X

À La Une

La formation du cabinet bute sur de nouveaux obstacles

Liban

Sleiman Frangié doit s'exprimer samedi.

OLJ
17/01/2020

La formation du gouvernement du Premier ministre désigné Hassane Diab butait vendredi sur de nouveaux obstacles, notamment concernant le poids de certaines communautés en son sein, qui semblent néanmoins en voie de règlement en vue d'une éventuelle naissance du cabinet sous peu.

Dans la journée, le chef du Parti démocratique libanais, le druze Talal Arslane, a mis en garde contre une sous-représentation de la communauté druze dans le gouvernement en gestation. "Nous n'accepterons pas que les critères soient modifiés pour la communauté druze. Ou les mêmes critères s'appliquent à toutes les communautés ou alors nous commencerons à élever la voix", a écrit M. Arslane sur son compte Twitter dans la matinée. Ces dernières semaines, plusieurs responsables druzes, dont le chef du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt et le cheikh Akl Naïm Hassan, ont réclamé que la communauté druze soit représentée de manière juste.

Mais selon des sources suivant le processus de formation du cabinet au palais de Baabda citées dans l'après-midi par la chaîne LBCI, le "noeud druze" aurait été réglé en accord avec le Hezbollah, qui a contribué avec ses alliés à la désignation de M. Diab pour former le cabinet. Selon les informations qui ont filtré ces dernières heures, Ramzi Moucharrafieh, membre de la formation de M. Arslane, est pressenti pour prendre en charge un ministère, celui de l’Industrie ou celui des Déplacés.

Le patriarche des grecs-catholiques Youssef Absi a également mis en garde contre une "injustice" à l'égard de la communauté melkite dans le prochain cabinet.

Toujours selon LBCI, les Marada de Sleimane Frangié réclameraient deux portefeuilles, alors que le ministère des Travaux publics serait promis à Lamia Yammine-Doueihy. Par ailleurs, le chef des Marada refuserait que Gebran Bassil, chef du Courant patriotique libre, fondé par le président Michel Aoun, obtienne le tiers de blocage au sein de la prochaine équipe. Des sources de Baabda ont indiqué à LBCI que le noeud des Marada était "artificiel", ajoutant que M. Bassil n'entravait pas le processus de formation du cabinet. M. Frangié a annoncé qu'il tiendra samedi matin une conférence de presse sur les développements politiques.



(Lire aussi : Un gouvernement « du moindre mal » verrait le jour incessamment)



Choc positif
Dans la journée, Dar el-Fatwa, la plus haute autorité religieuse sunnite libanaise, a démenti toute intervention du mufti de la République, cheikh Abdel Latif Deriane, dans le processus de formation du cabinet. Elle réagissait par là à un article du quotidien an-Nahar qui affirme dans son édition du jour que Dar el-Fatwa a informé Hassane Diab qu'il souhaitait la nomination de Wissam Barghout au poste de ministre de l'Intérieur. Ce portefeuille, relevant du Premier ministre désigné selon la distribution des maroquins, semblait être promis au général Talal Ladki.

Les sources de Baabda citées par LBCI démentent l'existence de divergences entre le président Aoun et Hassane Diab qui, lui, reste attaché aux critères que ce dernier a fixés, à savoir la formation d'un gouvernement de 18 ministres composé de technocrates, selon des sources proches du Premier ministre désigné citées par la chaîne. Selon plusieurs observateurs, certaines des parties prenantes dans la formation du gouvernement proposent d'augmenter le nombre de ministres à 20, voire 24, pour satisfaire l'ensemble des parties.

Selon ces sources, M. Diab insiste à ce que le cabinet obtienne la confiance des gens et provoque un choc positif, refusant toute dilution des revendications des Libanais.

Depuis plus de trois mois, les manifestants libanais appellent à la chute de tous les responsables, accusés de corruption et d'incompétence, alors que le pays traverse une grave crise économique et de liquidités. Sous la pression de la rue, le gouvernement de Saad Hariri avait démissionné le 29 octobre. Le 19 décembre, à l'issue de consultations parlementaires, le président Michel Aoun a désigné Hassane Diab, appuyé par les partis du 8-Mars, au poste de Premier ministre. Malgré son insistance à former un cabinet de technocrates indépendants, comme cela est réclamé par la contestation, M. Diab est rejeté par les protestataires, qui estiment qu'il fait partie de la même classe politique corrompue dont ils réclament le départ.


Lire aussi

Le cèdre et le néant, le billet de Gaby NASR

Hariri se lance dans une confrontation ouverte avec Aoun et Bassil

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Ziad CHOUEIRI

Tout cela ne sert à rien. Pourquoi voulez vous que cette bande de racailles qui suce le sang du pays depuis 30 ans se précipite pour former un gouvernement qui scierait la branche (en or) sur laquelle ils sont assis ? S'ils forment un gouvernement, il sera à leur image : une mascarade de pourritures . Point de salut en-dehors du SEUL acte attendu de la révolution : destituer toute la bande de racailles, la foutre en prison pour la juger devant le peuple de tous les crimes commis contre le Liban. Après, on pourra former un vrai gouvernement indépendant qui sauvera le pays. Mais de grâce arrêtons de penser naïvement qu'une révolution de roses et de fleurs va faire tomber ces bandits et les transformer en saints sauveurs du pays. Au lieu d'allumer des pneus et de couper des routes, allons chercher dans leur domiciles ces rats qui se cachent en ricanant et en se disant " on va les affamer et ça va s'éteindre toute seul leur révolution de pacotilles, et on recommencera de plus belle le pillage organisé pour s'enrichir jusqu'à la fin des temps".

Antoine Sabbagha

Pauvre pays on discute du sexe des anges dans le nouveau gouvernement alors que le pays est en faillite .

Honneur et Patrie

Depuis que le Père Ubu a cédé toutes ses prérogatives à son dauphin, le Liban avance à reculons à la vitesse du son vers les abysses de la dictature de l'obscurantisme politique et sociale. A ajouter l'hérésie des quotes-parts dont celle, anticonstitutionnelle, du Président.
Rien ne va plus, c'est la fin des haricots. Tout autre commentaire est inutile.

Antoine Sabbagha

Pauvre pays on discute du sexe des anges dans le nouveau gouvernement alors que le pays est en faillite .

MGMTR

Le charisme du Sayyed auprès des non-chiites saigne à grosses gouttes. Des deux choses l'une; soit il calme les ambitions de ses alliés et il laisse ainsi à M. Diab la possibilité de former le Gouvernement, soit il nous laisse croire à tort peut-être, qu'il est derrière le blocage.

Quant aux druzes et grecs-catholiques ils n'ont pas les moyens numériques pour bloquer la formation.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QUI EST L,ALEXANDRE QUI VA TRANCHER LE NOEUD GORDIEN ET FAIRE TOMBER L,EMPIRE CORROMPU ERIGE POUR QU,UNE NOUVELLE ERE SOUFFLE SUR LE PAYS ?
UN ALEXANDRE EST REQUIS D,URGENCE !

Gros Gnon

Mais arrêtez de vous acharner! Il ne rienste plus rien à voler. Allez, ouste, couchés \o/

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ET POURQUOI PAS A 30 OU 32 POUR REVENIR AUX HABITUDES MAUDITES PAR LE PEUPLE. DE TOUTE FACON LES MARCHANDAGES VONT COMME AVANT COMME SI RIEN N,ETAIT ARRIVE DEPUIS TROIS MOIS ET JUSQU,AUJOURD,HUI.
LE BORDEL TOURNE A PLEIN RENDEMENT ET SEME LE CHAOS.

Citoyen

Que chaque communauté soit représentée ne me choque pas d'autant plus que c'est inéluctable dans notre pays représenté par un amalgame de religions respectueuses et respectées. Ce qui serait choquant et injuste c'est qu'on retrouve pour chaque communauté, à un poste de ministre, une personne désignée par arrangement et que cette personne soit démunie de qualités, de compétences et qu'en plus, qu'elle soit à la botte et aux ordres de celui qui l'a désignée à ce poste.

mokpo

Quelle honte et quelle irresponsabilité de nos hommes qui ne voient pas plus loin que leur nez...
Ils sont attachés à leurs prérogatives et peu importe que le pays explose, disparaisse de la surface de la terre. Tels des gamins qui veulent leur jouet mais LE LIBAN n’est pas un jouet et il ne leur appartient pas.
متل الدكنجبة
C’est vraiment indigne et écœurant. On peut toujours écrire et exprimer notre raz le bol mais ils n’ont que faire des citoyens qui les ont élus. Ils sont Hommes politiques de père en fils et peu importe leur compétence et l’honnêteté, le peuple a voté pour eux et c’est ce même peuple qui paye maintenant pour eux.
Il est temps que tout cela change, qu’on bannisse le confessionalisme et qu’on choisisse des hommes compétents et intègres...
Ça fait du bien de rêver...

Wlek Sanferlou

C'est de ridicule en ridicule...
N'ont il même pas honte...

Bashir Karim

On ne s'en sortira pas ainsi. Il faut une constituante par les citoyens de notre pays, et fixer de nouvelles règles parlementaires, de suffrage et de représentation. Les partis ne pensent qu'à leur survie, la perpétuation du système qui est leur raison d'être, et celle de leur parrains régionaux...

Eleni Caridopoulou

Vraiment c'est déplorable chaque parti veut etre présent il ne regarde pas le bien du pays , quelle honte . J'écoute les nouvelles de F24 vraiment ça fait peur c'est une honte

Ô Liban

Ils s'entretuent pour des postes ministériels.
Cette classe politique est dénuée de tout sens moral.
Le gouvernement attendu devrait comprendre des volontaires qui usent de toutes leurs ressources intellectuelles pour essayer de faire sortir le pays du ravin où cette même classe l'a plongé.

Gebran Eid

EST CE QUE DIAB EST NAIIF À CE POINT ? IL CROIT QUE LES MANIFESTANTS SONT AVEUGLES ET NE VOIENT PAS TOUS CES RÉUNIONS À HUIT CLOS AVEC BERRI POUR FORMER UN GOUVERNEMENT ANTI MANIFESTANTS. À MOINS QUE BERRI PENSE FORMER CE GOUVERNEMENT PAR LA FORCE DE SES MILICES. WAIT AND SEE.

Yves Prevost

Que tel ou tel ministre soit druze, grec catholique, maronite, ou quoi que ce soit on s'en fiche! (Et encore je veux rester poli!).
Tout ce qui est demandé à chacun, est d'être compétent dans son domaine, honnête et INDÉPENDANT! Est-ce vraiment trop demander ?
On ne veut pas de gens nommés par Berry, Joumblatt, Bassil ou autre - et surtout pas Nasrallah!
Si on nous donne encore une fois -comme il semble - en guise de gouvernement un pot-pourri de prête-noms de tout ce que l'on peut compter de politiciens véreux, alors que l'on s'attende à un sacré grabuge dans les prochains jours.

Dernières infos

Les signatures du jour

impression de Fifi ABOU DIB

Les démons du fatalisme

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants