Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Une déclaration ministérielle « pour inspirer confiance à l’étranger et aux Libanais »

La réunion pour l’élaboration de la déclaration ministérielle, présidée par le Premier ministre Diab. Photo Dalati et Nohra

La commission en charge de la rédaction de la déclaration ministérielle a tenu hier soir sa quatrième réunion et décidé de mettre les bouchées doubles pour finaliser au plus vite ce texte crucial de politique générale, sur base duquel le cabinet va solliciter la confiance du Parlement.

La commission a décidé de tenir « une série de réunions pour poursuivre l’élaboration de la déclaration ministérielle », a annoncé la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, à l’issue de la réunion, assurant qu’aucun obstacle n’entravait l’élaboration de ce texte.

Selon notre chroniqueur politique Philippe Abi-Akl, qui cite des sources ministérielles, le texte « sera différent des déclarations ministérielles des gouvernements précédents dans la forme et dans le fond ».

La déclaration, selon ces mêmes sources, « constituera une feuille de route de réformes qui sera adoptée par le gouvernement, et sera conforme aux exigences des pays donateurs et celles du Groupe de soutien international d’aide au Liban ». Ce document « devra inspirer confiance à l’étranger, respecter les engagements de la politique de distanciation et de la déclaration de Baabda en vue de préserver le Liban des axes régionaux antagonistes, et s’engager au respect des résolutions internationales, notamment les résolutions 1701 et 1559 ».

Toujours d’après ces sources, le gouvernement s’engagera à effectuer des réformes pour reconquérir la confiance de la communauté internationale et des Libanais.


(Lire aussi : Un danger et un double défi, l’édito de Michel TOUMA)


« Un signal positif »

Lors de la première réunion de la commission, le Premier ministre Hassane Diab avait insisté pour que ce texte soit « réaliste » et permette de répondre, le plus rapidement possible, aux revendications des Libanais et du mouvement de contestation populaire.

Hier, M. Diab a ajouté que l’adoption dans la journée du budget 2020 « envoie un signal positif en interne et à l’étranger ».

« Le gouvernement s’est attaché à faciliter le vote du budget en raison de l’importance de la continuité de l’action de l’État », a expliqué Mme Abdel Samad, citant le chef du gouvernement. La commission de rédaction de la déclaration ministérielle, présidée par le chef du gouvernement, est composée de la vice-présidente du Conseil des ministres et ministre de la Défense, Zeina Acar, ainsi que des ministres des Affaires étrangères, Nassif Hitti, des Finances, Ghazi Wazni, de l’Économie, Raoul Nehmé, de la Justice, Marie-Claude Najm, de l’Industrie, Imad Hobballah, des Affaires sociales et du Tourisme, Ramzi Moucharrafiyé, de l’Information, Manal Abdel Samad, des Télécoms, Talal Hawat, de l’Environnement et de la Réforme administrative, Damien Kattar, et de la Jeunesse et des Sports, Varty Ohanian Kevorkian.


Lire aussi

Le Drian : La balle est dans le camp des Libanais pour la survie de leur pays

Zasypkine : Il faut donner une chance au nouveau gouvernement



La commission en charge de la rédaction de la déclaration ministérielle a tenu hier soir sa quatrième réunion et décidé de mettre les bouchées doubles pour finaliser au plus vite ce texte crucial de politique générale, sur base duquel le cabinet va solliciter la confiance du Parlement.La commission a décidé de tenir « une série de réunions pour poursuivre l’élaboration de...

commentaires (2)

IL NE SUFFIRA PAS DE DECLARER. IL FAUT RESPECTER SES DECLARATIONS EN PRATIQUE.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

09 h 48, le 28 janvier 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • IL NE SUFFIRA PAS DE DECLARER. IL FAUT RESPECTER SES DECLARATIONS EN PRATIQUE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    09 h 48, le 28 janvier 2020

  • "s’engager au respect des résolutions internationales, notamment les résolutions 1701 et 1559". Oseront-ils vraiment? Sachant que ces résolutions prévoient (comme d'ailleurs, l'accord de Taëf) le désarmement de touts les milices. On y chercherait en vain mention d'une exception en faveur du Hezbollah.

    Yves Prevost

    07 h 08, le 28 janvier 2020

Retour en haut