’une vingtaine de lits, totalement isolé des autres services ». Il devait annoncer par communiqué de presse qu’il était « prêt à recevoir les patients contaminés pour répondre à la demande formulée par le ministre de la Santé aux hôpitaux privés », et ce au terme d’une collaboration avec la municipalité de Baabda. « L’ambassadrice a été notre première patiente contaminée par le coronavirus », observe Mme Aoun Boutros, précisant qu’en ce moment, l’Hôpital du Sacré-Cœur accueille « deux cas suspects à l’isolement, dans l’attente des résultats des tests effectués à l’hôpital Rafic Hariri ». « D’ici à 20 jours, nous aurons la capacité d’effectuer les tests sur place », assure-t-elle. L’établissement endure toutefois une pénurie d’équipements de protection destinés à protéger le personnel soignant. « En cette période difficile et alors que le secteur de la santé souffre particulièrement de la crise financière, nous lançons un appel à l’État, au secteur privé et à toute organisation susceptible de nous fournir des équipements de protection, masques, gants, combinaisons ou autres », ajoute-t-elle.



(Lire aussi : Le P. Alex Bassili s.j. est parti au terme d’une vie « pleine de services discrets »)



Son sourire, sa générosité
La diplomatie philippine rappelle que « Bernardita Catalla a servi à plusieurs postes-clés à Kuala Lumpur, Djakarta, et dirigeait le service des passeports ». Avant d’être nommée à son poste à Beyrouth, Bernardita Catalla était consule générale à Hong Kong. Manille rappelle en outre que la diplomate supervisait depuis décembre 2019 le programme de rapatriement volontaire de l’ambassade des Philippines à Beyrouth. En raison du marasme politique et économique régnant au Liban, des centaines de Philippins, pour la plupart des employées de maison, s’étaient rués à leur ambassade pour s’inscrire sur les listes de rapatriement.

« Bernie, comme se faisait affectueusement appeler l’ambassadrice Catalla, a toujours tendu la main pour aider sa famille, ses amis et ses collègues. Son sourire et son rire contagieux ont peut-être disparu, mais son dévouement pour son pays restera toujours là et guidera tous les membres des services diplomatiques philippins », conclut le communiqué.Faisant part de sa profonde tristesse, la ministre du Travail Lamia Yammine a adressé un message de condoléances à l’ambassade des Philippines. « Je vous présente mes sincères condoléances et j’estime que le décès de Bernardita Catalla est une immense perte pour le Liban et les Philippines », a-t-elle dit, saluant les efforts de l’ambassadrice pour le renforcement des relations bilatérales entre les deux pays.



Lire aussi

De crêpage en friture, le billet de Gaby NASR

Au Liban, un relâchement inquiétant du respect des règles de confinement



L’ambassadrice des Philippines au Liban, Bernardita Catalla, est décédée jeudi des suites du coronavirus à l’âge de 62 ans, a annoncé le ministère philippin des Affaires étrangères sur son site. Mme Catalla œuvrait depuis 27 ans pour la diplomatie philippine. « C’est avec une grande tristesse que le ministère des Affaires étrangères annonce la disparition, le 2 avril, de...

commentaires (1)

RIP

Jack Gardner

14 h 32, le 03 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • RIP

    Jack Gardner

    14 h 32, le 03 avril 2020

Retour en haut