Rechercher
Rechercher

Vient de paraître

« Médiations et migrations » décortique le phénomène migratoire dans le bassin méditerranéen

Le travail a été publié par un collectif d’auteurs sous la direction d’Amal Nader et de Jimy Boulos.

Lors de la présentation de l’ouvrage, Marwan Abi Fadel, Jimy Boulos, Ziad el-Sayegh, Amal Nader et Roy Jreijiry. Photo A.-M.H.

Le Liban et l’ensemble des pays du bassin méditerranéen, d’Europe, d’Asie ou d’Afrique partagent un défi commun lié aux migrations. Qu’il résulte des guerres, des crises politiques, économiques ou climatiques, qu’il s’agisse de migration, de refuge ou de déplacement, ce phénomène occupe aujourd’hui le devant de la scène internationale et politique car il dépasse largement les rives de la Méditerranée. Il est au cœur de l’ouvrage Médiations et migrations publié récemment aux éditions L’Harmattan communication et civilisation par un collectif de vingt chercheurs et auteurs des pays concernés, dont plusieurs Libanais. Un ouvrage qui se présente comme une réflexion collective autour du phénomène migratoire actuel, à travers une approche pluridisciplinaire. Cette réflexion met l’accent tout aussi bien sur les réfugiés du Liban, d’Irak, de Turquie que sur l’immigration clandestine entre le Maghreb et l’Espagne, le drame libyen ou les politiques migratoires européennes (France, Allemagne, Grèce, Macédoine du Nord, Hongrie). Elle part de témoignages, de drames, de vies bouleversées, de problèmes d’adaptation et d’intégration, de success stories parfois, comme celles des Arméniens du Liban. Le travail met en valeur les failles des politiques étatiques ou de la solidarité internationale. Il montre comment le drame migratoire peut devenir un outil de pression exercé par certains gouvernements sur d’autres. Il constate au passage les discours xénophobes de certains médias, basés sur des préjugés et des stéréotypes, et ouvre la voie au débat sur les différentes problématiques liées à la question.

Placé sous la direction de la professeure en relations internationales à l’institut pratique du journalisme à l’Université Paris Dauphine, Amal Nader, et de la traductrice et secrétaire générale du Centre d’études politiques et médiatiques sur la Méditerranée, Jimy Boulos, le recueil d’articles a fait l’objet d’une table ronde sur la question des migrations, la semaine dernière, à l’Institut Issam Farès de l’Université américaine de Beyrouth (AUB). Un événement qui a vu la participation des deux directrices de la publication qui ont évoqué la politique migratoire en France, mais aussi des coauteurs, Ziad el-Sayegh, expert en politiques publiques et de la question des réfugiés, Marwan Abi Fadel, professeur d’histoire à l’Université libanaise, et Roy Jreijiry, professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université libanaise.

Ziad el-Sayegh a insisté pour l’occasion sur « la nécessité d’aborder le problème des migrations de manière scientifique, rationnelle et pragmatique », tout en invitant « à repenser les crises dans une perspective positive, de manière à saisir les opportunités qu’elles présentent ». Il n’a pas manqué de dénoncer « le populisme de certaines politiques dans un contexte de crise identitaire », regrettant que la politique libanaise concernant les réfugiés syriens n’ait été « qu’improvisation ».


Le Liban et l’ensemble des pays du bassin méditerranéen, d’Europe, d’Asie ou d’Afrique partagent un défi commun lié aux migrations. Qu’il résulte des guerres, des crises politiques, économiques ou climatiques, qu’il s’agisse de migration, de refuge ou de déplacement, ce phénomène occupe aujourd’hui le devant de la scène internationale et politique car il dépasse...

commentaires (0)

Commentaires (0)