Rechercher
Rechercher

L'Orient littéraire

Décrypter le Coran

La tradition musulmane n’a pas nié " un caractère décousu, désordonné, déconcertant et obscur" du Livre, mais elle a fourni un "récit-cadre" pour mettre en ordre inspiration et prédication, écrit Guillaume Dye.

Feuillet du Coran. Photo DR

L’ampleur de ce Coran des historiens dont les pages imprimées dépassent les 3500 (suivies d’un 3e volume à paraître sous forme électronique pour la liste des nouvelles études en perpétuel accroissement depuis 1990 et 2000) ainsi que « la rigueur, la précision et l’érudition scientifiques » de ce docte corpus ne doivent pas détourner le lecteur cultivé de ce livre encyclopédique. D’abord il cherche à mettre, au prix d’efforts louables, la synthèse des études passées et le résultat des recherches actuelles sur le Coran à la disposition du plus large public. Ensuite, la lecture des textes introductifs est aussi passionnante que celle d’un roman policier dont on cherche à résoudre l’énigme mais dont les indices s’évaporent soit pour être des preuves insuffisantes, soit pour s’intégrer dans des scenarii plausibles et contradictoires. Constructions scientifiques et antiroman mêlés, pourrait-on risquer, sans porter atteinte aux apports de l’entreprise et en reconnaissant son extrême richesse et son sérieux.

Le Dictionnaire du Coran, dont nous avons dit tant de bien ici même (avril 2008) et qui a été dirigé par l’un des codirecteurs du présent ouvrage s’appuyait principalement sur les sources musulmanes, faisant une place nette aux sources chiites. Celui-ci ne le fait que très secondairement, s’occupe du livre saint de l’islam comme « document historique, littéraire, linguistique et religieux du VIIe siècle » et cherche à l’installer dans « les traditions bibliques vivantes de l’antiquité tardive ». Il se fonde exclusivement sur des recherches historiques et philologiques indépendantes du registre de la foi et principalement entreprises par les cercles académiques scientifiques des deux derniers siècles.

Le premier volume est une substantielle introduction à l’univers qui a vu naître le Coran : il cherche à présenter ce qui se passe en Arabie et dans ses voisinages lors de l’avènement de Mohamed. Il se subdivise en trois parties. La première est consacrée aux contextes historique et géographique : l’Arabie préislamique, les relations entre Arabes et Persans, ce qu’on peut savoir « ou ne pas savoir » de Mohamed, des grandes conquêtes et de la naissance de l’Empire arabe (4 chapitres). La deuxième étudie le Coran comme « carrefour » de traditions et de religions de l’Antiquité tardive : judaïsme, christianismes divers, judéo-christianisme, manichéisme, sources dites « apocryphes » ou apocalypses notamment syriaques, juives et zoroastriennes, et, nouveauté, l’environnement juridique (10 chapitres). La troisième aborde le Coran par l’histoire de l’étude de ses manuscrits en Occident, par les approches codicologique (la codicologie signifie l’étude des livres en tant qu’objets matériels) et épigraphique, l’étude de son contexte, de sa composition et de sa canonisation, enfin la perception shî‘ite de son histoire (6 chapitres). Une trentaine de remarquables chercheurs de diverses nationalités et académies participent à l’entreprise et font état des plus récentes découvertes archéologiques et autres.

Le deuxième volume commente une à une les sourates et versets du Coran. Il présente la synthèse des résultats des recherches historico-critiques et philologiques depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours, augmentés parfois de nouvelles pistes d’investigations proposées par les auteurs. Il comporte lui-même deux tomes, le premier allant de la Fâtiha à la sourate 26, le second de la sourate 27 à la sourate 114.

Dans un article central (pp. 733-846), le codirecteur Guillaume Dye fixe les objectifs : non pas faire la synthèse des recherches existantes, mais comprendre la trajectoire des études coraniques en Occident, déterminer les problèmes méthodologiques les plus aigus actuellement posés, et esquisser des pistes de réflexion prometteuses ; un objectif triple, « historiographique, analytique et prospectif ».

Le Coran est un texte énigmatique, profondément anhistorique, polémique, « fonctionnant par slogans ». Il regroupe des genres littéraires très divers : sermons, récits dialogués, controverses et polémiques, proclamations oraculaires, versets juridiques, prescriptions rituelles, hymnes et prières… La tradition musulmane n’a pas nié « un caractère décousu, désordonné, déconcertant et obscur » du Livre, mais elle a fourni un « récit-cadre » pour mettre en ordre inspiration et prédication.

Le grand philologue allemand Theodor Nöldeke (1836-1930), dont l’influence persiste, a « naturalisé » ou «laïcisé » les récits d’une tradition principalement sunnite : Mohamed est l’auteur du Coran, tous ses morceaux sont authentiques, sa collecte/édition a été réalisée sous l’initiative du calife ‘Uthman (m. 656)… Sous l’impact de multiples critiques et en se fiant au texte sans évidemment ignorer les sources islamiques (devenues elles mêmes objet d’examen), les chercheurs ont changé de paradigme, passant à un nouveau cadre définissant les problèmes et méthodes légitimes de leur discipline : rassembler autant d’indices que possible dans le texte même du Coran sans présupposer le modèle traditionnel de sa genèse.

Le contexte comme la composition du Livre saint posent des problèmes qu’on peut regrouper sous des rubriques abstraites : de quoi parle le texte et de quelle manière ? Comment cet ouvrage hétérogène a-t-il été composé ? Mais les tentatives et esquisses de réponse auxquelles donnent lieu ces questions sont captivantes. Pour ne retenir qu’un exemple, prenons celui du christianisme dans le Coran. D’abord il s’avère que l’arrière-plan chrétien y dépasse le background juif (personnages, traditions, angéologie, démonologie…) Or la présence de chrétiens en Arabie occidentale n’est avérée ni par les sources islamiques ni par d’autres. D’où quatre options pour répondre à la question, dont aucune ne le fait totalement. « Ces différentes options sont d’ailleurs, dans certains cas, plus complémentaires qu’exclusives », conclut Dye.

Près d’un demi-siècle après sa critique par Edward Saïd (1979), l’orientalisme montre sa vivacité. Il a gagné à lui des chercheurs de l’autre rive sans leur faire renoncer à leur croyance. Il étend son champ et renouvelle ses méthodes. N’a-t-il tiré aucune leçon de sa critique ou celle-ci était-elle hors de propos ? La rigueur désormais apportée à la discipline, la disparition d’une certaine hargne, la grande ouverture aux autres sciences de l’homme font état d’un nouveau climat. La critique des sources islamiques ne fait que les aligner sur les autres sources religieuses. Non seulement elle est en quête de vérité, mais elle « cherche à remplir son rôle civique, aussi modeste soit-il » (M. A. Amir-Moezzi).

Le Coran des historiens. T. 1 : Études sur le contexte et la genèse du Coran, T. 2 : Commentaire et analyse du texte coranique (en 2 volumes), sous la direction de Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye, éditions du Cerf, 2019, 1022 & 2390 p.



Lire l'intégralité de L'Orient littéraire ici



L’ampleur de ce Coran des historiens dont les pages imprimées dépassent les 3500 (suivies d’un 3e volume à paraître sous forme électronique pour la liste des nouvelles études en perpétuel accroissement depuis 1990 et 2000) ainsi que « la rigueur, la précision et l’érudition scientifiques » de ce docte corpus ne doivent pas détourner le lecteur cultivé de ce livre...

commentaires (3)

Je suis de l'avis de M.Yves Prévost, pour ajouter que le christianisme en Arabie était celui des tribus bédouines en perpétuelle mouvance reliant la péninsule Arabique à la Syrie et la Haute Mésopotamie. Les fouilles archéologiques récentes attestent par leurs découvertes de cette présence chrétienne dès les premiers siècles. Voici quelques références qui permettent de se documenter sur cette passionnante question : 1)Thomas Wright:Early christianity in Arabia,1855 2)Dussaud René:Les Arabes en Syrie avant l'Islam, 1907 3)Nau François:Les Arabes Chrétiens de Mésopotamie et de Syrie, 1933 4)Charles Henri,Le christianisme des Arabes nomades,1936

MELKI Raymond

17 h 03, le 30 mars 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Je suis de l'avis de M.Yves Prévost, pour ajouter que le christianisme en Arabie était celui des tribus bédouines en perpétuelle mouvance reliant la péninsule Arabique à la Syrie et la Haute Mésopotamie. Les fouilles archéologiques récentes attestent par leurs découvertes de cette présence chrétienne dès les premiers siècles. Voici quelques références qui permettent de se documenter sur cette passionnante question : 1)Thomas Wright:Early christianity in Arabia,1855 2)Dussaud René:Les Arabes en Syrie avant l'Islam, 1907 3)Nau François:Les Arabes Chrétiens de Mésopotamie et de Syrie, 1933 4)Charles Henri,Le christianisme des Arabes nomades,1936

    MELKI Raymond

    17 h 03, le 30 mars 2020

  • Nul doute que cette étude ne soit passionnante. Cependant, une affirmation me laisse perplexe: "la présence de chrétiens en Arabie occidentale n’est avérée ni par les sources islamiques ni par d’autres". Je croyais, au contraire que le christianisme (essentiellement nestorien ou monophysite) était largement répandu dans la péninsule arabe avant Mohamed. Surtout au Sud, il est vrai, mais les échanges étaient nombreux dans toute la péninsule.

    Yves Prevost

    07 h 47, le 30 mars 2020

  • L’extreme prudence s’impose dans ce type d’analyse.

    Saade Joe

    14 h 34, le 29 mars 2020