Rémunérations

La ministre du Travail demande aux entreprises de payer entièrement les salaires de leurs employés

La ministre du Travail, Lamia Yammine Doueihy. Photo ANI

La ministre du Travail, Lamia Yammine Doueihy, a appelé hier dans un communiqué les entreprises à payer les salaires de leurs employés « sans prendre en considération le nombre d’heures durant lesquelles ils ont effectivement travaillé ». Une demande formulée alors que la majorité des entreprises du pays, déjà fragilisées par la crise économique et financière qui a débuté il y a plusieurs mois, ont été obligées de réduire ou suspendre leurs activités suite aux mesures de confinement décrétées par le gouvernement depuis la mi-mars dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus (Covid-19). La Middle East Airlines (MEA), la compagnie aérienne nationale, et la Lebanese Air Transport (LAT), qui gère plusieurs services à l’Aéroport international de Beyrouth (bagages, enregistrement, fret, courrier), ont, elles, d’ores et déjà annoncé hier qu’elles allaient payer entièrement leurs salariés pour le mois de mars.La ministre a de plus recommandé aux sociétés d’utiliser le mécanisme de la circulaire n° 547 publiée le 23 mars par la Banque du Liban (BDL), qui permet aux banques du pays d’accorder des prêts exceptionnels à 0 % et sans frais aux entreprises ayant des problèmes de trésorerie pendant la période allant de mars à mai, et qui offre un délai de remboursement allant jusqu’à cinq ans. Le texte engage en outre la BDL à rembourser les montants que les banques ont mobilisés, également sans intérêts et uniquement en dollars, peu importe la devise dans laquelle les prêts concernés ont été octroyés.

Castro critique Choucair

La question des salaires a également été au centre d’une sortie du président de l’Union nationale des syndicats des travailleurs (Fenasol), Castro Abdallah, dirigée contre le président des organismes économiques, l’ancien ministre des Télécoms Mohammad Choucair. Dans un communiqué, le syndicaliste s’est révolté contre la proposition formulée la veille par l’organisation patronale et consistant à permettre aux entreprises de payer un « salaire minimum » en avril à une partie des employés du secteur privé en prélevant les fonds nécessaires à la branche indemnités de fin de service de la Caisse nationale de la Sécurité sociale (CNSS).

Contacté par L’Orient-Le Jour, Castro Abdallah a assimilé cette proposition à une tentative du patronat de « prendre l’argent durement gagné » par les travailleurs tout en achevant la CNSS, qui doit déjà jongler avec les arriérés de paiements de l’État ainsi que les « employeurs qui ne payent pas toutes les cotisations dues », voire « ne déclarent pas leurs employés ». Il a tenu à rappeler que beaucoup de patrons « profitent depuis les années 2000 de la baisse des cotisations de 35 % à 23 % », mesure qui aurait dû les inciter à déclarer davantage d’employés, et qui n’a, selon lui, pas eu l’effet escompté.


La ministre du Travail, Lamia Yammine Doueihy, a appelé hier dans un communiqué les entreprises à payer les salaires de leurs employés « sans prendre en considération le nombre d’heures durant lesquelles ils ont effectivement travaillé ». Une demande formulée alors que la majorité des entreprises du pays, déjà fragilisées par la crise économique et financière qui a...

commentaires (0)

Commentaires (0)