X

À La Une

Des avions à la disposition des Libanais à l'étranger, mais après un test de dépistage

Liban

Le chef des Kataëb critique la décision du ministre des Affaires étrangères. 

OLJ
26/03/2020

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Nassif Hitti, a indiqué jeudi soir sur son compte Twitter que les Libanais se trouvant à l'étranger ne rentreront au Liban qu'après avoir subi des tests de dépistage pour éviter tout risque de propagation du nouveau coronavirus (Covid-19) dans le pays qui a enregistré jusqu'à ce jour plus de 360 cas dont six décès.

"Les Libanais qui se trouvent à l'étranger ne retourneront pas au Liban avant que nous nous soyons assurés qu'ils ne sont pas contaminés par le coronavirus. Des avions seront mis à leur disposition pour qu'il retournent au pays après avoir subi des tests", a affirmé M. Hitti. 



"Nous espérons que ces Libanais rentreront au Liban au plus tôt et nous comprenons ce qu'ils ressentent ainsi que leurs parents, mais nous devons d'abord leur assurer les tests de dépistage, car il est risqué qu'une personne contaminée embarque dans un avion avec d'autres personnes non contaminées, a-t-il expliqué. Chaque ambassade possède une hotline pour recevoir les appels des Libanais. Ceux qui n'ont pas pu entrer en contact avec leur ambassade peuvent appeler le ministère libanais des Affaires étrangères".

Le ministre a par ailleurs souligné que "la limite des virements bancaires sera augmentée pour les étudiants libanais bloqués à l'étranger". "Concernant ceux dont les parents n'ont pas pu leur transférer de l'argent en raison de la situation, nous nous chargerons de les soutenir", a précisé le ministre. 

Le chef de la diplomatie a enfin demandé aux Libanais se trouvant à l'étranger d'enregistrer leurs noms auprès de l'ambassade du Liban dans le pays où ils résident "afin de les aider et assurer leur retour en toute sécurité".


Sans attendre, le chef des Kataëb Samy Gemayel a critiqué la décision du ministre. "Il est du devoir de l’État d'assurer le retour de ses fils au pays, qu'ils soient contaminés ou non, et il est de son devoir de prendre toutes les précautions pour le faire. Certains n'ont pas d'assurance maladie, d'autres se trouvent dans des pays où les hôpitaux n'ont pas un niveau acceptable, d'autres encore ne peuvent pas payer le prix d'un séjour dans un hôtel ou dans un appartement loué pour une période plus longue", a écrit M. Gemayel sur Twitter.



Une commission ministérielle pour le suivi de la situation des Libanais expatriés a tenu sa première réunion aujourd’hui. La ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement, Manal Abdel Samad, s’est contentée d’affirmer à son issue que les aspects techniques et logistiques du dossier ont été abordés. 


Pour mémoire

Coincés en Italie, des étudiants libanais, sans argent, appellent au secours

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

S.ILS SONT POSITIFS ON LES ABANDONNE ? OU ILS RENTRENT ET ON LES METTRA EN QUARANTAINE OBLIGATOIRE PAR EXEMPLE DANS UN HOTEL LOUE PAR L,ETAT POUR CET USAGE.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants