Rechercher
Rechercher

À La Une - Etats-Unis

George Nader, homme d'affaires américano-libanais, plaide coupable pour des accusations de pédophilie


L'homme d'affaires américain d'origine libanaise, Georges Nader. Capture d'écran

L'homme d'affaires américain d'origine libanaise, Georges Nader, témoin-clé dans l'enquête du procureur spécial Robert Mueller portant sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016, a reconnu lundi avoir amené un garçon de 14 ans aux États-Unis pour des relations sexuelles et posséder des images pédopornographiques. 

M. Nader, 60 ans, risque au moins dix ans dans une prison fédérale après avoir plaidé coupable devant le tribunal fédéral d'Alexandria, en Virginie, rapporte le Washington post.  Si les accusations entraînent une peine maximale de 30 ans, les procureurs ont accepté de recommander un minimum obligatoire de 10 ans. Le jugement sera prononcé le 10 avril.

M. Nader avait été arrêté en juin à New York pour possession d'images pédopornographiques. Il est en prison depuis, après qu'un juge ait décidé qu'il était trop risqué de le libérer sous caution. 

Il avait plaidé coupable du même chef d'accusation déjà en 1991.  


Interrogé par Mueller

M. Nader avait aidé à mettre en œuvre une rencontre, aux Seychelles en janvier 2017, entre Erik Prince, un partisan de M. Trump qui avait fondé la société de sécurité privée Blackwater, et un responsable russe proche de Vladimir Poutine, rappelle en outre le Washington Post. "L’objet de cette rencontre a suscité un intérêt particulier de la part des enquêteurs du procureur Mueller, et certaines questions restent sans réponse, même après la publication du rapport Mueller", ajoute le quotidien américain.

En 2018, Georges Nader avait été interrogé par le procureur Mueller qui s'intéressait aux velléités présumées des Émirats arabes unis de "s'acheter une influence politique" auprès du président Trump, selon un article du New York Times. Le journal américain décrivait M. Nader comme un "négociateur de l'ombre avec la Syrie pendant la présidence Clinton", "conseiller du prince héritier émirati Mohammad ben Zayed al-Nahyane" et "visiteur fréquent de la Maison-Blanche l'année dernière". Selon le quotidien, les enquêteurs de M. Mueller ont interrogé M. Nader qui aurait tenté d'influencer la politique étrangère des États-Unis en faveur des Émirats, notamment en "donnant de l'argent en soutien à Trump durant la dernière campagne présidentielle".

M. Mueller, dont le rapport final a été rendu public en avril 2019, n'a pas recommandé l'inculpation du milliardaire républicain.  Dans un pavé de plus de 400 pages, le procureur spécial décrit les efforts russes pour aider Donald Trump en 2016, mais ajoute ne pas avoir rassemblé de preuves d’une collusion entre Moscou et son équipe de campagne, malgré des contacts répétés.


Pour mémoire

Les Émirats accusés d'influencer Trump : un homme d'affaires américano-libanais dans le collimateur


L'homme d'affaires américain d'origine libanaise, Georges Nader, témoin-clé dans l'enquête du procureur spécial Robert Mueller portant sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle américaine de 2016, a reconnu lundi avoir amené un garçon de 14 ans aux États-Unis pour des relations sexuelles et posséder des images pédopornographiques. M. Nader, 60 ans,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut